Joyce Cook : "Les actes en disent plus long que les mots"

28 juin 2021
  • Joyce Cook, directrice de la division Responsabilité sociale et Éducation de la FIFA : "Il faut célébrer la contribution de la communauté LGBTIQ+ au football"

  • La FIFA se tient aux côtés de ses associations membres pour lutter contre les discriminations à caractère sexuel

  • "Nous devons mieux faire et nous sommes bien décidés à y arriver"

Le mois des fiertés a lieu chaque année, en juin. Pour la communauté LGBTIQ+, cet événement est une occasion de faire la fête, mais aussi de protester de façon pacifique et d’attirer l’attention du monde politique sur des problèmes contemporains.

Joyce Cook, directrice de la division Responsabilité sociale et Éducation de la FIFA, évoque l’engagement de l’instance dirigeante du football mondial au service de l’inclusion des personnes LGBTIQ+ et de la diversité à tous les niveaux du football. Cet engagement s’inscrit dans sa lutte contre toutes les discriminations, partout dans le monde.

Joyce Cook, quelle place tient la promotion de la diversité et de l’inclusion dans le développement du football ? Ces deux objectifs sont indissociables ; l’un ne peut pas exister sans l’autre. Pour parvenir à cette fin, nous devons faire en sorte que le football soit accessible, accueillant, sûr et agréable pour tous, aux quatre coins de la planète. Je crois qu'il est aussi très important de mettre en avant la grande diversité de notre sport. En tant que gardienne du football, c’est une responsabilité que la FIFA prend très au sérieux. Nous utilisons donc notre voix pour sensibiliser le public à ces questions, dans le football et ailleurs.

Comment décririez-vous le football, en tant que communauté diversifiée et représentative, et son rôle dans l’inclusion des personnes LGBTIQ+ ? Le football est synonyme de diversité. Pour s’en convaincre, il suffit de voir les plus grandes équipes, sur le terrain et en dehors. Plus de 40 femmes ouvertement gays ou bisexuelles ont participé à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™. De grands noms comme Megan Rapinoe ou l’entraîneure Casey Stoney sont considérées comme des modèles à suivre pour les jeunes LGBTIQ+ qui se cherchent encore. Ces femmes inspirent de la fierté, plutôt que de la peur ou une honte injustifiée.

Il ne faut pas se voiler la face : les préjugés à l’encontre de la communauté LGBTIQ+ sont encore très nombreux. Pour ses représentants, le football n’est pas encore aussi accueillant qu'il le devrait. De récents événements survenus dans le football et dans d’autres milieux sont venus nous le rappeler. Il faut se demander pourquoi la plupart des footballeurs LGBTIQ+ ont encore peur de parler de leur sexualité.

La discrimination se nourrit de la peur et de l’ignorance, mais elle peut aussi causer de terribles ravages. Certaines personnes abandonnent leur sport de prédilection ou, pire, se font du mal, quand elles n’attentent pas directement à leurs jours. Il reste tant à faire. Néanmoins, beaucoup d’actions positives sont entreprises grâce au football pour lutter contre l’homophobie et la discrimination, et célébrer la diversité et l’inclusion.

On parle souvent des valeurs du football (esprit d’équipe, respect, fair-play), de tolérance, de gentillesse aussi. Je crois qu’il n’y a pas d’avenir possible, si nous n’adhérons pas sincèrement à ces valeurs.

Que fait la FIFA pour lutter contre les discriminations à l’encontre de la communauté LGBTIQ+ ? Que pourrait-elle faire de plus ? Nous sommes conscients de nos responsabilités dans la lutte contre la discrimination. Les 11 buts de la Vision 2020-2023 – Un football véritablement mondial du Président de la FIFA sont sans équivoque à ce sujet.

Plus récemment, le Président de la FIFA et la Secrétaire Générale de la FIFA ont soutenu #Pride 2021 en faisant flotter le drapeau arc-en-ciel au siège de la FIFA pour la première fois en 117 ans d’histoire. Ce petit geste hautement symbolique a rempli de fierté beaucoup de monde : les employés LGBTIQ+ de la FIFA, leurs familles, leurs alliés et moi-même.

