Argentine, un exploit prometteur

17 nov. 2021
  • L'Argentine ne s'est jamais qualifié aussi rapidement pour une Coupe du Monde

  • Scaloni a su trouver le bon compromis entre expérience et sang neuf

  • Objectif : continuer sur cette lancée pour disputer le titre au Qatar

L’Argentine s’est qualifiée pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022TM à quatre journées de la fin de la compétition préliminaire sud-américaine. Elle n’avait jamais réalisé une telle performance depuis la mise en place de ce système de qualification en Amérique du Sud, en amont de France 1998.

Si l’Albiceleste est habituée à figurer parmi les favoris du tournoi de qualification, personne ne s'attendait vraiment à trouver une équipe aussi sereine. Il faut dire que Lionel Scaloni n'a pas hésité à mener un renouvellement en profondeur de son effectif.  

Au fil des matches, le sélectionneur a identifié la base de ses cadres, ainsi que les nouvelles têtes à y incorporer pour aller au-devant des échéances à venir. C’est un double succès pour lui, qu’il réalise sans même avoir pu aligner systématiquement le même onze de départ. 

Il a également réussi à consolider un groupe emmené par son leader incontesté, Lionel Messi, tout en l’entourant d’autres pièces maîtresses. Cette configuration permet au capitaine argentin de ne pas assumer seul la responsabilité de l’animation du jeu de son équipe. 

FIFA.com analyse les autres points-clés de la qualification de l’Argentine.

Messi, mode sélection activé

S’il y a bien une chose qui manquait à Leo Messi, c’était l’adhésion inconditionnelle du public argentin. C’est désormais chose faite. Il y est parvenu étape par étape, dont la plus significative reste incontestablement la victoire en finale de la Copa América au Brésil. Ce succès a eu des répercussions sur toute la compétition préliminaire. La communion entre le peuple argentin et son capitaine a semblé donner un supplément d’âme au groupe tout entier.

Il faut bien avouer que l’on n’a que rarement vu Messi aussi à l’aise en sélection, où il jouit désormais du soutien total de ses coéquipiers. "Nous avons à cœur d’offrir à Messi l’opportunité de soulever la Coupe du Monde", a récemment affirmé Alejandro Gómez au micro de FIFA.com.

Le numéro 10 reste le joueur majeur d'un effectif, dont il est toujours le meilleur buteur des éliminatoires avec 6 réalisations en 12 rencontres.  

Un groupe remanié

Le vent de renouveau qui a soufflé sur la sélection argentine a révélé les autres éléments essentiels. Emiliano Martínez, dans les buts, et Cristian Romero, en défense centrale, sont devenus de véritables piliers. Ils ont permis à leur sélection de terminer six matches sans encaisser le moindre but.

Au milieu de terrain, Rodrigo De Paul est le véritable métronome de l’équipe. Grâce à lui, l'Albiceleste a entrepris de se libérer de sa dépendance à Messi. Sa régularité et son activité ont fait du joueur de l’Atlético de Madrid un titulaire indiscutable. 

Sur le front de l’attaque, Lautaro Martínez n’attire peut-être pas autant la lumière que certains de ses coéquipiers, mais les chiffres parlent pour lui. Il est le deuxième meilleur buteur, avec 5 réalisations, et le deuxième meilleur passeur, avec 4 passes décisives (à une unité de Giovani Lo Celso).

Compromis entre jeunesse et expérience

Messi (34 ans) n’est pas le seul à encadrer les plus jeunes. Nicolás Otamendi (33 ans) et Ángel Di María (33 ans) peuvent également l’épauler dans ce rôle. Si le premier est titulaire depuis le début des qualifications, le second a dû enchaîner les bonnes prestations pour retrouver sa place.  

On peut ajouter à cette liste Marcos Acuña (30 ans) et Alejandro Gómez (33 ans), ainsi que des joueurs plus jeunes mais déjà très expérimentés, comme Lo Celso (25 ans) et Joaquín Correa (27 ans).

Ces internationaux ont facilité l’intégration au groupe de jeunes pousses prometteuses comme Nahuel Molina (23 ans), Nicolás González (23 ans et auteur de deux buts), Exequiel Palacios (23 ans) et Julián Álvarez (21 ans). Ils ont constitué un réel apport tout au long des préliminaires. Il leur reste maintenant à consolider leur place en vue de Qatar 2022.

MONTEVIDEO, URUGUAY - NOVEMBER 12: Angel Di Maria of Argentina celebrates after scoring the first goal of his team during a match between Uruguay and Argentina as part of FIFA World Cup Qatar 2022 Qualifiers at Campeón del Siglo Stadium on November 12, 2021 in Montevideo, Uruguay. (Photo by Ernesto Ryan/Getty Images)

Quelques chiffres...

27 - C’est le nombre de matches sans défaite que totalise Scaloni en tant que sélectionneur. Sous sa direction, l’Argentine n’a toujours pas perdu dans les qualifications sud-américaines (huit victoires et cinq nuls).  

MONTEVIDEO, URUGUAY - NOVEMBER 12: Emiliano Martinez of Argentina waves to fans during warm up prior to a match between Uruguay and Argentina as part of FIFA World Cup Qatar 2022 Qualifiers at Campeón del Siglo Stadium on November 12, 2021 in Montevideo, Uruguay. (Photo by Raúl Martínez-Pool/Getty Images)

4 - Comme le nombre de mauvaises séries à l’extérieur auxquelles l’Argentine a mis fin depuis le début des préliminaires. Elle n’avait pas gagné en Bolivie depuis 15 ans, au Pérou depuis 16 ans, au Venezuela depuis 14 ans et en Uruguay depuis 12 ans.

9 - Soit le nombre de joueurs ayant marqué pour l’Argentine jusqu’à présent. Le total se porte à 20 réalisations : 6 pour Messi, 5 pour Martínez, 2 pour Joaquín Correa et Nicolás González et 1 pour Ángel Correa, De Paul, Di María, Leandro Paredes et Romero.

540 - Comme le nombre de minutes de jeu depuis le dernier but encaissé par l’Albiceleste en compétition préliminaire. C’est le Vénézuélien Jefferson Soteldo qui avait trompé Martínez lors de la 9ème journée, sur penalty concédé à la 94ème.