Pina et la Rojita dominent les débats

1 déc. 2018
  • Les récompenses individuelles ont été remises après la finale

  • Claudia Pina élue meilleure joueuse, Mukarama Abdulai meilleure buteuse

  • L’Espagnole Catalina Coll désignée meilleure gardienne du tournoi

La Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Uruguay 2018 a enfin livré son verdict. Après la victoire 2-1 de l’Espagne sur le Mexique en finale, le temps était venu de remettre les récompenses individuelles au stade Charrúa de Montevideo.

zysvq5jcvpnj3dmzpgyi.jpg

Ballon d’Or adidas : Claudia Pina (Espagne)

Véritable tête pensante de l’équipe d’Espagne, Claudia Pina s’est régulièrement illustrée balle au pied durant son séjour en Uruguay. Sa capacité à dicter le tempo du match et son incroyable vision du jeu font d’elle un rouage essentiel du jeu déployé la Rojita. Passeuse de génie, elle sait aussi se muer en buteuse quand l’occasion se présente.

  • Soulier d’Argent adidas : Nicole Perez (Mexique)

  • Soulier de Bronze adidas : Mukarama Abdulai (Ghana)

uvp3hsbhjnrsimlj6nsf.jpg

Soulier d’Or adidas : Mukarama Abdulai (Ghana)

L’attaquante ghanéenne a frappé à sept reprises en quatre sorties dans cette édition 2018. Non contente de dépasser Jane Ayieyam au classement des meilleures artificières de l’histoire de la Coupe du Monde Féminine U-17, elle a joué un rôle essentiel dans la qualification du Ghana pour les quarts de finale.

  • Soulier d’Argent adidas : Claudia Pina (Espagne)

  • Soulier de Bronze adidas : Irene Lopez (Espagne)

eq7dfq7fufsmh2eakip1.jpg

Gant d’or adidas : Catalina Coll (Espagne)

Le dernier rempart de la Rojita n’a pratiquement jamais été pris en défaut en Uruguay. Mieux encore, Coll s’est imposée comme l’héroïne du quart de finale contre la RDP Corée. Avec deux interventions décisives durant la séance de tirs au but, elle a été l’une des instigatrices de la qualification pour les demi-finales.

uiy5dxfck7yhjdfogwjp.jpg

Prix du Fair-play de la FIFA : Japon

Les Japonaises ont fait leurs adieux à la compétition à l’issue des quarts de finale. Malgré leur échec aux tirs au but contre la Nouvelle-Zélande, les Little Nadeshiko ne repartent pas les mains vides : elles remportent en effet le Prix du Fair-play, grâce à leur faible nombre de cartons jaunes.