Kramaric : "J’en ai encore la chair de poule"

  • La Croatie occupe la deuxième place du Groupe H des qualifications européennes

  • Une finale à venir contre la Russie

  • Entretien avec l’attaquant croate Andrej Kramaric

Alors qu’il ne reste que deux journées à disputer, le Groupe H des qualifications européennes pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™ est loin d’avoir livré son verdict. La Russie (19 points) et la Croatie (17) sont au coude-à-coude.

Le 14 novembre, les Vatreni joueront un match à quitte ou double face au pays hôte de l’édition 2018 du rendez-vous mondial. "Nous sommes confiants", assure Andrej Kramaric à FIFA.com. "Nous sommes toujours maîtres de notre destin et c’est le plus important."

EquipesMatches jouésPointsDifférence de buts
Russie819+8
Croatie817+10
Slovaquie810+1
Slovénie8100
Malte85-9
Chypre85-10

"Nous savons ce que nous valons. Depuis deux mois, nous enchaînons les bonnes performances. Il règne un excellent état d’esprit au sein du groupe et nous avons la chance de pouvoir compter sur des joueurs expérimentés, qui savent parfaitement gérer la pression inhérente à ce type de rencontre. Bien entendu, il faudra prouver notre valeur sur le terrain et ce dès jeudi, contre Malte."

Les Croates se retrouvent pratiquement condamnés à gagner sous peine que la rencontre suivante contre la Russie ne perde tout enjeu". "Nous ne pouvons pas nous permettre la moindre erreur", poursuit Kramaric. "Dès le coup d’envoi, il faudra se donner à 100%. Nos supporters attendent de voir une équipe entreprenante, agressive et sérieuse. Si tous ces ingrédients sont réunis, nos qualités individuelles devraient suffire à faire la différence."

Les hommes de Zlatko Dalic restent sur sept matches sans défaite dans les qualifications pour la Coupe du Monde (5 victoires et deux nuls) et ont gardé leurs cages inviolées à cinq reprises lors de ses six dernières sorties. "Si nous prenons les trois points, nous pourrons nous concentrer sur le match contre la Russie : 90 minutes et une place en Coupe du Monde à la clé : on ne peut pas imaginer meilleur scénario."

Le plus grand succès du football croate a d'ailleurs eu pour cadre la Russie. En 2018, les Vatreni se sont hissés en finale de l’épreuve mondiale, avant de s’incliner 4-2 face à la France. Auparavant, les Croates avaient sorti le pays hôte aux tirs au but (2-2, 4-3 t.a.b.), en quart de finale.

"C’était une aventure inoubliable pour les Croates, mais aussi pour les spectateurs du monde entier. Je suis sûr que beaucoup de gens ont vibré en voyant un petit pays comme le nôtre s’inviter en finale après avoir bousculé des géants du football, comme l’Argentine ou l’Angleterre," se remémore-t-il. "Quand j’y repense aujourd’hui, les émotions n’ont rien perdu de leur intensité", ajoute-t-il. "Il y a tant de souvenirs qui me sont chers... Je me rappelle de chaque victoire et de chaque célébration. Je pense aussi à ces incroyables qualifications aux tirs au but contre le Danemark et la Russie, le succès face à l’Angleterre et cet étrange mélange de tristesse et de fierté après la finale." "Je n’oublierai jamais l’extraordinaire ambiance qui a régné entre nous pendant toute la compétition", affirme encore Kramaric. "Je me souviens aussi de notre retour au pays, où plus de 500 000 personnes nous attendaient pour nous accueillir avec tant d’émotion, de fierté et de larmes, aussi. Nous avons mis cinq heures pour aller de l’aéroport au centre-ville de Zagreb. Les rues étaient noires de monde ! J’en ai encore la chair de poule, rien que d’en parler !"

Une métamorphose après Russie 2018

Si la Croatie valide son billet pour le Qatar, le sélectionneur Zlatko Dalic aura la satisfaction d’avoir mené à bien le passage de témoin entre deux générations. En effet, plusieurs internationaux de longue date comme Mario Mandzukic, Vedran Corluka, Danijel Subasic ou Ivan Rakitic ont décidé de mettre un terme à leur carrière internationale au lendemain de la finale de Russie 2018.

"Les jeunes qui les ont remplacés nous apportent leur énergie et leur enthousiasme. Il y a un bon équilibre au sein du groupe", estime Kramaric. "Bien sûr, ils doivent encore vivre des échecs et tirer les leçons de leurs erreurs, comme nous l’avons fait nous-mêmes lors des tournois qui ont précédé la Coupe du Monde. Nous avons beaucoup appris pendant l’Euro 2020. C’est une bonne chose pour ces jeunes, qui n’avaient pas forcément l’expérience des grands tournois. En l’espace d'un été, nous avons connu beaucoup de hauts et de bas." "Nous pouvons également nous appuyer sur l’expérience de certains joueurs qui étaient de l’aventure en Russie. Il y a évidemment notre capitaine, Luka Modric, qui est toujours aussi performant, et Perisic, Brozovic, Lovren, Vida, Kovacic ou moi-même. Pour certains, Qatar 2022 marquera le point finale d’une longue carrière internationale ; pour d’autres, ce sera seulement un chapitre supplémentaire."

La Croatie, une terre de talent

"Globalement, on peut dire que les sportifs de haut niveau ne manquent pas, en Croatie. Il n’y a pas que le football ; nous avons des athlètes de renommée mondiale dans de nombreuses disciplines. Nous avons le plus grand nombre de représentants dans le "Hall of Fame" de la NBA, en dehors des États-Unis ; nous avons des titres olympiques en handball et en water-polo, ainsi que deux apparitions sur le podium de la Coupe du Monde en 20 ans. Pour un pays de quatre millions d’habitants, ça n'est pas un mince exploit." "Nous éprouvons une fierté particulière à représenter notre petit pays sur la scène internationale. Quand on enfile le maillot rouge et blanc à damier, on a le sentiment d’être porté par tout un peuple et de pouvoir battre n’importe qui. On a pu s’en rendre compte à travers les exploits de grands champions comme Drazen Petrovic, Davor Suker, Toni Kukoc, Janica Kostelic et beaucoup d’autres encore. Je suis fier de dire que j’appartiens à cette génération extraordinaire qui a sûrement fait rêver beaucoup d’enfants en 2018", conclut-il.