Le Japon ne se pardonne rien mais n'abandonne pas

4 août 2021
  • Le Japon a perdu en demi-finale 0-1 face à l'Espagne.

  • Les Nippons font leur autocritique après leur défaite en prolongation.

  • Ils espèrent améliorer leur efficacité offensive avant le match pour le bronze.

Loin de se chercher des excuses ou de rejeter le blâme sur d'autres, le Japon s'est livré à une autocritique sévère de son expérience dans le Tournoi Olympique de Football Masculin. Les Samouraïs Bleus n'ont pourtant pas à rougir de leur campagne.

Ils sont ainsi les seuls à s'être qualifiés pour le deuxième tour au terme d'un sans-faute et en demi-finale, ils ont résisté pied à pied pendant 115 minutes à une Espagne truffée de joueurs d'expérience et de talent. À l'heure d'affronter le Mexique pour le bronze, Hajime Moriyasu et ses hommes semblent cependant se focaliser uniquement sur leurs défaillances. "Les Espagnols ont un petit supplément de qualité qui a fait la différence", commente le capitaine Maya Yoshida au micro de FIFA.com. "Ils ont un meilleur sens du placement que nous et ils contrôlent mieux le match, bien sûr. C'est normal et nous nous y attendions. Notre plan était d'essayer de les prendre en contre."

"Mais ce petit plus est ce qui fait basculer une rencontre à ce niveau. C'est ce que nos jeunes joueurs doivent apprendre pour progresser, s'expatrier en Europe et se mesurer à des joueurs du calibre de Marco Asensio. Ils ont encore beaucoup de travail devant eux", ajoute le défenseur.

Un problème récurrent

Le sélectionneur Moriyasu a, quant à lui, mis l'accent sur ce qu'il considère comme la plus grande faiblesse du Japon. "Nous devons nous améliorer sur le plan de la création et de la finition", estime-t-il. "C'est ce qui nous a posé problème, non seulement aujourd'hui, mais tout au long de notre parcours." Tête baissée, l'ailier Yuki Soma semble au bord des larmes. Il est peut-être le plus franc et le plus critique de tous. "Il y a toujours des raisons à une défaite", souffle-t-il. "On ne peut pas balayer nos erreurs d'un revers de main. Tout se résume à la qualité, à un geste ou un tir décisif. C'est ce qui départage les vainqueurs et les vaincus sur la scène mondiale."

"Je revois clairement l'action d'Asensio et sa frappe dans ma tête. Je suis entré en jeu en deuxième période et bien que j'ai réussi quelques centres, je n'ai pas pu faire quelque chose d'aussi décisif que lui. Je me déçois beaucoup", lâche-t-il.

SAITAMA, JAPAN - AUGUST 03: Marco Asensio #7 of Team Spain scores their side's first goal whilst under pressure from Wataru Endo #6 of Team Japan during the Men's Football Semi-final match between Japan and Spain on day eleven of the Tokyo 2020 Olympic Games at Saitama Stadium on August 03, 2021 in Saitama, Japan. (Photo by Alex Grimm - FIFA/FIFA via Getty Images)

La réaction avant l'introspection

L'introspection est toutefois un luxe que le Japon ne peut se permettre pour l'instant. Le match pour le bronze contre le Mexique lui donne l'occasion de terminer son aventure olympique sur une note positive. Deux de ses vétérans savent à quel point un échec serait douloureux.

"Il y a une énorme différence entre participer aux Jeux et les quitter avec une médaille", reconnaît Moriyasu. "Maya Yoshida et Hiroki Sakai faisaient partie de la sélection défaite en demi-finale de Londres 2012. Ils ont déjà évoqué cette expérience et je veux en reparler avec les joueurs avant d'affronter le Mexique."

Yoshida est prêt à faire tous les efforts pour éviter une nouvelle désillusion. "Nous avons la possibilité d'accomplir quelque chose et nous lutterons jusqu'au bout", promet-il. "J'étais de l'équipe qui a perdu le bronze face à la République de Corée il y a neuf ans. Je ne veux plus jamais vivre ça", conclut-il.

Maya Yoshida of Japan looks dejected as Korea players celebrate defeating Japan during the Men's Football Bronze medal play-off match between Korea and Japan on Day 14 of the London 2012 Olympic Games at Millennium Stadium on August 10, 2012 in Cardiff, Wales.