Media Release

Federation Internationale de Football Association

FIFA Strasse 20, P.O Box 8044 Zurich, Switzerland, +41 (0) 43 222 7777

L’IFAB recommande d’introduire à titre permanent la possibilité de recourir à cinq remplacements

25 nov. 2021

Une décision importante concernant le bien-être des joueurs a été prise à l’occasion de la séance de travail annuelle de l’International Football Association Board (IFAB). Il a en effet été convenu de recommander à l’assemblée générale annuelle de l’IFAB, qui se tiendra en mars 2022, de prolonger à titre permanent la possibilité de recourir à cinq remplacements au plus haut niveau. D’autres discussions portant notamment sur les tests relatifs aux commotions cérébrales et sur les futures innovations de l’assistance vidéo à l’arbitrage ont également été tenues au cours de cette réunion en ligne organisée aujourd’hui sous l’égide de la FIFA. En raison des répercussions de la pandémie de Covid-19 sur le football mondial, l’IFAB a approuvé en mai 2020 un amendement temporaire à la Loi 3 – Joueurs. Sur la base d’une proposition de la FIFA, cet amendement avait pour but de protéger le bien-être des joueurs en permettant à toutes les compétitions nationales et internationales de haut niveau d’autoriser jusqu’à cinq remplacements par match. Cette disposition a été prolongée à plusieurs reprises en raison de l’évolution de la situation sanitaire, la dernière prolongation en date étant valide pour toutes les compétitions devant se terminer avant le 31 décembre 2022. Aujourd’hui, la conseil d’administration de l’IFAB a soutenu la recommandation formulée par ses groupes consultatifs Technique et Football lors de leur réunion du 27 octobre dernier, qui proposait d’introduire cette option à titre permanent dans l’édition des Lois du Jeu 2022/23. Cette recommandation faisait suite à plusieurs propositions soumises par des confédérations, des associations membres, des ligues et d’autres parties prenantes clés du football. Les membres ont convenu que les compétitions devraient pouvoir décider d’augmenter le nombre de remplaçants autorisés à entrer en jeu en fonction des besoins de leur environnement footballistique, tout en conservant la restriction actuelle du nombre d’opportunités de remplacements (trois plus la mi-temps). Une décision finale sera prise lors de la prochaine assemblée générale annuelle de l’IFAB qui se tiendra les 4 et 5 mars 2022 à Zurich, en Suisse. Clarifications en vue des Lois du Jeu 2022/23 Les clarifications portant sur les Lois du Jeu ont également été abordées, notamment la confirmation de l’obligation pour les gardiens de se tenir sur leur ligne de but au moment de l’exécution d’un penalty ou d’un tir au but. Ils ne doivent en revanche pas être sanctionnés s’ils ont un pied derrière la ligne de but au moment du tir. Extension des tests relatifs aux remplacements pour commotion cérébrale Les membres ont par ailleurs été informés des premiers résultats des tests relatifs aux remplacements supplémentaires permanents en cas de commotion cérébrale. Bien que plus de 100 compétitions participent ou aient participé aux tests, très peu de commotions cérébrales ont été signalées depuis leur mise en place en janvier 2021. Conformément à la recommandation des deux groupes consultatifs de l’IFAB, il a été décidé que les tests seraient prolongés d’un an au-delà du délai initial (août 2022). Les membres ont convenu qu’il était essentiel pour le bien-être des joueurs de faire sortir définitivement un joueur potentiellement victime d’une commotion. Autres sujets La FIFA a fait le point sur les innovations futures en matière d’assistance vidéo à l’arbitrage, qui pourraient permettre aux organisateurs de compétitions ayant un budget plus restreint de recourir à l’assistance vidéo, ainsi que sur les derniers développements liés à la technologie semi-automatisée de détection du hors-jeu, qui doit aider les arbitres à gérer ces situations avec plus de rapidité et de précision. Une autre proposition récente concernant la possibilité d’augmenter la durée de la mi-temps (de 15 à 25 minutes) a également été abordée lors de la séance de travail annuelle. Plusieurs membres ont fait part de leurs préoccupations à cet égard, notamment en ce qui concerne le potentiel impact négatif qu’une période d’inactivité plus longue pourrait avoir sur le bien-être et la sa des joueurs. Sur cette base, il a été décidé de ne pas donner suite à cette proposition. La séance de travail annuelle permet de déterminer l’ordre du jour de l’assemblée générale annuelle, lors de laquelle tout changement proposé aux Lois du Jeu est examiné avant d’être approuvé ou rejeté. Tout changement approuvé lors de l’assemblée générale annuelle de l’an prochain sera intégré aux Lois du Jeu à compter du 1er juillet 2022.