Tran et le Viêt-Nam sur les traces de leur propre exploit

  • Le Viêt-Nam a passé le premier tour à Colombie 2016

  • Tran Van Vu a participé à la victoire historique contre le Guatemala

  • Le capitaine vietnamien veut rééditer l’exploit en Lituanie

Tran Van Vu s’apprête à participer à sa seconde phase finale de Coupe du Monde de Futsal de la FIFA™. D’ores et déjà, le capitaine vietnamien ne fait pas mystère de son ambition : rééditer l’exploit réalisé en 2016, en Colombie. 

Il y a cinq ans, Tran et ses coéquipiers ont défrayé la chronique en forçant les portes des huitièmes de finale. Leur succès 4-2 sur le Guatemala est encore dans toutes les mémoires. Malgré deux revers concédés au Paraguay (7-1) et à l’Italie (2-0), cette victoire leur a suffi pour se glisser parmi les meilleurs troisièmes.

Cette fois encore, le sort n’a pas été tendre avec les Asiatiques, qui affronteront le Brésil, quintuple lauréat de l’épreuve, la République tchèque et le Panama. Pour autant, notre interlocuteur n’entend pas renoncer à ses rêves. 

"Nous sommes tombés dans un groupe difficile, c’est évident. Nos adversaires sont sans doute encore plus forts que ceux que nous avons rencontrés en Colombie", confirme l’international de 31 ans. "Mais nous ne sommes plus des débutants. En nous appuyant sur notre propre expérience, nous espérons faire aussi bien qu’en 2016." 

À première vue, le Brésil et la République tchèque font figure de favoris dans ce groupe. S'il veut poursuivre l’aventure, le Viêt-Nam devra donc impérativement prendre les trois points face au Panama. 

"Le Brésil est largement favori, mais les Tchèques sont très forts, eux aussi. Ils ont battu l’Italie pendant les qualifications. En revanche, le Panama est plus proche de notre niveau. Nos entraîneurs vont mettre au point la meilleure stratégie en fonction de l’adversaire, afin d’optimiser nos chances d’obtenir les résultats que nous souhaitons." 

Vietnam futsal national team captain Tran Van Vu celebrates after scoring a goal.

Une ascension vertigineuse 

En l’espace de quelques années, le Viêt-Nam a gagné sa place parmi les ténors du futsal asiatique. Longtemps considérée comme quantité négligeable, y compris au niveau régional, l’équipe nationale a créé la surprise en s’invitant dans le dernier carré du Championnat de Futsal de l'AFC 2016, un résultat synonyme de qualification pour la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA™. 

Sa victoire aux tirs au but sur le Japon, tenant du titre, en quart de finale de l’épreuve continentale restera comme l’un des temps forts de cette progression fulgurante. Les deux équipes s’étaient révélées incapables de se départager (4-4) à l’issue d’un match où Tran s’était distingué en marquant à deux reprises. Au petit jeu des penalties, les Vietnamiens s’étaient montrés les plus habiles ce jour-là (2-1). 

"Nous avons lutté jusqu’au bout contre les champions d’Asie", raconte Tran, à l'évocation de ce succès. "Cette victoire a fait beaucoup de bien à nos supporters. Pendant toute la nuit, nous avons reçu des messages enthousiastes de nos compatriotes. Nous n’avons pratiquement pas pu fermer l’œil ! Nous savions que le futsal vietnamien venait de franchir une étape importante au niveau international." 

En Colombie, Tran s’est encore illustré en transformant un penalty lors de cette fameuse victoire sur le Guatemala. "C’était un grand honneur pour nous de représenter notre pays en Coupe du Monde de Futsal. Nous étions très émus en entrant sur le terrain pour chanter l’hymne national. Comme vous pouvez l’imaginer, j’étais fou de joie après avoir transformé ce penalty contre le Guatemala." 

"Nos résultats ont largement contribué au développement de la discipline dans notre pays. Aujourd’hui, le futsal est très populaire au Viêt-Nam. Le championnat national suscite un vif intérêt, y compris de la part des sponsors. À Ho Chi Minh-Ville, le futsal figure au programme des écoles primaires." 

Vietnam futsal national team captain Tran Van Vu (Front) celebrates with a team mate after scoring a goal.

Accent espagnol

Pour franchir un palier, les dirigeants vietnamiens ont noué des liens avec l’un des poids lourds du futsal mondial, l’Espagne. Bruno Garcia Formoso a été le premier à inaugurer ce nouvel axe, en menant la sélection vietnamienne en Colombie. Il a ensuite cédé sa place à son compatriote Miguel Rodrigo qui, après avoir dirigé le Pérou, a pris en main les destinées du Viêt-Nam entre 2017 et 2019. 

De son côté, Tran a emprunté le chemin inverse le temps d’un bref passage à O Parrulo FS. Passé par Thai Son Nam, une référence au niveau national, Tran a remporté le championnat de futsal à six reprises avant d’être prêté en Espagne, en 2019. "Je suis très reconnaissant à mon club de m’avoir permis de vivre cette expérience. Grâce à mon nouvel entraîneur et à mes nouveaux coéquipiers, je me suis vite adapté à ce nouvel environnement. En l’espace d’un mois et demi, j’ai énormément appris sur le plan technique et tactique."

Le poste de sélectionneur est désormais occupé par Pham Minh Giang, qui a travaillé pendant plusieurs années aux côtés de ses prédécesseurs espagnols. Sous sa houlette, le Viêt-Nam a validé son billet pour la Coupe du Monde de Futsal, après avoir battu le Liban sur la règle des buts à l’extérieur (0-0, 1-1).

"Pham a prouvé qu’il avait sa place à ce niveau en menant le Viêt-Nam en phase finale. Depuis son arrivée, il s’est efforcé d’intégrer des jeunes joueurs talentueux et intelligents. En tant que capitaine, je veux leur apporter mon expérience pour que notre équipe engrange d’autres bons résultats", conclut-il.

*Photos reproduites avec l’aimable autorisation de la VFF (Fédération vietnamienne de football)