Bulatovic tire le Monténégro vers le haut

20 oct. 2021
  • Le Monténégro reste sur un étonnant succès dans les qualifications

  • Il aborde le prochain match contre l’Azerbaïdjan en confiance

  • "Nous nous battrons jusqu’au bout" , annonce Sladjana Bulatovic

Au Classement mondial féminin FIFA/Coca-Cola, 40 places séparent le Monténégro et la Bosnie-et-Herzégovine. Le match entre les deux équipes en qualifications pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023™ s’annonçait donc déséquilibré. Pourtant, les Monténégrines ont fait mentir les statistiques en s’imposant 3-2. "Nous sommes très heureuses, mais nous avons préparé ce match avec beaucoup de sérieux", explique Sladjana Bulatovic à FIFA.com. "Les Bosniennes sont nettement mieux classées que nous. Elles ont marqué 18 points lors des qualifications pour l’Euro. Nous les respectons, mais nous n’avons jamais eu peur d’elles. C’est notre caractéristique la plus importante. Nous ne cédons jamais à la panique, même lorsque nous affrontons de grandes équipes, comme l’Allemagne ou l’Espagne."

"Nous avons lutté ensemble, chacune pour les autres ; c’est le secret de notre réussite. Quelques minutes avant la fin du match, nous avons pris deux cartons rouges. Malgré tout, nous n’avons pas renoncé. Nous avons continué à nous battre et nous avons fini par gagner. Ces trois points, nous ne les avons pas volés", estime-t-elle.

Sladjana Bulatovic fights for the ball with Lina Magull from Germany

Ce succès a provoqué une petite vague d’euphorie au Monténégro dans les médias locaux. "C’est une bonne chose. Les gens regardent et écoutent. Ces dernières années, beaucoup de filles se sont mises au football. Notre fédération nous aide et ne ménage pas ses efforts pour nous soutenir. Nous bénéficions par exemple des mêmes conditions que les joueurs de l’équipe masculine", précise la capitaine monténégrine. Le prochain adversaire de Bulatovic et de ses coéquipières est l’Azerbaïdjan, classé cette fois 20 places dans la hiérarchie mondiale. Mais depuis la victoire inattendue contre la Bosnie-et-Herzégovine, le moral est au beau fixe dans le camp monténégrin. "Nous avons du respect pour nos adversaires, mais nous avons aussi confiance dans nos capacités. Nous avons la chance d’avoir des entraîneurs qui réalisent un travail de préparation fantastique. Nous espérons prendre les trois points", annonce Bulatovic, 27 ans, qui évolue au Rayo Vallecano, en première division espagnole. "Mais on ne peut pas se contenter d’espérer ; il faut se battre pour obtenir ce que l’on veut. Si on joue à son meilleur niveau, la victoire est possible." Viendra ensuite une confrontation contre le Danemark, l’une des meilleures équipes d’Europe. Bulatovic y voit une opportunité de progresser. "C’est important pour nos jeunes joueuses car elles apprennent à chaque sortie. Elles accumulent de l’expérience. C’est vrai aussi pour nous, qui fréquentons la sélection depuis dix ans", assure-t-elle. 'Même si l’écart de niveau est important, ça reste un privilège d’affronter de telles équipes. Nous sommes fières de participer à ces qualification pour la Coupe du Monde, mais aussi de partager le terrain et de belles émotions avec des joueuses exceptionnelles." En tant que capitaine, Bulatovic met l’expérience acquise dans le championnat d’Espagne au profit de ses partenaires, notamment les plus jeunes. Le sélectionneur Mirko Maric joue également un grand rôle dans la progression du football féminin monténégrin. "L’année dernière, nous avons perdu 10-0 contre l’Allemagne. Beaucoup de gens ont pensé que c’était une honte et que nous aurions mieux fait de raccrocher les crampons. Pourtant, après le match, notre sélectionneur est venu nous trouver et il nous a dit : 'Je suis très fier de vous'", se souvient Bulatovic. "Nous étions étonnées. Comment pouvait-il être fier ? Il a poursuivi : ‘Je suis fier de vous car vous n’avez jamais baissé les bras, jusqu’au coup de sifflet final conte l’une des meilleures équipes du monde’. Sa façon de s’adresser à nous et de toujours chercher des solutions fait toute la différence. Nous avons un lien très fort avec nos entraîneurs. ils ont su nous mettre en confiance", conclut-elle.

Crédit Photos : Fédération de Football du Monténégro