Les maîtres face aux élèves  

14 oct. 2018
  • Duels déséquilibrés sur papier en demi-finales

  • La Bolivie devra faire craquer la défense du Portugal

  • Le Japon devra résister à l'attaque espagnole

Dans ce dernier carré du Tournoi de Futsal féminin des Jeux Olympiques de la Jeunesse, Buenos Aires 2018, l’Espagne et le Portugal, qui affronteront respectivement le Japon et la Bolivie, font office de favoris. Ces deux sélections ont été impériales jusqu’ici et ne visent rien d’autre que l’or olympique.

Portugal – Bolivie

Lundi 15 octobre, Tecnópolis, 14 h 00 (heure locale)

Rouleau-compresseur offensif, le Portugal domine les statistiques en termes de temps de possession (67,75%) et de tirs (252). Par ailleurs, la formation lusitanienne constitue la deuxième meilleure attaque (37 buts) et compte dans ses rangs l’excellente Fifo, deuxième joueuse la plus prolifique du tournoi avec 11 réalisations.

Mais les Portugaises, qui ont disputé trois matches sans encaisser le moindre but, ont également des atouts défensifs à faire valoir.

Elles devront désormais faire face à María Gálvez, meilleure buteuse du tournoi avec 13 réalisations et figure de proue de l'étonnante formation bolivienne. Les Sud-Américaines, qui montent progressivement en puissance, n’ont rien à perdre et seront de sérieuses concurrentes.

La stat

122
Comme le nombre de minutes consécutives du Portugal sans concéder de but.

Entendu...

"Ce sera un adversaire redoutable. Mais avec notre envie et notre force, rien n’est impossible." - María Gálvez, pivot de la Bolivie

Espagne – Japon

Lundi 15 octobre, Tecnópolis, 16 h 00 (heure locale)

Principal candidat au titre olympique avant le début du tournoi, l’Espagne a confirmé ce statut sur le terrain. Bousculées par les Boliviennes en match d’ouverture, les Espagnoles se sont toutefois montrées à la hauteur de leurs prétentions. Meilleure attaque de la compétition avec 39 buts, la sélection ibérique est surtout dangereuse pour ses nombreuses options offensives. Ses huit joueuses de champ ont toutes trouvé le chemin des filets à Buenos Aires.

De son côté, le Japon n’a eu besoin que de 16 buts dans cette compétition pour s’imposer lors de ses trois sorties, soit autant de réalisations que l’Espagne a signées face à Trinité-et-Tobago. Cette équipe nippone très réaliste ne voudra commettre aucune erreur défensive, tout en exploitant chaque occasion de but.

La stat

22
Comme le nombre de passes décisives que compte l’Espagne, soit 13 de plus que le Japon.

Entendu...

"Notre défaite 0-2 contre le Portugal démontre malgré tout nos capacités défensives face à de bonnes attaquantes. Mais pour gagner, il faut marquer et nous devrons faire preuve d’efficacité devant le but adverse." - Kenichiro Kogure, sélectionneur du Japon.