La crème de la crème pour la vingtième

Kia Ora ! Bienvenue en Nouvelle-Zélande ! C'est avec enthousiasme que toute la planète football se tourne à présent vers l'océan Pacifique, où l'astre solaire commence chaque jour sa course. Au cours des trois semaines à venir, quelques-uns des plus grands espoirs du football mondial se produiront pour la première fois dans cet État insulaire de près de 4,5 millions d'habitants. La 20ème édition de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA est à nos portes. Si l'accueil chaleureux des Kiwis vaut à lui seul le détour, il faudra également s'attendre à assister à des rencontres de très haut niveau.

Ce 30 mai à 13 heures (heure locale), le coup d'envoi du match d'ouverture entre le pays hôte et l'Ukraine à Auckland marquera le début de l'épreuve. Motivés à l'idée de se faire un nom sur la scène internationale, les 504 talents des 24 formations présentes en Nouvelle-Zélande vont tout donner pour tenter de ramener le trophée à la maison et succéder à la France au palmarès.

La devise de cette édition 2015 traduit parfaitement l'euphorie ambiante : This is the One ! ("C'est celui-là !") En grands amateurs de sport, les Néo-Zélandais savent que ce tournoi sera l'occasion de voir les prodiges de la planète football se produire dans leurs stades. "Lionel Messi, Ronaldinho, Michael Owen et Adriano ont participé à la Coupe du Monde U-20 par le passé. C'est une occasion unique pour tous les Kiwis d'assister en avant-première aux exploits de la future génération de superstars", a récemment souligné le premier ministre néo-zélandais John Key.

Plusieurs candidats au titreAuckland, Christchurch, Dunedin, Hamilton, New Plymouth, Whangarei et Wellington, les sept villes-hôtes de la compétition, peuvent s'attendre à vivre des rencontres haletantes. À la surprise générale, la France, victorieuse de l'édition 2013, ne défendra pas son titre en Nouvelle-Zélande. Sélection la plus titrée à ce niveau avec six sacres, l'Argentine fera donc figure de favorite, tout comme le Brésil, vainqueur à cinq reprises. Curieusement, les deux géants sud-américains n'avaient pas réussi à valider leur billet pour le rendez-vous mondial organiséen Turquie.

Le Portugal, qui a déjà remporté le tournoi à deux reprises, et l'Allemagne, vainqueur de l'UEFA EURO U-19 l'année dernière, arrivent aussi avec de grandes ambitions. Le Ghana compte cinq participations aux demi-finales et un titre mondial, obtenu en 2009. Finaliste malheureux à deux reprises, le Nigeria espère quant à lui devenir le deuxième pays africain à s'imposer dans cette compétition. Pour leur première apparition à ce niveau, Myanmar et les Fidji sont décidés à faire bonne impression.

"La Coupe du Monde U-20 est un tournoi de premier plan. De grandes nations seront présentes en Nouvelle-Zélande pour tenter de remporter le titre", confie avec fierté Winston Reid au micro de FIFA.com. D'origine maorie, le capitaine des All Whites est intéressé par la diversité des styles et des cultures des différents participants. "Chaque match aura un charme bien particulier. Toutes les équipes ont une philosophie et un football qui n'appartiennent qu'à elles."

Soutenus par leur public, les Kiwis espèrent améliorer leur bilan en Coupe du Monde U-20, qui s'établit pour l'heure à deux nuls et sept défaites en trois participations. Le sélectionneur Darren Bazeley semble se réjouir du défi qui l'attend : "Ce tournoi est avant tout l'occasion de présenter le football néo-zélandais et nos joueurs les plus prometteurs sous leur meilleur jour. Nous allons tout faire pour que ces jeunes obtiennent de bons résultats, pour eux-mêmes et pour leur pays. Cette compétition est une chance pour nous".

"Tous ceux qui se rendent en Nouvelle-Zélande sont assurés de passer de bons moments. En tant qu'organisateurs, il nous revient de faire en sorte que chacun reparte avec des souvenirs inoubliables. Ce tournoi me semble promis à un grand succès et j'espère sincèrement que l'ambiance sera au rendez-vous. Le football ne cesse de se développer dans ce pays, mais il n'est pas encore le sport le plus populaire. J'espère que ce tournoi va aider le ballon rond à gagner en reconnaissance", poursuit Reid.

Enthousiasme et inspirationPour la troisième fois, la Coupe du Monde U-20 pose ses valises dans le sud du Pacifique, après deux éditions organisées en Australie. La Nouvelle-Zélande accueille quant à elle pour la troisième fois un tournoi FIFA, après la Coupe du Monde U-17 de la FIFA 1999 et la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008. "Nous espérons que ce tournoi contribuera au développement du football en Nouvelle-Zélande, mais aussi dans toute la région et qu'il incitera davantage de jeunes gens, garçons et filles, à pratiquer le beau jeu", a souligné le Président Blatter.

Quelques jeunes déjà remarqués pour leur talent tenteront de se faire définitivement un nom en Nouvelle-Zélande. Le Brésilien Andreas Pereira est de ceux-là, tout comme les Argentins Angel Correa et Giovanni Simeone ou encore les Colombiens Jeison Lucumi et Andres Tello. Côté allemand, Marc Stendera et Julian Brandt comptent représenter dignement la Bundesliga. Après un semestre réussi en Belgique, le Nigérian Kelechi Iheanacho espère montrer ses qualités de buteur au plus haut niveau. Les espoirs de qualification pour la deuxième phase des All Whites reposeront en partie sur les épaules de Bill Tuiloma, sous contrat avec l'Olympique de Marseille. * *

Difficile d'imaginer un casting plus alléchant : des stades fabuleux, un public connaisseur toujours prêt à s'enflammer et quelques-uns des jeunes footballeurs les plus talentueux au mode. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de la Coupe du Monde U-20 un rendez-vous incontournable avec, en toile de fond, cette question passionnante : qui soulèvera le trophée le soir du 20 juin, à Auckland ? Qui connaîtra la gloire ? En langage maori, on glisserait aux jeunes héros avant leur entrée en scène : "Que tout se passe bien pour toi". Kia Ora !