Hrustic, le franc tireur

  • L'Australien Ajdin Hrustic est un acteur phare des qualifications mondialistes

  • Le milieu de l'Eintracht Francfort est un spécialiste des coups de pied arrêtés

  • Il évoque son rêve de Coupe du Monde

Impressionnant dans la campagne de qualification de l'Australie pour la Coupe du Monde de la FIFA 2022™, Ajdin Hrustic ajoute à ses qualités techniques et son sens de la passe une exceptionnelle dextérité sur coups de pied arrêtés. Le milieu offensif de 25 ans a signé deux magnifiques coups francs sur la route du Qatar. Il a fait preuve d'une remarquable précision face au Koweït, avant de déclencher une frappe chirurgicale contre le Japon à Tokyo. "J'ai toujours voulu me spécialiser dans les coups de pied arrêtés. J'y travaille depuis mon enfance" explique l'intéressé au micro de FIFA.com. "J'ai beaucoup d'admiration pour David Beckham. Son but sur coup franc contre la Grèce [qui a qualifié l'Angleterre pour la Coupe du monde 2002] est le genre d'action que j'aime regarder. C'est un grand moment." "Quand j'étais petit, je visais la fenêtre de la cabane dans le jardin et j'ai fini par la briser. Quand ça devenait monotone ou que je voulais changer de position, je m'attaquais à la fenêtre de la cuisine, ce qui m'a valu quelques problèmes avec ma mère. Mais mon père me soutenait, parce qu'il savait à quel point j'aimais le football. Et ça a fini par payer," poursuit-il. "Je ressens quelque chose de fort chaque fois que je m'avance pour tirer un coup franc. J'aurai peut-être l'occasion de marquer et de nous aider à nous qualifier pour la Coupe du Monde".

L'Australie n'aura pas la partie facile pour décrocher sa cinquième participation de rang à la Coupe du Monde. Les Socceroos, le Japon, habituel qualifié, et une Arabie Saoudite revitalisée sous la conduite d'Hervé Renard sont engagés dans une triangulaire mettant deux billets directs en jeu. Participer à Qatar 2022 serait l'accomplissement d'un rêve d'enfant pour Hrustic, qui avait été laissé à quai de la précédente phase finale par Bert van Marwijk. "Cela m'a fait travailler plus dur", confie Hrustic. "J'étais jeune et je m'en suis servi pour me motiver. J'ai redoublé d'efforts pour être sûr d'être prêt à disputer une Coupe du Monde." Dans le récent effectif australien, Hrustic, qui évolue à l'Eintracht Francfort, était le seul joueur de champ actuellement pensionnaire de l'un des cinq grands championnats européens.

D'origine bosnienne et roumaine, Hrustic est né et a grandi à Melbourne. Il a connu un parcours international inhabituel. Il a honoré sa première cape face à une équipe du Brésil truffée de stars dans le temple du sport de sa ville natale, le Melbourne Cricket Ground d'une capacité de 100 000 spectateurs. Il a été lancé dans le grand bain par Ange Postecoglou, alors sélectionneur, quelques semaines après avoir fait ses débuts dans l'équipe première de son club. Il a pris part à la Coupe des Confédérations de la FIFA 2017™, avant de disparaître momentanément des radars. Aujourd'hui, il a les yeux rivés sur le Qatar. "Nous avons joué deux matches de qualification dans des stades de Coupe du Monde au Qatar. Quand j'ai foulé la pelouse du Khalifa International Stadium, j'ai eu la chair de poule", avoue-t-il. "Je rêve de disputer une Coupe du Monde depuis mon enfance. Ça a toujours fait partie de mes objectifs de carrière, et c'est sans doute ma plus grande ambition. J'espère voir mon rêve se réaliser à la fin des qualifications."

Outre Beckham, Hrustic cite l'Australien Tim Cahill parmi les idoles de son enfance. "Je me souviens encore de la superbe reprise de volée de Tim Cahill en 2014", ajoute-il. "C'est le premier joueur qui m'a accueilli quand je suis arrivé au rassemblement. Il m'a tout de suite dit : "Bienvenue dans la famille, tu es chez toi ici". "J'espère avoir l'occasion de faire la même chose dans quelques années, parce que grâce à Timmy, je me suis senti à l'aise et je me suis détendu. C'est important pour un jeune. L'avoir vu évoluer en Coupe du Monde et jouer ensuite à ses côtés, c'est le genre de choses dont tous les enfants rêvent," conclut-il.