Messi, le meilleur ennemi

29 juin 2018
  • Messi, le joueur à surveiller

  • Quelle recette pour bloquer le capitaine argentin ?

  • Les Bleus insistent sur le collectif

Par Adrien Gingold, avec la France

Les Bleus ont déjà entamé leur travail vidéo spécifique à l’Argentine. Mais en plus de cette aide technologique, ils ont déjà une idée de l’épreuve qui les attend : un face-à-face avec une grande nation du football menée par un homme qui a remporté cinq des neuf derniers trophées individuels récompensant le meilleur joueur de la planète.

Steve Mandanda confirme : "Avec notre planning, je n’ai pas eu l’occasion de voir les matches de l’Argentine en Russie, mais pas besoin d’être un fou de foot pour savoir que Leo Messi est hors du commun."

Un phénomène que Samuel Umtiti est habitué à côtoyer en club, au FC Barcelone. Pour le défenseur central, "c’est le meilleur joueur du monde, qui peut marquer tout seul et à n’importe quel moment." Le connaître et le fréquenter au quotidien va-t-il aider les Bleus ? L’ex-joueur de l’Olympique lyonnais rigole : "Même pas ! L’une de ses qualités majeures, c’est justement d’être imprévisible !", lâche-t-il, avant de continuer, admiratif, sur le profil du natif de Rosario : "Il ne vit pas le foot comme les autres, que ce soit dans ses choix, sa vision de jeu, son toucher, ses déplacements ou ses buts. Honnêtement, je ne m’attendais pas à ça en arrivant en Catalogne."

Nul besoin de parler du finaliste malheureux de la dernière Coupe du Monde pour que Thomas Lemar l’évoque, lorsque nous lui demandons quelles seront les clés du match : "Il y en a une de clé, et une grosse ! Elle s’appelle Messi !", sourit-il, précisant cependant que les Tricolores ont les moyens de lui résister. "On sait de quoi il est capable, mais on sera prêts. Nous aussi, on a des joueurs qui savent faire la différence", rappelle le nouveau joueur de l’Atlético de Madrid.

Sérieux et solidaires La différence, Presnel Kimpembe l’avait faite contre ce même Messi. Le public et la presse étaient unanimes au lendemain du match de Ligue des champions de l’UEFA 2017 entre le FC Barcelone et le Paris Saint-Germain : le jeune défenseur avait réussi à museler la Pulga, et le club de la capitale s’était imposé 4-0. Se souvient-il de la formule gagnante employée ce jour-là et l’a-t-il partagée avec ses partenaires : "Il n’y en a pas ! Messi, c’est le top mondial, personne sur cette terre n’a de remède ! On ne peut que bosser, il va falloir être sérieux."

Le sérieux, une qualité propre aux hommes de Didier Deschamps : appliqués et concentrés à chaque match, les Français n’ont jamais été menés au score et restent invaincus en Russie, et espèrent prolonger l'aventure en unissant leurs efforts contre la principale menace individuelle de l'Argentine. "On a un groupe très solidaire, ça aide beaucoup face à de tels joueurs. Il faudra être compact, attaquer et défendre ensemble", conclut Lemar.