#ReachOut : Luis García, positif et bien dans sa tête

24 août 2021
  • L'ex-milieu de l'Atlético, de Liverpool, du Barça et de l'Espagne encourage les personnes en difficulté à parler

  • Son recours à un psychologue sportif a joué un rôle clé dans sa vie professionnelle et personnelle

  • "Il s'agit d'essayer d'évacuer un peu les pensées ou les moments difficiles d'une journée"

Luis García affiche un beau parcours de près de 20 ans, dont six saisons particulièrement brillantes. Sous les couleurs de l'Atlético Madrid, de Liverpool et de Barcelone, il a réalisé des campagnes prolifiques de 2002 à 2008, avec en prime, une participation à la Coupe du Monde de la FIFA 2006™.

Le milieu s'est vu prodiguer beaucoup de conseils par les nombreux joueurs et entraîneurs qu'il a côtoyés au fil des ans. L'un d'eux l'a marqué. Sur la recommandation de Pako Ayestarán, préparateur physique de Liverpool pendant la saison 2005/06, il a consulté un psychologue sportif et sa carrière en a été transformée.

"Petit à petit, j'ai réalisé à quel point il était important de se sentir bien dans sa tête et d'essayer de toujours penser positif", explique-t-il à FIFA.com à l'occasion de la campagne #ReachOut.

Par le biais de cette campagne lancée début août, la FIFA souhaite sensibiliser le public aux symptômes des maladies mentales, encourager les personnes concernées à demander de l'aide en cas de besoin et inciter chacun à prendre soin de son bien-être mental au quotidien.

Avec le soutien d'anciens footballeurs tels que Luis García, la FIFA met en lumière l'urgence et la nécessité croissante de prendre conscience de l'importance de jouir d'une bonne santé mentale. Selon l'ex-international espagnol, le psychologue sportif a radicalement changé sa manière de vivre son quotidien de joueur.

"Il s'agit d'essayer d'évacuer un peu les pensées ou les moments difficiles d'une journée en en parlant à quelqu'un capable de vous donner les moyens d'affronter certaines situations."

Luis García explique que ces conversations lui ont été très utiles pour traverser les mauvaises passes, en citant sa propre expérience à Liverpool.

"Je souffrais pendant les matches. Mon entraîneur, Rafa Benítez, parlait beaucoup. Je jouais sur l'aile et comme je l'ai souvent raconté, Jamie Carragher, n'arrêtait pas de me crier dessus pour que je ne perde pas le ballon. Quoi qu'on veuille, au bout d'un moment, c'est usant. À la fin des matches, je me sentais frustré, mal dans ma peau, et je rentrais chez moi en ressassant mes nombreuses insuffisances."

Le psychologue sportif lui a permis de vivre ces moments différemment. "Il m'a aidé à isoler ces situations et ces pensées en les confinant dans des bulles. J'ai appris à les éliminer pour me concentrer sur ce que je devais faire, autrement dit sur l'action à venir.

Le psychologue sportif aide à affronter chaque action. On ne peut pas rester bloqué sur une erreur ou une perte de ballon, poursuit Luis García. Par exemple, on a tous été hués ou sifflés dans une rencontre. J'ai appris à m'abstraire de ces situations ou à remplacer le négatif par du positif. J'étais toujours dans le match et au final, tout se passait bien. Je ne parlais que du positif. Le psychologue m'a aidé à me donner beaucoup plus sur le terrain."

Malgré tout, il était compliqué de conseiller à un coéquipier de consulter un psychologue sportif. "À mon époque, voir un psy n'était pas très courant, observe-t-il. Si un coéquipier est triste, s'il ne plaisante pas ou s'il lui arrive de manquer des repas, on sait qu'il n'est pas bien. Mais la personne qui souffre a du mal à faire face à ses problèmes et elle répugne à en parler ou à s'en ouvrir aux autres", ajoute-t-il en soulignant l'importance de reconnaître les troubles de santé mentale. 

Il est tout aussi crucial de connaître les symptômes des maladies mentales, que d'admettre que l'on en est atteint. C'est pourquoi Luis García a choisi de partager son vécu. "Je me suis trouvé dans cette situation où on se sent mal et on a envie d'en parler. Me confier à un psychologue sportif m'a fait beaucoup de bien et j'ai commencé à raconter mon expérience. J'ai ainsi essayé de donner un coup de main à mes coéquipiers, en les encourageant à consulter une personne à même de les aider à résoudre leurs problèmes."

Pour conclure, Luis García soulève un point qui le préoccupe et sur lequel il est souvent interrogé : les jeunes. "On doit les soutenir au début de leur carrière. Ils perdent un peu le sens des réalités et ils croient que c'est arrivé. Il faut les soulager de la pression qui les pousse  à devenir footballeur à tout prix, qu'elle vienne d'eux-mêmes ou de leur famille et de leurs amis. Cela ne les aide pas à progresser et ils ne profitent pas du football, ce qui est le plus important."

Befrienders Worldwide Befrienders Worldwide apporte aide et soutien aux personnes en détresse ou suicidaires dans le monde entier. Consultez https://www.befrienders.org/ et https://www.befrienders.org/other-helpline-organisations pour trouver de l'aide dans votre pays.

Bien que tous les efforts soient faits pour garantir l'exactitude des informations, la FIFA ne saurait être tenue pour responsable du contenu des sites web externes. Si vous êtes en danger immédiat, veuillez appeler les services d'urgence locaux.