L'Asie veut qualifier ses favoris

22 nov. 2016

La phase de groupes de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Papouasie-Nouvelle-Guinée 2016 est terminée et la moitié des 16 équipes en lice sont déjà éliminées. Parmi les huit sélections restant dans la course figurent l'Allemagne, tenante du titre, les États-Unis, anciens lauréats, ainsi que le Japon et la RDP Corée. Les deux équipes asiatiques espèrent assumer leur statut de favorites.

Les rencontres RDP Corée - Espagne, National Football Stadium, Port Moresby, 24 novembre, 16h00 (heure locale) Les Nord-Coréennes sont, avec les Allemandes, les seules à avoir fini la phase de groupes avec trois victoires. Le sélectionneur Hwang Yongbong a cependant mis ses joueuses en garde contre les Espagnoles : il a décrit les Européennes comme l'une des meilleures équipes au monde.

L'Espagne, vice-championne d'Europe, est l'une des surprises de ce tournoi. Dans un groupe qui comptait également le Japon et le Nigeria, les Ibères étaient tout au plus considérées comme des outsiders. Cette situation n'a pas empêché la Rojita, pour sa deuxième participation au tournoi,* *de se retrouver pour la première fois en quart de finale. La RDP Corée ferait bien de se méfier, surtout après la victoire espagnole contre le Japon, l'un des prétendants au titre (1:0).

Japon - Brésil, National Football Stadium, Port Moresby, 24 novembre, 19h30 (heure locale) Chez les A, le Japon et le Brésil figurent parmi les meilleures équipes à l'échelle mondiale. Les Sud-Américaines attendent toutefois depuis la Coupe du Monde Féminine 1991 une victoire contre les Japonaises : que ce soit lors du Tournoi Olympique de Football 2012 (2:0), en match amical ou au niveau U-17, les Asiatiques sont toujours sorties vainqueurs. Chez les U-20 ans, ce quart de finale constituera une première.

Les Petites Nadeshiko se sont livrées dès leur premier match à une démonstration de force face au Nigeria, finaliste de l'édition 2014 (6:0). Elles ont ensuite subi une défaite 0:1 face à l'Espagne, avant d'enregistrer à nouveau une écrasante victoire contre le Canada (5:0). La Canarinha, en revanche, ne s'est qualifiée pour la seconde phase qu'à la faveur d'une meilleure différence de buts que la Suède. À la fin de la phase de groupes, elle affichait à son compteur une victoire (9:0 contre la Papouasie-Nouvelle-Guinée), un nul (1:1 contre la Suède) et une défaite (2:4 contre la RDP Corée).

La joueuse à suivre Si le titre mondial est l'objectif numéro un des sélections encore en lice, la course aux récompenses individuelles est, elle aussi, passionnante, notamment le Soulier d'Or revenant à la meilleure buteuse. La Japonaise Mami Ueno est actuellement bien placée pour le recevoir. Elle a fait trembler les filets à quatre reprises déjà, tout comme Kim So Hyang (RDP Corée) et Gabi Nunes (Brésil), mais il lui a fallu moins de temps pour inscrire ses buts et elle a également signé davantage de passes décisives (2) que ses concurrentes. Devant ce trio figure cependant, pour l'heure, la Suédoise Stina Blackstenius, avec 5 réalisations.

La stat 1 - Sur les 29 matches qu'elle a disputés jusqu'à présent dans l'histoire de la compétition, la RDP Corée n'a enregistré qu'un seul nul (pour 20 victoires et huit défaites). C'était il y a deux ans, au Canada, en quart de finale face aux États-Unis. Les championnes du monde 2006 s'étaient imposées 3:1 aux tirs au but. Mais à l'étape suivante, l'aventure s'achevait après une lourde défaite 2:6 contre le Nigeria.

Entendu…"On doit rester fidèles à notre jeu. Notre football consiste à jouer à une touche de balle et à faire bouger l’adversaire. On ne doit pas les laisser s’installer et faire en sorte que ce soit nous qui soyons à l’aise avec la possession du ballon. On n’a pas le même potentiel physique que d’autres équipes, mais on a cette qualité technique, qui peut nous aider à avancer dans la compétition" -  María Quiñones, gardienne de l'Espagne