Revanche et rivalité dans le dernier carré

1 août 2021
  • Retrouvailles et revanche en demi-finales du Tournoi Féminin

  • Le derby nord-américain rappelle un classique de 2012

  • La Suède et l'Australie se retrouvent quelques jours après leur dernière confrontation

Les demi-finales du Tournoi Olympique de Football Féminin, Tokyo 2020 évoquent des souvenirs. Dans le cas de l’Australie et de la Suède, il ne sera pas nécessaire de remonter très loin : les deux équipes se sont affrontées en phase de groupes, il y a un peu plus d'une semaine. En ce qui concerne les États-Unis et le Canada, on se souvient d'une rencontre disputée il y a neuf ans jour pour jour, qui avait été l’une des plus spectaculaires de l’histoire de la compétition. Présentation d'un dernier carré sous le signe des retrouvailles.

Le programme

Lundi 2 Août (heures locales) États-Unis - Canada Kashima Stadium, Kashima 17h00 Australie - Suède International Stadium, Yokohama 20h00

YOKOHAMA, JAPAN - JULY 30: Lynn Williams #21 of Team United States scores their side's second goal during the Women's Quarter Final match between Netherlands and United States on day seven of the Tokyo 2020 Olympic Games at International Stadium Yokohama on July 30, 2021 in Yokohama, Kanagawa, Japan. (Photo by Alex Grimm - FIFA/FIFA via Getty Images)

À savoir

Une doublure prête à jouer les premiers rôles Solution de rechange au sein de l’effectif des États-Unis, Lynn Williams n’était même pas sur le banc lors des deux premières sorties des championnes du monde. Vlatko Andonovski a ensuite joué la carte de la surprise en la titularisant en quart de finale contre les Pays-Bas. Avec un but et une passe décisive, elle n’a pas laissé passer sa chance. Cette performance lui permettra-t-elle de conserver une place dans le onze de départ des Stars and Stripes ? Pour le moment, la latérale gauche Crystal Dunn est la seule joueuse de champ à avoir débuté les quatre matches de son équipe. Une page d'histoire Un journal canadien avait présenté ce match comme "le plus grand match de l’histoire du football féminin". Canadiennes et Américaines avaient disputé à Londres 2012 une rencontre rhytmée par la qualité de jeu, le spectacle et le suspense. Christine Sinclair s’en souvient sans doute parfaitement. La buteuse canadienne avait signé un triplé, ainsi que l’une des performances les plus complètes de sa carrière, ce qui ne l’avait pas empêchée de se retrouver dans le camp des vaincues, au terme d'une rencontre haletante et émaillée de quelques controverses. Sa coéquipière Desiree Scott avait parlé "d’une histoire extraordinaire, à laquelle il ne manquait qu’une fin heureuse". La capitaine des Canucks aimerait sans doute prendre sa revanche.

Cinq buts et un objectif pour Kerr Malgré la défaite 4-2 en phase de groupes, Tony Gustavsson, le sélectionneur de l'Australie, estime que ses joueuses ont "dominé" la Suède, notamment en livrant une performance "proche de la perfection" pendant une heure. Les Blagult ont effectivement eu bien du mal à museler Samantha Kerr. L’Australienne est la meilleure buteuse encore en lice, avec cinq réalisations (contre quatre pour Stina Blackstenius), mais elle aura sûrement du mal à s’adjuger le Soulier d’Or, elle qui pointe encore à cinq longueurs de Vivianne Miedema.

La fatigue à prendre en considération Avec un match tous les trois jours, les Tournois Olympiques de Football sont une épreuve d’endurance. Disputer une prolongation peut rendre l'effort physique encore plus éprouvant. Seule équipe à avoir validé son billet pour le dernier carré dans le temps réglementaire, la Suède pourrait donc partir avec une longueur d’avance. "Je pense que nous en tirerons les bénéfices à mesure que le match avancera", estime Caroline Seger, la capitaine des Blagult, d'autant que les Scandinaves ont pu s’offrir le luxe de faire tourner leur effectif durant la phase de groupes. "Je ne m'attends pas à ce que ça influence le début de match, car les Australiennes seront fraîches et extrêmement motivées. Mais c’est un tournoi très dur et une prolongation pèse sur les organismes, et nous allons essayer de profiter du fait qu'elles ont plus de fatigue dans les jambes."