L'Inde et Devi ont le devoir de se qualifier

  • Bala Devi est une joueuse phare de l'Inde

  • Une blessure l'a privée de la Coupe d'Asie Féminine de l'AFC en cours

  • L'attaquante croit dans la qualification des Tigresses bleues

L'Inde accueille la Coupe d'Asie Féminine de l'AFC, qui fait office de compétition préliminaire de la prochaine Coupe du Monde Féminine de la FIFA™.

Fortes de l'avantage du domicile, les Tigresses bleues nourrissent d'autant plus d'espoirs de décrocher leur première participation au rendez-vous mondial, que cinq sésames directs et deux billets pour les barrages sont en jeu. En outre, l'Australie ayant déjà son passe en poche en tant que co-hôte, elle n'entre pas dans la course à la qualification pour la phase finale élargie à 32 équipes.

Un nuage est cependant venu assombrir le ciel indien : l'absence de Bala Devi, élue meilleure joueuse de l'année avec une moyenne de près d'un but par match en sélection. En 2020, l'attaquante a rejoint les Rangers, pour devenir la première Indienne recrutée par un club étranger. Malheureusement, une déchirure du ligament croisé antérieur a écourté son séjour à Glasgow et l'a écartée de la Coupe d'Asie.

Malgré le nul vierge face à la RI Iran en ouverture, Devi est convaincue que ses coéquipières sont de taille à offrir à l'Inde sa première apparition en Coupe du Monde. "J'ai confiance dans notre équipe et dans ses capacités. Je crois dans nos chances, d'autant que nous jouons chez nous", assure-t-elle au micro de FIFA.com.

"Nous avons passé deux ou trois dures années à nous tester dans des matches de compétition. Nous avons suffisamment haussé notre niveau et notre qualité de jeu pour accéder à la Coupe du Monde."

Inspirer la prochaine génération

La perspective d'une qualification laisse entrevoir les conséquences pour le football féminin indien et selon Devi, une Coupe du Monde pourrait avoir un effet déclencheur. "Dans mon enfance, on ne pouvait voir du football féminin nulle part, alors je n'avais pas de modèles", explique-t-elle. "En fait, nous n'avions pas accès à beaucoup de matches de foot, même masculins."

Mais aux alentours de la Coupe du Monde 2002, Devi a vu un poster de Ronaldo, Ronaldinho et David Beckham dans un magasin et cette seule image l'a inspirée. "Si l'Inde se qualifie, la Coupe du Monde Féminine pourrait avoir un impact considérable", espèrer-t-elle. "Heureusement pour les filles qui aiment le football, les choses se sont beaucoup améliorées."

Aujourd'hui, nous avons nettement plus d'opportunités et de références", ajoute celle qui admire Marta et Megan Rapinoe. "J'admire plus que tout la force de caractère qui leur permet de porter leur équipe, de donner de la visibilité au football féminin et de faire ce qu'il y a de mieux pour notre sport. C'est fantastique pour les filles d'avoir de telles sources d'inspiration. Participer à une Coupe du Monde est d'une importance cruciale pour la prochaine génération."

Un tremplin vers le succès

Devi aura 32 ans en 2023. Elle est consciente de tenir peut-être sa meilleure et seule chance de jouer une Coupe du Monde. La prochaine génération de Tigresses bleues, elle, a déjà l'occasion de vivre une apparition imminente sur la scène mondiale. L'Inde doit en effet abriter la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA™ plus tard cette année.

"Cela montre le soutien dont le football, et le football féminin en particulier, bénéficie chez nous à présent", commente-t-elle. Ce n'était pas le cas à mes débuts. Mais après la Coupe du Monde U-17 en 2017 et aujourd'hui la Coupe d'Asie, la Coupe du Monde Féminine U-17 aura lieu ici dans quelques mois. C'est la première fois que les filles et les femmes indiennes auront l'occasion d'assister à un événement de cette nature. J'espère que le tournoi sera encore plus médiatisé si notre sélection fait bonne figure. L'équipe qui a pris part à Inde 2017 a joui d'un soutien incroyable. Le nombre de filles qui jouent au football a énormément augmenté et cette Coupe du Monde pourrait mettre notre nation encore plus en valeur", conclut-elle.

PUNE, INDIA - MAY 25: Ngangom Bala Devi, the flag bearer of womens football in the country, and the former captain of the Indian national team, shares a light moment with kids of United Poona Sports Academy at Aksharnandan School near SB road, on May 25, 2019 in Pune, India. (Photo by Sanket Wankhade/Hindustan Times via Getty Images)