Les demi-finales de légende de la #FWWC

  • Retour sur quatre demi-finales marquantes de l’histoire du tournoi

  • Parmi les quatre demi-finalistes de 2019, seuls les États-Unis ont déjà été sacrés

  • Les Pays-Bas disputent leur première demi-finale

Le dernier carré : dernières occasions de briller, derniers rescapés d’une longue compétition, et dernière marche avant la finale. De quoi générer du suspense, du spectacle et des émotions. Tout au long de son histoire, la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ a connu son lot de demi-finales mémorables.

Quelques heures avant les matches décisifs Angleterre - États-Unis et Suède - Pays-Bas, FIFA.com remonte le temps pour revenir sur quatre demi-finales de légende.

Norvège 0-5 RP Chine, États-Unis 1999

Tout était prêt pour une nouvelle fête : la Norvège, tenante du titre mondial, a enchainé les victoires faciles pour atteindre le dernier carré, infligeant au passage un 7-1 au Canada, un 4-0 au Japon, ou un 3-1 à la Suède en quart. La RP Chine ne doit pas constituer un obstacle insurmontable sur la route d’une deuxième finale consécutive. Mais voilà, chez les Roses d’Acier joue une certaine Sun Wen, qui remportera quelques jours plus tard le Ballon d’Or et le Soulier d’Or adidas (ex aequo) du tournoi, grâce notamment à sa performance exceptionnelle et ses deux buts contre les Scandinaves.

Allemagne 3-0 États-Unis, États-Unis 2003

Battre les États-Unis est déjà une performance. Le faire sur leurs terres est un exploit. Y parvenir alors qu’ils comptent dans leurs rangs des légendes comme Mia Hamm, Julie Foudy, Cindy Parlow et la jeune mais déjà talentueuse Abby Wambach, cela relève du miracle. C’est ce qu’a accompli l’Allemagne avec, il est vrai, une génération exceptionnelle menée par Birgit Prinz, Renate Lingor, Silke Rottenberg et Bettina Wiegmann, qui allait enchaîner deux titres mondiaux. Le score final peut paraître lourd, mais la rencontre a été très tendue et équilibrée après l’ouverture du score allemande au quart d’heure de jeu, jusqu’aux deux buts inscrits par la Nationalmannschaft dans le temps additionnel.

États-Unis 0-4 Brésil, RP Chine 2007

Cette fois, c’est sûr : après leur lourde défaite en demi-finale de l’édition précédente, les Américaines ont retenu la leçon et vont retrouver la finale ? Pas vraiment… Ce jour-là à Hangzhou, elles tombent sur une Marta de gala qui écrit l’un des plus beaux chapitres de sa légende. L’attaquante inscrit un doublé, et les Stars and Stripes ne voient pas le jour. Le plus grand match de l’histoire de la Seleçao féminine est aussi l’une des plus grandes désillusions de l’histoire de Team USA.

Japon 2-1 Angleterre, Canada 2015

Pour la première demi-finale de son histoire, l’Angleterre se frotte au tenant du titre. Comme souvent dans les matches historiques, les détails font la différence. Par exemple, quelques centimètres pour Jodie Taylor, dont la frappe après un sombrero dès le coup d’envoi finit au pied du poteau japonais. Autre détail décisif, l’expérience d’Aya Miyama au moment de transformer son penalty à la demi-heure de jeu. L’Angleterre répond par Fara Williams dans le même exercice et les Trois Lionnes dominent la deuxième période. Mais les détails sont cette fois la transversale, qui renvoie une frappe de Toni Duggan, puis l’ultime contre japonais dans le temps additionnel : le centre de Nahomi Kawasumi est dévié dans ses propres filets par la malheureuse Laura Bassett…