Chmielinski et Siems, des colocs prêtes pour le choc

Lors de la seconde phase de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Jordanie 2016, la complicité qui unit les joueuses pourrait bien faire le jeu de l’Allemagne. C’est peut-être la raison qui a poussé Gina Chmielinski et Caroline Siems à profiter d’un changement d’hôtel pour s’installer dans la même chambre à l’approche de leur quart de finale contre l’Espagne, ce 12 octobre.

"On joue dans le même club, on se connaît depuis longtemps. On a déjà partagé plein de choses ensemble et on s’entend bien", explique Gina, milieu de terrain du Turbine Potsdam aux côtés de Caroline, défenseuse. Les deux jeunes femmes étaient ensemble à l'internat du centre de formation. "Après la phase de groupes, on a voulu changer les chambrées et c’est ainsi qu’on a décidé de partager la chambre. Il y a beaucoup de points de communs avec l’internat. Dans les deux cas, on ne passe pas son temps l’une sur l’autre, on se retrouve juste le soir, une fois que la journée est terminée", ajoute sa colocataire. "Au sein de la sélection, tout le monde s’entend vraiment super bien. On forme une bonne équipe, c’est ça qui fait la différence. On partage des choses sur le terrain mais aussi en dehors", poursuit Siems.

Les joueuses d'Anouschka Bernhard ont terminé tête de leur groupe lors de cette Coupe du Monde Féminine U-17 et doivent désormais affronter l'Espagn dès les quarts de finale. "Notre objectif, c’était de nous qualifier pour les quarts. Maintenant, on avance pas à pas. On veut aller en demi-finale et on va tout donner contre l‘Espagne", annonce Siems, titulaire en Jordanie tandis que sa voisine de chambrée, du haut de ses 16 ans, n’a jusqu’ici disputé que quelques minutes. "Ce ne sera pas un match facile, mais je crois en notre équipe. On verra ensuite ce qui est encore possible. Une médaille serait formidable, bien sûr."

Cap sur le Japon Les deux Allemande seraient évidemment ravies de pouvoir passer un peu plus de temps en Jordanie, même si jusqu’ici, leur découverte du pays se limite avant tout aux terrains d’entraînement, aux stades et aux hôtels. "Amman est une très belle ville", estime Chmielinski tandis que Siems s’empresse d’ajouter : "Les paysages sont magnifiques, c’est très différent de ce qu’on peut voir en Allemagne. On a fait une excursion à la mer Morte, c’était incroyable. On découvre une culture totalement différente".

Dans le meilleur des cas, leur séjour en Jordanie se prolongera jusqu’au 21 octobre, jour de la finale qui de disputera à Amman. Si les pensées des deux joueuses sont avant tout tournées vers l’Espagne, elles ne cachent pas que le Japon reste le grand favori de la compétition. En demi-finale, leur route pourrait d’ailleurs bien croiser celle des championnes du monde en titre. "Elles sont excellentes, tant sur le plan de la technique que du jeu. Elles sont incroyablement rapides et agiles", estime Siems tandis que Chmielinski se dit elle aussi impressionnée par "l’esprit combatif et la technique" des Asiatiques.

Mais au vu de son parcours dans cette compétition, la sélection de Bernhard semble elle aussi disposer des qualités nécessaires pour offrir à l’Allemagne son premier titre mondial dans cette tranche d’âge.