La position de la FIFA est claire. Nous ne tolérons aucune forme de discrimination, notamment dans le cadre de nos tournois et de nos compétitions. En marge de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™, par exemple, la FIFA travaille en étroite collaboration avec de nombreux acteurs, des associations LGBTIQ+ et des groupes de supporters pour former les forces de sécurité, les personnels, les officiels de match dans et autour du stade, ainsi que les forces de l’ordre afin que tous les supporters soient accueillis avec respect. À l’avenir, les exigences relatives aux droits de l'homme feront partie intégrante du processus de candidature et d’attribution de nos compétitions.

Comment les stades de football peuvent-ils devenir plus accueillants pour les joueurs, les entraîneurs, les personnels et les supporters LGBTIQ+ ? L’éducation est la clé. Nous fournissons des conseils à nos 211 associations membres pour mettre au point des stratégies nationales et des actions, à partir du Guide de bonnes pratiques de la FIFA en matière de diversité et de lutte contre la discrimination. Nous les encourageons à travailler avec des experts locaux pour concevoir des outils éducatifs et des solutions sur mesure.

Nos conseils et notre aide prouvent que les actes en disent plus long que les mots. On ne le rappellera jamais assez : quand nous embrassons la diversité et l’inclusion, tout le monde gagne. À titre symbolique, nous accueillons l’arc-en-ciel dans toutes les compétitions que ce soit sous forme de drapeau, de maillots d’échauffement, de lacets ou autre.

Les réseaux sociaux contribuent à sensibiliser le plus grand nombre à la cause LGBTIQ+. Quel regard portez-vous sur les comportements vis-à-vis de l’inclusion, dans le football et ailleurs ? Je reconnais l'utilité de ces réseaux pour partager des informations et promouvoir les valeurs de diversité et d’inclusion. Je suis toujours heureuse de voir que la grande majorité des utilisateurs sont ouverts, positifs et bienveillants. C’est vrai aussi pour la majorité des personnes qui gravitent autour du football. Toutefois, il faut reconnaître que le harcèlement et les insultes constituent un problème important sur les réseaux sociaux.

Ce sujet est pris très au sérieux par la FIFA, ses associations membres et les joueurs. Le législateur et les réseaux sociaux eux-mêmes doivent s’emparer de cette question. Nous les y invitons.

Quelles anecdotes sur la représentation de la communauté LGBTIQ+ dans le sport vous ont le plus marquée ? L’année dernière, Mara Gomez est devenue la première femme transsexuelle à atteindre le niveau professionnel en Argentine. Ce n’est pas rien ! Lily Parr s’est battue pour les droits des personnes LGBTIQ+ dès les années 20. Comme beaucoup de monde, j’ai été très impressionnée en voyant Carl Nassib faire son coming out et devenir le premier joueur de NFL ouvertement gay. C’est un geste important et courageux. Je suis sûre que les actions de Carl vont sauver des vies et donner de l’espoir à de nombreux jeunes, dans toutes les disciplines.

Malheureusement, il faudra encore que d’autres personnalités, à l'image de Thomas Hitzelsperger, se mettent en avant, notamment dans le football masculin, pour aboutir à une situation "normale", où ces questions n’auront plus tant d'importance. Ce jour viendra. Je n’ai aucun doute à ce sujet.

Enfin, il ne faut jamais oublier le courage et les souffrances des ceux qui nous précédés et à qui nous devons tant, tel Justin Fashanu, le premier footballeur ouvertement gay en Grande-Bretagne, qui a fini par se suicider. Nous devons mieux faire et la FIFA est bien décidée à y arriver.

Nous devons être volontaires et actifs pour faire entendre les voix des personnes marginalisées, à l'instar des joueurs, des personnels et des supporters LGBTIQ+. Il faut notamment célébrer leur gigantesque contribution au football et à la société en général.

Qu’avez-vous ressenti en voyant le drapeau arc-en-ciel flotter au-dessus de la Maison du football ? C’est un moment historique pour la FIFA dont mon équipe et moi-même sommes très fiers. À mes yeux, ce symbole représente un rappel de notre engagement au service de la diversité et de l’inclusion, ainsi que de notre promesse auprès de la communauté LGBTIQ+. Tout le monde est le bienvenu, à la FIFA. Nous sommes sincères et nous portons nos valeurs tout au long de l’année, à travers des actions concrètes et des mesures auxquelles nous attachons la plus grande importance.