Des cartons et quelques surprises

22 sept. 2021
  • Les qualifications européennes pour la #FWWC 2023 ont débuté

  • Plusieurs cartons d’entrée

  • Des duels passionnants à venir

La route qui mène à la phase finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Australie/Nouvelle-Zélande 2023™ n’est pas seulement longue, elle est aussi ardue. Les qualifications européennes pour l’épreuve suprême version dames a débuté en septembre, avec 51 équipes présentes sur la ligne de départ, ce qui constitue une première. Les concurrents ont été répartis en six groupes de six et trois groupes de cinq. 

Europe : Les résultats de septembre 

Groupe A

Après une performance en demi-teinte contre la Slovaquie (1-0), la Suède s’est montrée beaucoup plus à son avantage face à la Géorgie (4-0). La Finlande a, elle aussi, débuté son parcours par une victoire face aux Slovaques (2-1), ce qui lui vaut d’occuper la deuxième place du classement. Enfin, la République d’Irlande va devoir patienter avant de faire son entrée en lice, son match contre la Géorgie ayant été reporté en raison de la pandémie.

Groupe B

À en juger par ses premiers résultats, l’Espagne pourrait faire partie des grands animateurs de la phase finale en Australie et en Nouvelle-Zélande. En effet, la Roja féminine affiche un bilan impressionnant après deux journées (17-0). Toutefois, elle ne devance l’Écosse qu’à la différence de buts. De son côté, l’Ukraine (31ème au Classement mondial féminin FIFA/Coca-Cola) entrera dans l’arène au mois d’octobre.

Groupe C

La République tchèque commence à s’imposer comme la plus sérieuse rivale des Pays-Bas, dans la course à la qualification. L’actuel 27ème du Classement mondial féminin FIFA/Coca-Cola a obtenu un nul prometteur (1-1) sur le terrain des vice-championnes du monde en titre, avant de corriger Chypre  8-0 pour s’emparer du fauteuil de leader. Les OranjeLeeuwinnen restent toutefois dans le rythme, grâce à leur succès 2-0 contre l’Islande. Vainqueur 4-1 des débutants chypriotes, le Bélarus pointe pour sa part en troisième position.

Groupe D

Dans ce groupe aussi, le suspense semble garanti. L’Autriche, l’Angleterre et l’Irlande du Nord ont enchaîné deux succès consécutifs et affichent pour l’heure le même nombre de points. Les Lionesses possèdent néanmoins un léger avantage sur leurs adversaires, grâce à une meilleure différence de buts. Sous l'impulsion de leur nouvelle sélectionneuse, Sarina Wiegman, elles ont successivement étrillé la Macédoine du Nord (8-0) et le Luxembourg (10-0).

Groupe E

En s’imposant 7-0 contre Malte et 8-0 face à l’Azerbaïdjan, les Danoises ont fait la démonstration de leur formidable potentiel offensif, sans pour autant négliger leurs tâches défensives. Derrière, la Russie a fait parler sa supériorité aux dépens de l’Azerbaïdjan (2-0) et du Monténégro (5-0). Les Monténégrines se sont cependant vite consolées en allant s'imposer 3-2 sur le terrain de leurs voisines bosniennes. La question se pose désormais de savoir si les autres équipes du groupe pourront enrayer la tendance en octobre. 

Groupe F

Victorieuse face à l’Arménie et au Kosovo, la Norvège a pris les commandes du groupe et présente une différence de buts sans appel (13-0). Pendant ce temps, les Belges ont dû se contenter d'un nul (1-1) face à la Pologne, avant de livrer une prestation beaucoup plus convaincante contre l’Albanie (7-0). Enfin, les Polonaises ont dû batailler dur pour venir à bout de l’Arménie, l’unique but de la partie étant à mettre au crédit de Weronika Zawistowska.

Groupe G

Comme on pouvait s'y attendre, les favoris n’ont pas manqué leurs débuts dans la compétition préliminaire. L’Italie a fait le plein de points en dominant la Moldavie (3-0) et la Croatie (5-0), tout comme la Suisse, qui n’a laissé aucune chance à la Lituanie (4-1) et à la Moldavie (6-0). Fait suffisamment rare pour être souligné : face aux Moldaves, les Suissesses ont marqué quatre buts en 285 secondes, juste avant la mi-temps. L’équipe entraînée par Nils Nielsen occupe donc la tête du classement, à égalité de points avec les Azzurre. 

Groupe H

Après une entrée en matière décevante contre la Turquie (1-1), les Portugaises se sont vite ressaisies. Leur succès 4-0 sur Israël est de bon augure pour la suite. Les doubles championnes du monde allemandes, quant à elles, ont pris un départ fulgurant. Leur victoire 7-0 contre la Bulgarie ne souffre évidemment aucune contestation. En revanche, les protégées de Martina Voss-Tecklenburg ont connu plus de difficultés face à la Serbie, au point de rentrer aux vestiaires menées au score (1-0). Par la suite, la Mannschaft féminine a totalement renversé la vapeur pour l’emporter 5-1, grâce notamment à Lea Schüller, autrice de quatre réalisations.

Germany Serbia 21 09 2021 Chemnitz, 21 09 2021, Stadion an der Gellertstrasse, Football, Womens International Match, World Cup Qualification, Group H, Germany vs Serbia , In the picture Goal for Germany Lea Schueller 7, GER scores the 2 1 and cheers

Groupe I

Humiliée (10-0) par les Françaises, la Grèce se savant dans l’obligation de réagir. Elle a finalement rempli son contrat en battant le Kazakhstan 3-2, mais la rencontre s’est avérée plus difficile que prévu. Les Bleues ont également eu toutes les peines du monde à venir à bout de la Slovénie (3-2). En effet, les favorites ont dû attendre le temps additionnel pour prendre un avantage décisif, par Amel Majri. À l’inverse, les Galloises (34èmes au Classement mondial féminin FIFA/Coca-Cola) ont le sourire. Victorieuses (6-0) face au Kazakhstan, elles ont remporté un succès étriqué contre l’Estonie (1-0) pour s’adjuger la deuxième place du classement.