Les finalistes à la loupe : Samantha Kerr

  • Samantha Kerr fait partie des trois finalistes de l’élection The Best – Joueuse de la FIFA

  • Elle brille en Angleterre, après avoir conquis l’Australie et les États-Unis

  • Gros plans sur les stats, les déclarations et les temps forts de sa saison, en club et en sélection

Ses accomplissements en 2020/21

  • Elle a remporté la FA Women's Super League anglaise (WSL) pour la deuxième fois de suite, sous les couleurs de Chelsea.

  • Elle a terminé meilleure buteuse de WSL avec 21 buts en 22 matches.

  • Elle a mené les Blues en finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA pour la première fois de leur histoire.

  • Elle termine l’année 2021 meilleure buteuse (7) et meilleure passeuse (3) de l’équipe d’Australie.

  • Elle est devenue la meilleure buteuse de l’histoire des Matildas.

  • En tant que capitaine, elle a conduit l'Australie à la quatrième place du Tournoi Olympique de Football Féminin, Tokyo 2020, la meilleure performance australienne dans cette compétition.

  • Avec six réalisations en autant de sorties, elle s’est adjugé le titre de meilleure buteuse de Tokyo 2020.

Stats

77

Malgré son départ en 2020, Kerr reste la meilleure buteuse de l’histoire de la NWSL américaine, avec 77 buts en 119 matches. Elle a détenu un record similaire en W-League australienne jusqu’à ce que Michelle Heyman efface ses 70 réalisations en mars 2021.

49

Kerr est la meilleure buteuse de l’histoire de la sélection australienne, avec 49 unités. Elle a battu le record de Lisa De Vanna pendant les Jeux Olympiques. Si sa devancière avait dû accumuler 150 capes pour atteindre ce total, l’attaquante de Chelsea n’a eu besoin que de 99 matches. Il ne lui manque plus que deux buts pour surpasser Tim Cahill et ses 50 réalisations et devenir ainsi la meilleure buteuse australienne, hommes et femmes confondus.

6

En quatre ans, Kerr a remporté six Souliers d’Or dans trois championnats et sur trois continents différents : NWSL 2017, 2018, 2019 ; W-League 2017/18 et 2018/19, WSL 2020/21.

LONDON, ENGLAND - DECEMBER 05: Sam Kerr embraces Emma Hayes, Manager of Chelsea after their sides victory in the Vitality Women's FA Cup Final between Arsenal FC and Chelsea FC at Wembley Stadium on December 05, 2021 in London, England. (Photo by Richard Heathcote/Getty Images)

Ce qu'ils disent de Kerr...

"Pour moi, c’est la meilleure attaquante au monde. Elle sait prendre ses responsabilités. Quand je l’écoute et quand je l'observe sur le terrain, je vois qu’elle fait ce qu'il faut pour toujours être en mesure de donner le meilleur d’elle-même. C’est une attitude que j’admire énormément." - Emma Hayes, entraîneur de Chelsea

"Je pourrais rester des heures à parler de Sam Kerr. J’ai énormément de chance d’avoir joué un petit rôle dans son extraordinaire carrière. Ce n’est pas seulement une joueuse phénoménale de classe mondiale ; c’est surtout une personnalité phénoménale de classe mondiale ! Il n’y a pas de mots pour décrire l’influence qu’elle exerce sur son équipe, sur le terrain comme en dehors." - Tony Gustavsson, sélectionneur de l’Australie

"J’aimerais pouvoir donner la recette pour arrêter Sam Kerr, mais ça n’est pas comme ça que ça marche. Elle est tellement mobile et imprévisible qu’elle trouve toujours le moyen de vous compliquer la tâche, quel que soit le plan que vous avez établi." - Vlatko Andonovski, sélectionneur des États-Unis

Le saviez-vous ?

  • Kerr a honoré sa première sélection en février 2009, à l’âge de 15 ans. Quelques mois auparavant, elle avait fait ses débuts sous les couleurs de Perth Glory.

  • Sa façon de fêter ses buts remonte plus loin encore. "Pendant les Jeux Olympiques, on voyait souvent des gens qui faisaient des sauts périlleux à la télévision. J’ai toujours eu envie de les imiter. Un jour, je suis allée me poster en haut d'une colline et j’ai commencé à m’entraîner. Je me disais que si je travaillais sur un terrain en pente, j’aurais plus de temps pour préparer l’atterrissage. Tout est parti de là."

  • Kerr est issue d’une famille de sportifs. Son père et son frère ont joué au football australien en tant que professionnels.

  • Elle a pratiqué ce sport de manière exclusive, avant de passer au football à l’âge de 12 ans. "Ma première saison était atroce. Je ne connaissais pas les règles, je ne comprenais rien au hors-jeu et je ne voyais pas pourquoi les autres ne voulaient pas me passer la balle."

  • Né à Kolkata, en Inde, son père a émigré en Australie. Aujourd'hui, Kerr se dit fière de son héritage.

  • Elle a honoré sa 100ème sélection en septembre, devenant la dixième Matilda à atteindre ce cap symbolique.

  • Elle compte cinq titres de Joueuse de l’Année de la Professional Footballers Australia Women, ce qui constitue un record.

  • Durant France 2019, elle est devenue la première personne en Australie (hommes et femmes confondus) à inscrire un triplé en Coupe du Monde.

Entendu...

"Le genre de buts que je préfère ? Je mentirais si je disais que je n’aime pas les têtes. Je suis plutôt à l’aise dans le domaine aérien. Personnellement, je préfère les plus faciles car un but reste un but, quelle que soit la façon dont le ballon est entré."

"Dans ma famille, tout le monde attendait de moi que je pratique un sport ou, au moins, que je m’intéresse au sport. Que ce soit à l’extérieur ou dans la maison, il y avait toujours des jeux et des compétitions chez nous. Ça a sans doute contribué à faire de moi celle que je suis aujourd'hui."

"J’aime me fixer des objectifs. Je les couche sur le papier avant le début de la saison. Il y a un peu de tout : des buts à court et à plus long terme. J’inclus toujours quelques objectifs faciles car ça m’aide à garder le moral tout au long de la saison."