Le Japon et Kawashima mettent l'expérience dans la balance

  • Eiji Kawashima est le doyen du groupe japonais

  • Le gardien de 35 ans disputera, à Russie 2018, sa 3ème Coupe du Monde

  • Le n°1 japonais trouve le Groupe H est ouvert

Il y a huit ans, à l'aube d'Afrique du Sud 2010, Eiji Kawashima partait pour jouer le rôle de doublure de Seigo Narazaki. Mais surprise : après des prestations d'exception en amicaux avant la compétition, le gardien était titulaire dans les cages. Et avec un Kawashima en pleine forme, le Japon a terminé deuxième d'un groupe où figuraient également les Pays-Bas, le Danemark et le Cameroun.

Les Samouraïs Bleus ont ainsi passé la phase de groupes pour la première fois en dehors de leurs terres. S'ils peuvent être fiers de cet exploit, Kawashima ne s'est toujours pas remis de la suite de la compétition : une défaite contre le Paraguay en huitième de finale. Après un match au score nul et vierge au bout de 120 minutes, les Sud-Américains ont fini par l'emporter 5:3 aux tirs au but. "On était tellement déçus du résultat en 2010", se souvient le portier au micro de FIFA.com. "On était si près des quarts de finale, mais on a laissé passer notre chance. Avec le recul, de petits détails ont fait la différence."

Quatre ans plus tard au Brésil, les héros de 2010 encore présents n'ont pas réussi à mener le Japon au-delà de la phase de groupes. Aujourd'hui, le noyau de joueurs expérimentés répond encore à l'appel pour une troisième Coupe du Monde de la FIFA. Pour sa part, Kawashima est certain que cette fois-ci sera la bonne.

"Jamais notre équipe n'a disposé d'autant de joueurs d'expérience", assure-t-il. "Plusieurs d'entre nous joueront leur troisième phase finale et nous sommes épaulés par beaucoup de jeunes qui ont connu une très belle progression. Ils sont en pleine confiance. Avec ce savant mélange d'internationaux aguerris et de jeunes talentueux, je suis sûr que nous sommes capables d'entrer dans l'histoire en Russie."

Un gardien millésimé Les Nippons vont ouvrir les festivités en retrouvant un vieil ami qui les avait battus 4:1 à Brésil 2014 : la Colombie. Ils devront aussi négocier correctement les obstacles sénégalais et polonais. "Je pense que ce groupe est ouvert et que toutes les équipes ont leurs chances", analyse-t-il. "Notre premier objectif est très simple : bien se concentrer pour participer au tour suivant. Nous n'avons pas été bons lors de la dernière Coupe du Monde au Brésil, donc nous sommes particulièrement motivés pour remplir notre mission cette fois-ci."

Pour ce faire, le pays du soleil levant pourra compter sur un homme qui, comme un bon vin, s'améliore avec le temps. C'est lui "l'ancien" du groupe, le n°1 indiscutable du Japon. "J'ai la chance d'apporter ma contribution à l'équipe nationale depuis de nombreuses années. Je suis maintenant le plus vieux de l'équipe et en tant que tel, je vais essayer d'injecter un état d'esprit positif au sein du groupe pour obtenir les meilleurs résultats possibles."