Foord sur l'autoroute du succès

Meilleure jeune joueuse de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Allemagne 2011™, l'Australienne Caitlin Foord ** **aurait pu prétendre remporter à nouveau ce prix quatre ans plus tard au Canada, à quelques mois près.

Foord a rejoint l'équipe nationale à l'âge de 16 ans, un mois à peine avant le début d'Allemagne 2011. Elle a débloqué son compteur personnel en sélection après dix minutes de jeu, au terme d'une action conclue par un dribble et une frappe pleine de sang-froid. Un mois plus tard, elle se lançait à la conquête de la Coupe du Monde Féminine. Tom Sermanni, le sélectionneur australien de l'époque, n'a pas hésité à la titulariser au poste d'arrière droit, en lui confiant une mission simple : marquer Marta, la quintuple Joueuse Mondiale de la FIFA.

Pari risqué, mais réussi. La troisième plus jeune joueuse du tournoi a réussi à museler l'attaquante brésilienne, passant ainsi du statut d'espoir à celui de révélation. "Je ne m'attendais pas à disputer ce match contre le Brésil, compte tenu du fait que je venais de faire mes débuts en sélection", se souvient l'intéressée au micro de FIFA.com. "Tom Sermanni est venu me trouver la veille au soir pour m'annoncer qu'il avait un défi à me proposer. J'étais un peu nerveuse, mais j'avais envie de jouer. J'ai donc décidé de me donner à fond, sans me poser trop de questions. En vérité, je trouve assez plaisante l'idée de me mesurer à une joueuse de ce niveau. C'est effectivement un défi."

En voiture Simone Trois ans plus tard, Foord n'a toujours pas soufflé ses 20 bougies, ce qui ne l'empêche pas de briller en club comme en sélection. L'an dernier, elle a disputé sous les couleurs de Sky Blue FC la saison inaugurale de la National Women’s Soccer League, le championnat professionnel américain. Pendant l'été, elle quitte le New Jersey pour porter les couleurs de Sydney, où elle tentera d'ajouter une seconde couronne nationale à son palmarès. "J'ai progressé sur le terrain et en dehors", estime l'Australienne, qui allie vitesse et sens du dribble à la perfection. "Ça vient naturellement, avec la maturité. J'ai joué avec et contre de nombreuses internationales, américaines ou issues d'autres sélections. C'était très instructif."

Et si Foord est aujourd'hui lancée sur la route du succès, celle-ci a commencé par les 200 km aller-retour que Simone, la mère de Caitlin, a parcouru trois à quatre fois par semaine pour conduire sa fille de leur domicile de Wollongong à Sydney. "Sans elle, je ne serai pas là aujourd'hui", assure Foord, qui a grandi à quelques pâtés de maison d'une autre internationale australienne, Michelle Heyman. "Grâce à ma mère, j'ai eu la possibilité de réaliser mon rêve."

D'un rêve à l'autre, le prochain se situe au Canada, qui accueillera la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015. "En Allemagne, nous avions pratiquement la moyenne d'âge la plus basse. Cette fois, nous serons plus expérimentées", annonce Foord. "Nous avons de la ressource et de nombreuses cordes à notre arc sur le plan offensif."

Déjà la voix de l'expérience à 20 ans à peine...