Le temps des retrouvailles

21 juil. 2021
  • Le Tournoi Olympique de Football masculin débute jeudi

  • Brésil-Allemagne, revanche de la finale de Rio 2016

  • FIFA.com déroule le programme de la première journée

Vingt-quatre heures après leurs homologues féminines, les joueurs engagés dans le Tournoi Olympique de Football Masculin font leur entrée en lice le 22 juillet, sans attendre la cérémonie d’ouverture.

Le temps d’un tournoi, les stars de demain côtoient d’anciens lauréats de la Coupe du Monde de la FIFA™. Ces castings inédits rendent l’épreuve indécise. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter son palmarès où les grands noms ne se taillent pas toujours la part du lion.

Le programme

Égypte – Espagne Sapporo Dome, 16h30 (heure locale)

Mexique – France Tokyo Stadium, 17h (heure locale)  

Nouvelle-Zélande – République de Corée Ibaraki Kashima Stadium, 17h (heure locale)

Côte d’Ivoire – Arabie Saoudite International Stadium Yokohama, 17h30 (heure locale)

Argentine – Australie Sapporo-Dome, 19h30 (heure locale)

Honduras – Roumanie Ibaraki Kashima Stadium, 20h (heure locale)  

Japon – Afrique du Sud Tokyo Stadium, 17h (heure locale)

Brésil – Allemagne International Stadium Yokohama, 20h30 (heure locale)

Les clés de la journée

El Gignac Près de cinq après sa dernière apparition avec l'équipe de France, André-Pierre Gignac est de retour en équipe de France pour sa première apparition dans un tournoi international avec le maillot Bleu. Comme un signe du destin, c'est face au Mexique où il étincelle depuis six ans que l'attaquant de 36 ans débutera cette aventure olympique. "Je ne veux surtout pas perdre ce match qui est forcément particulier. Si on rentre chez nous avant les Mexicains, on est morts, on va se faire chambrer pas mal de temps", a confié Gignac au journal L'Équipe. Les Tricolores comptent également dans leurs rangs le champion du monde 2018 Florian Thauvin, qui a rejoint APG aux Tigres cet été.

Des jokers de luxe Si le Tournoi Olympique de Football Masculin fait traditionnellement la part belle aux jeunes, la règle des trois joueurs au-delà de la limite d’âge permet aussi de retrouver quelques visages connus. Le Brésilien Daniel Alves, qui a fait le déplacement au Japon, est de ceux-là, au même titre que son compatriote Richarlison. La France comptera quant à elle dans ses rangs un champion du monde en titre, en la personne de Florian Thauvin. L’Allemagne misera pour sa part sur son attaquant Max Kruse pour faire la différence, mais d’autres équipes aligneront également des joueurs à surveiller de près.

Retrouvailles au sommet En 2016 à Rio, le Brésil s’était imposé en finale devant l’Allemagne. Ce succès lui avait permis de faire oublier, au moins pour un temps, la terrible correction reçue deux ans plus tôt en demi-finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, face à ce même adversaire. Neymar et Maximilian Meyer avaient trouvé le chemin des filets de part et d’autre de la mi-temps, mais c’est à le Brésilien qu’était revenu l’honneur de donner le coup de grâce, lors de la séance de tirs au but. "Les Jeux Olympiques peuvent être une expérience très formatrice dans la carrière d’un joueur", estime le sélectionneur Stefan Kuntz, vainqueur de l’UEFA EURO U-21 avec l’Allemagne en 2017 et 2021.

Groupe de la mort ou groupe de rêve ? Quelles équipes ont hérité du groupe le plus difficile ? Le Groupe A (Japon, France, Mexique et Afrique du Sud) et le Groupe D (Brésil, Allemagne, Côte d’Ivoire et Arabie Saoudite) ont fière allure, mais le Groupe C (Espagne, Argentine, Australie et Égypte) paraît un cran au-dessus. Graham Arnold, le sélectionneur australien, ne veut en tout cas pas entendre parler d’un "groupe de la mort" : "Je sais que c’est une expression que les gens aiment bien employer mais, pour moi, c’est plutôt un groupe de rêve. Tout le monde rêve d’affronter ces équipes et de se mesurer aux meilleurs. Alors, autant employer la bonne expression".

Le Messi japonais Au terme d'une préparation réussie et ponctuée de trois victoires (contre l’Argentine, le Ghana et la Jamaïque) pour une seule défaite (contre l’Argentine), le Japon se prend à rêver d’une place sur le podium. Les espoirs du pays hôte reposeront en grande partie sur le milieu de terrain Takefusa Kubo, 20 ans. À 15 ans, il s’était fait remarquer en Coupe du Monde U-20 de la FIFA, où ses dribbles et son pied gauche lui avaient valu d’être surnommé le "Messi japonais. "Avant, je ne voyais Messi qu’à la télévision", expliquait le joueur du Real Madrid à FIFA.com. "J’aimerais être aussi fort que lui, un jour. Je voudrais devenir un footballeur que tout le monde connaît et admire." Marquer après avoir effacé quatre joueurs, c’est déjà un bon début...

Message fort concernant les commotions cérébrales

Pour la première fois dans l'histoire des Tournois Olympiques de Football, la FIFA - conformément à la circulaire IFAB n° 21 - mettra en œuvre le protocole suivant :

  • Chaque équipe est autorisée à recourir à un seul remplaçant pour commotion cérébrale au cours d’un match.

  • Le recours à ce remplacement pour commotion cérébrale est possible indépendamment du nombre de remplaçants déjà utilisés.

Cette règle a été introduite dans le but d'envoyer un message fort (en cas de doute, il faut sortir le joueur) en matière de protection de la santé des joueurs. Cela permet aussi de réduire la pression sur le personnel médical pour qu'il prenne une décision rapide et évite la perspective d'un désavantage numérique des équipes concernées.

Les remplacements pour commotions cérébrale ont déjà été testés par la FIFA à la fois lors de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Qatar 2020 et lors des récents éliminatoires de la Coupe Arabe de la FIFA. Comme pour ce dernier événement, il y aura des observateurs officiels présents dans les stades à Tokyo 2020 pour aider à mieux identifier les cas.