Al-Habsi veut accroître la fréquence des tournois mondiaux

5 oct. 2021
  • L'ex-gardien d'Oman n'a jamais pris part à une Coupe du Monde de la FIFA™

  • Al-Habsi estime que les grands tournois des confédérations ne doivent pas être placés au milieu de la saison des clubs européens

  • Les joueurs et les fans sont au cœur d'un examen complet du calendrier mondial

Oman est l'une des 133 associations membres qui n'ont jamais été représentées en Coupe du Monde de la FIFA™. Ali Al-Habsi, qui a gardé les cages du Sultanat pendant près de 20 ans, souhaite que l'examen du calendrier à mettre en place après 2024 permette d'accroître les possibilités pour ces pays de se produire sur la scène mondiale. Oman a fait une entrée remarquée au troisième tour des qualifications de l'AFC pour la Coupe du Monde de la FIFA 2022™ en s'imposant au Japon, avant de concéder une courte défaite à domicile devant l'Arabie Saoudite. Les Al-Ahmar reprennent leur route vers le Qatar cette semaine, avec des confrontations prévues contre l'Australie et le Viêt-Nam à Doha et Muscat respectivement. Selon Al-Habsi, la clarification du calendrier doit faire partie des futures priorités.

"Quand on joue en sélection, les rencontres ont une saveur et une atmosphère particulières", assure l'ancien portier, qui a évolué pendant plus de 10 ans en Angleterre. "Elles suscitent davantage de détermination et de motivation chez les joueurs. Pour mettre au point le calendrier, il faut apporter des changements à la gestion de ces grands rendez-vous." "Aujourd'hui, on joue en Europe, on rentre dans son pays et on repart aussitôt disputer un amical à l'autre bout du monde. Il me semble important de créer un mécanisme de gestion des matches officiels, plutôt que de privilégier les amicaux internationaux. Les joueurs déploient de gros efforts pour défendre les couleurs de leur club et de leur pays. Ils pourraient en souffrir physiquement et mentalement, ce qui pèserait sur leur avenir et sur les décisions des entraîneurs de les garder dans leur équipe." "Par exemple, la Coupe d'Asie de l'AFC et la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF ont toujours lieu au beau milieu de la saison des grands championnats européens. Certains joueurs et entraîneurs se voient alors confrontés à des choix difficiles. Il me paraît possible de trouver une solution à même de satisfaire les joueurs, les clubs et les équipes nationales. Cela pourrait même avoir un impact positif sur les fans."

DOHA, QATAR - SEPTEMBER 09: Ali Al Habsi poses for a portrait following an interview during the FIFA Technical Advisory Group on the future of men’s football sessions on September 9, 2021 in Doha, Qatar. (Photo by Harold Cunningham - FIFA)

Al-Habsi fait partie des grandes figures du football mondial issues des six confédérations de la FIFA qui ont été invitées à donner leur avis sur l'optimisation du calendrier masculin venant à expiration en 2024. Outre les joueurs, un large éventail de parties prenantes, dont les médias, les fans, les championnats, les associations membres, les partenaires et les confédérations, a été consulté dans le cadre d'un examen approfondi mené par Arsène Wenger, directeur du Développement du football mondial de la FIFA. Tous les sujets sont sur la table, y compris la fréquence des tournois mondiaux. "Affronter de grandes formations comme le Japon, la République de Corée ou l'Iran dans les qualifications mondialistes expose au risque d'une élimination prématurée", explique Al-Habsi. "Il faut ensuite attendre de nombreuses années avant de pouvoir retenter sa chance. L'option de deux ans accélérerait les délais de préparation et favoriserait la progression des pays qui n'ont pas encore eu la possibilité de participer à la Coupe du Monde."