Deux femmes arbitres au sifflet d'Espagne - Japon

16 sept. 2021
  • María Estefanía Pinto et Valeria Palma entrent dans l'histoire du tournoi

  • Ce sont les premières femmes à diriger un match de Coupe du Monde de Futsal

  • Elles parlent de leur joie et leur fierté au micro de FIFA.com

"Nous nous sommes étreintes, nous avons pleuré, c'est ce dont nous avions toujours rêvé", confie Valeria à propos de la façon dont María Estefanía et elle ont réagi en apprenant leur désignation à l'arbitrage du match Espagne - Japon en Coupe du Monde de Futsal de la FIFA™. "Nous sommes conscientes de devoir bien faire", soulignent-elles. Toutes deux débutantes en Coupe du Monde et au poste d'arbitre principal, elles ressentent une immense fierté d'entrer dans l'histoire. FIFA.com s'est entretenu avec l'Argentine María Estefanía Pinto et la Chilienne Valeria Palma, qui seront, le 17 septembre, les premières officielles féminines à se voir confier les commandes d'une rencontre dans la compétition phare du futsal. Comment en êtes-vous venues à l'arbitrage ? Pinto : J'ai toujours été passionnée de football et j'ai cherché une manière de m'y impliquer. J'ai essayé de devenir directrice technique, mais j'étais jeune et en plus, je n'avais aucune expérience en tant que joueuse. Je me suis tournée vers l'arbitrage du football, ce que je fais encore, et ensuite du futsal. Palma : J'ai commencé par le football avant de me mettre au futsal. À 16 ans, je suis entrée dans la vie active et j'ai arrêté de jouer. On m'a proposé d'arbitrer, autrement dit, de gagner de l'argent pour faire ce que j'aime ! Pour moi, il n'y a rien de plus beau que le futsal dans la vie. Je suis tombée amoureuse de ce métier et je n'imagine pas de l'abandonner.

María Estefanía Pinto, FIFA Futsal referee

Qu'est-ce qui vous a motivées ? Pinto : À l'époque, peu de femmes étaient chargées de diriger un match. On nous plaçait à des postes de juges de ligne ou d'assistantes. J'avais très envie d'être au sifflet et l'idéal, c'était le futsal. J'ai intégré l'équipe de futsal de l'AFA et aujourd'hui, on me donne ma chance. Palma : Le plus important pour moi a été mon amour pour ce sport. C'est ce qui m'a poussée à devenir ce que je suis aujourd'hui. J'ai une longue carrière derrière moi, et être ici représente l'accomplissement d'un rêve et d'un objectif. Comment votre entourage et vous-mêmes vivez ce moment ? Pinto : Tout le monde est très heureux. Nous travaillons très dur depuis deux ans dans cette perspective. Nous remercions tous ceux qui nous ont fait confiance et nous ont permis de réaliser notre rêve. Nous allons en profiter au maximum. Palma : Je ne peux qu'être émue. C'est le résultat d'années de lutte. Chaque fois que je vais sur le terrain, je pense au travail et aux efforts investis, aux entraînements dans le froid et la chaleur, aux moments manqués avec mes proches. C'est beaucoup d'émotion. Ma famille est très fière de moi. Je fais tout cela pour elle et pour tous ceux qui me soutiennent. Avez-vous le sentiment d'être un modèle pour des arbitres débutantes, qui peuvent espérer aller loin à force de travail ? Pinto : En ce sens, c'est une énorme responsabilité. L'image que nous laisserons dans le match jouera sur l'image des arbitres féminines en général. Je dois tout faire à la perfection pour qu'on leur ouvre davantage de portes. Palma : C'est encourageant pour elles. Nous ouvrons la voie pour qu'elles aient une chance d'officier dans d'autres tournois. Penser que des filles veulent marcher sur nos traces me motive énormément et m'incite d'autant plus à bien faire les choses. L'important, c'est de savoir que le travail finit toujours par porter ses fruits. .

Valeria Nicole Palma, FIFA Futsal referee

Arbitrer un match de Coupe du Monde de Futsal de la FIFA™ est-il une consécration ? Pinto : C'est l'objectif le plus élevé auquel un arbitre puisse aspirer. Je suis heureuse, mais il y a toujours plus à venir. J'ai été surprise par cette désignation, je ne m'y attendais pas et je vais essayer d'en profiter. C'est un autre rêve qui se réalise Palma : Oui, et c'est un bonheur que je vais partager avec une amie. Je n'aurais jamais imaginé faire mes débuts avec Estefanía et j'en suis très heureuse. Nous avons déjà été les premières femmes à superviser un match de qualification de la CONMEBOL. Pour conclure, quelle est la prochaine étape ? Pinto : Une fois arrivé à ce stade, on en veut encore plus. Le 26 septembre, il y a une pause et certains arbitres rentrent chez eux. Quand on est ici, on espère toujours rester jusqu'à la fin. Mais je n'y pense pas. Je préfère me concentrer sur ma prestation dans le match de demain. V.P. : Atteindre un sommet est difficile, mais il est plus important et compliqué encore de se maintenir au niveau. Mon objectif principal est de continuer à prendre part à de grands tournois. Comme Estefanía, j'aimerais passer au stade suivant et disputer des finales, mais je sais qu'il y a des arbitres plus expérimentés et mieux préparés que nous.

VILNIUS, LITHUANIA - SEPTEMBER 15: Referee Cristian Espindola poses for a photo with his officials during the FIFA Futsal World Cup 2021 group B match between Uzbekistan and Football Union Of Russia at Vilnius Arena on September 15, 2021 in Vilnius, Lithuania. (Photo by Alex Caparros - FIFA/FIFA via Getty Images)