Une dernière chance pour Zhang et la Team Dragon

11 févr. 2021
  • L’année du buffle s’annonce riche en défis pour Zhang

  • L’attaquant chinois a connu une année 2020 réussie avec Beijing FC

  • Il espère aider la RP Chine à renouer avec le succès dans les qualifications pour Qatar 2022

Le Nouvel an chinois débutera vendredi prochain et marquera officiellement l’entrée dans l’année du buffle, symbole de chance dans la culture chinoise. Cela tombe bien : Zhang Yuning aura beaucoup de défis à relever cette année, tant avec la RP Chine que sous les couleurs de Beijing FC.

"J’ai récemment fêté mes 24 ans, ce qui signifie que je ne suis plus concerné par la règle U-23", explique-t-il à FIFA.com à propos d'un règlement propre à la Fédération chinoise de football qui exige que les clubs accordent un certain temps de jeu aux joueurs U-23 dans les compétitions nationales. "Maintenant, je dois me battre pour une place de titulaire. Je veux progresser car je n’ai plus de temps à perdre."

L’année 2021 s’annonce cruciale pour la sélection chinoise, toujours en lice dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™. Reléguée à huit points de la Syrie, la Team Dragon n’a plus le choix ; elle doit remporter tous ses matches à partir du mois de mars, si elle veut espérer poursuivre l’aventure. La tâche s’annonce pour le moins difficile, mais Zhang pense que l'exploit est possible sous la houlette du nouveau sélectionneur Li Tie. "Il nous reste quatre finales à disputer" note-t-il. "La pression va être énorme, mais je suis persuadé que nous pouvons livrer de bons matches et obtenir les résultats que l’on attend de nous. Nous allons tirer les leçons du passé et nous ne ménagerons pas nos efforts pour atteindre nos objectifs."

DOHA, QATAR - NOVEMBER 30: Zhang Yuning of Beijing FC celebrates after his goal during the AFC Champions League Group E match between Beijing FC and FC Seoul at the Jassim bin Hamad Stadium on November 30, 2020 in Doha, Qatar. (Photo by Mohamed Farag/Getty Images)

Un destin gravé dans les astres

Le calendrier lunaire chinois fonctionne selon un cycle de 12 ans, chaque année étant symbolisée par un animal. Né en janvier 1997, Zhang s’est préparé avec détermination pour affronter l’année du rat, qui s’achèvera dans quelques heures. Avec six buts et quatre passes décisives, il a contribué à la deuxième place de Beijing dans le Groupe C de la C-League. Sur la scène continentale, Zhang a trouvé le chemin des filets à deux reprises lors du parcours en Ligue des champions de l’AFC 2020, interrompu en quarts de finale. Au-delà des chiffres, ses performances ont conforté son statut de grand espoir du football chinois.

"L’an dernier, la C-League et la Ligue des champions ont eu recours à des formats centralisés, en raison de la pandémie. Nous avons dû jouer dans des stades vides, mais l’équipe est restée soudée pendant toutes ces compétitions. Nos performances collectives en ont bénéficié," souligne-t-il. "De plus, Beijing compte dans ses rangs quelques joueurs de renom, comme l’international Yu Dabao ou le Brésilien Renato Augusto. J’ai beaucoup appris à leur contact."

fab2u7muur7r2i0odjtm.jpg

Un but pour objectif

Passé par le centre de formation de Hangzhou Greentown, Zhang sort rapidement du lot, ce qui lui vaut de porter le brassard de capitaine au sein des sélections U-17 et U-20. En 2015, il entame un périple à travers l’Europe, qui le conduit à porter les couleurs de Vitesse Arnhem, de West Bromwich Albion et du Werder Brême, avant de s’engager à Beijing en 2019. "Mon séjour européen a énormément contribué à mon développement. J’ai progressé techniquement et physiquement. Mentalement aussi, je suis devenu beaucoup plus fort. J’ai appris à encaisser les coups durs et à rebondir", affirme Zhang.

Il fait ses débuts en équipe nationale en 2016. Pour sa première sortie avec la RP Chine, il signe deux buts et une passe décisive à l’occasion d'une victoire 4-2 sur Trinité-et-Tobago, en amical. Aligné seul en pointe contre la RI Iran dans les qualifications pour Russie 2018, il livre une prestation remarquable, qui lui vaut les compliments de Carlos Queiroz, le sélectionneur de la Team Melli. Toutefois, il lui reste encore à débloquer son compteur personnel dans une grande compétition internationale.

"J’espère devenir un attaquant complet. Je ne veux pas me contenter de marquer des buts ; je dois aussi polariser le jeu offensif de mon équipe par mes appels et mes passes. Je suis satisfait car j’ai atteint une certaine constance l’an dernier. Mais j’attends encore de franchir un palier", conclut-il

À l’occasion du Nouvel an chinois, FIFA.com souhaite à tous ses lecteurs une année du buffle placée sous le signe de la réussite et de la prospérité.