Les paroles avant les actes

31 mai 2016

Après le tirage au sort de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Jordanie 2016 à Amman, on ne parle plus que des affrontements à venir. À l’approche de cet événement qui se déroulera dans trois villes jordaniennes à partir du 30 septembre prochain, les sélectionneurs commencent à penser tout haut. Le calme et la logique étaient les maîtres-mots en zone mixte, mais les techniciens n’ont pas caché leurs ambitions pour autant. Une fois la cérémonie terminée, ils ont pris la pose devant le trophée avant de répondre aux questions de FIFA.com, venu recueillir leurs impressions.

Dans le Groupe A, la Jordanie évoluera aux côtés de l’Espagne, du Mexique et de la Nouvelle-Zélande. Robbie Johnson a pris les rênes de la sélection jordanienne seulement quatre semaines avant le tirage. "Le match d’ouverture face à l’Espagne va être excitant pour nous", annonce l'Anglais. "Les Espagnoles font partie des favorites de la compétition. Elles ont perdu en finale de l’édition précédente face au Japon et en finale de l’EURO aux tirs au but face à l’Allemagne. Cette rencontre va donc attirer tous les regards. Dès demain, les filles vont commencer à s'entraîner en pensant à leurs adversaires. Nous allons mettre une stratégie en place et travailler avec beaucoup de sérieux. Nous avons plusieurs mois pour nous préparer et les filles doivent croire en elles. Le jour du match, qui sait ce qui peut arriver ?"

Outre la Rojita, le pays hôte a hérité du Mexique et de la Nouvelle-Zélande. "Le matin du tirage, j’ai croisé mes collègues néo-zélandais. Ils m’ont dit qu’ils voulaient rencontrer la Jordanie et je leur ai dit que nous voulions aussi jouer contre eux. Le tirage a donc exaucé nos souhaits", ajoute Johnson en souriant.

Une fois l'Allemagne tombée dans le Groupe B, on attendait de connaître les adversaires des championnes d’Europe en titre. Il s’agira du Venezuela, du Cameroun et du Canada. Kenneth Zseremeta, le sélectionneur des championnes d’Amérique du Sud et quatrièmes de la dernière édition, parle déjà d'un "groupe de la mort". "L’Allemagne vient de gagner l’EURO, le Canada travaille depuis des années pour le développement des équipes féminines et le Cameroun participe à sa première Coupe du Monde Féminine U-17 avec un grand enthousiasme", juge l'entraîneur de la Vinotinto. "Ça ne va pas nous décourager, bien au contraire. Nous allons nous préparer à fond durant les prochains mois. Nous avons réalisé une belle performance en 2014 au Costa Rica, où nous aurions pu décrocher une médaille. Deux ans plus tard, nous espérons avoir davantage de succès."

La pression sur le tenant Le sélectionneur de l’Angleterre, John Griffiths, est revenu sur les chances de son équipe dans le Groupe C aux côtés du Nigeria, du Brésil et de la RDP Corée. "Cette compétition rassemble les 16 meilleures équipes du monde et il n’y a pas d’adversaire facile", prévient-il. "La diversité des écoles footballistiques est quelque chose d'intéressant. Nous voulons bien entendu confirmer notre potentiel. Nous ne serons pas de simples figurantes. Nous viendrons pour gagner et nous qualifier. J’espère que nous réussirons de bons débuts". Que pense-t-il du match contre la RDP Corée, ancienne championne du monde ? "Ce sera un match difficile. Il est toujours compliqué d’affronter des équipes qui ont une telle histoire dans la compétition. Elles ont remporté la première édition et sont championnes d’Asie, mais nous serons prêts pour affronter n’importe qui."

Le technicien britannique espère décupler l’enthousiasme des joueuses afin qu’elles tentent d'imiter la sélection A, qui a terminé troisième de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™. "Nous voulons marcher sur les traces de l'équipe nationale. Cette performance aura un impact positif sur les joueuses, qui seront d'autant plus motivées pour monter sur le podium en Jordanie", espère-t-il.

Vainqueur il y a deux ans au Costa Rica, le Japon évoluera dans le Groupe D avec les États-Unis, le Paraguay et le Ghana. "Nous sommes conscients de la pression qui pèse sur nous", pose le sélectionneur nippon Kusunose Naoki. "Nous allons essayer d’en faire un avantage, afin que les filles rééditent leur performance. Notre groupe est relevé et les matches seront compliqués. Tout le monde vient dans cette compétition pour nous battre. Nous devons bien nous préparer pour être à notre meilleur niveau."