Avant l’heure, c’est Fowler

31 juil. 2021
  • L’Australie élimine la Grande-Bretagne

  • Mary Fowler, 18 ans, a marqué un but décisif

  • "Elle a un grand avenir devant elle“, promet Sam Kerr

"Je suis submergée par l'émotion. Je suis très fière que nous ayons gagné, et marquer mon premier buts dans ces Jeux Olympiques est un sentiment incroyable", s'exclame Mary Fowler pour FIFA.com, après avoir longuement célébré avec ses coéquipières la victoire historique des Australiennes contre la Grande-Bretagne, en quart de finale de Tokyo 2020. 

Dans ce match totalement fou, la jeune attaquante est entrée à 20 minutes du terme et a permis aux Matildas de passer devant en inscrivant le but du 2-3 en prolongation. Sam Kerr, qui a terminé le boulot (3-4, score final) après avoir signé l'égalisation à une minute du terme, se montre élogieuse en évoquant sa benjamine. "Elle est entrée et a sauvé le match pour nous. Elle n'a que 18 ans !", souligne la capitaine. "Elle a un grand avenir devant elle et nous avons beaucoup de chance de l'avoir. Elle a vraiment trouvé sa place dans l'équipe ces 12 derniers mois et elle a été exceptionnelle ce soir".

Le but de Fowler, une frappe lointaine qui a fini dans la lucarne d'Ellie Roebuck, n'a pas surpris son sélectionneur, Tony Gustavsson. "Mary marque des buts à l'entraînement depuis des semaines. Pied gauche, pied droit, tête… Elle était très proche de marquer contre les Etats-Unis également, où elle avait mis une tête sur la barre transversale. Ce que j'aime dans cette équipe, c'est que les joueuses s'encouragent entre elles. Les joueuses expérimentées conseillent les plus jeunes. Mary est en forme et ça fait un moment que ça dure. Elle gère très bien la pression aussi, comme elle l'a montré dans ce quart de finale."

Sa performance marque une nouvelle étape dans l'ascension fulgurante de cette pépite, qui fut la deuxième plus jeune joueuse à participer à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 et qui, depuis, ne cesse de grandir. "J'ai eu la chance de participer à des grands tournois et de voir évoluer des grandes joueuses. C'est une chance de vivre de telles expériences aussi jeune", se réjouit Fowler, qui a débuté sa carrière internationale à 15 ans seulement. 

Destin olympique

"J'ai beaucoup mûri en allant jouer en Europe", poursuit celle qui a signé avec Montpellier début 2020. "Je joue contre des équipes de haut niveau dans un grand championnat. Ça me permet de beaucoup progresser". 

Cette nouvelle étape qu'elle a franchie au Japon n'est pas tombée par hasard sur la tête de Fowler. "Quand j'étais enfant, c'était mon seul rêve. C'est incroyable pour moi de faire partie de cette aventure. Ça va faire partie de mon histoire à présent", se réjouit celle qui, enfant, participait à des olympiades en famille sur la plage, avec remises de médaille à la clé, et dont le frère et la sœur sont également footballeurs. 

C'est donc logiquement qu'elle se projette plus loin que cette victoire en quart de finale, une grande première pour son pays, qui s'était arrêté à ce stade en 2004 et en 2016. Dans le dernier carré, les Matildas retrouveront la Suède qui les avait battues (4-2) dans le Groupe G. "On a montré ce dont nous étions capables ce soir, donc nous allons aborder cette revanche avec beaucoup de confiance", promet Fowler. 

"Nous avons déjà écrit l'histoire en arrivant en demi-finale, aller jusqu'au bout serait incroyable. Vu comment nous nous sentons ce soir, je n'ose même pas imaginer l'émotion que nous ressentirons si nous allons plus loin", conclut-elle. 

huwsy72c7zoriemzfnvp.jpg