Un grand huit avec tous les gros bras

25 sept. 2021
  • Les trois anciens champions du monde toujours en lice

  • La revanche de la finale 2016

  • Choc entre poids lourds européens

Quarts de finale

Maroc - Brésil Vilnius, 16h00, dimanche 26 septembre RFU - Argentine Kaunas, 18h30, dimanche 26 septembre Espagne - Portugal Vilnius, 17h30, lundi 27 septembre RI Iran - Kazakhstan Kaunas, 20h00, lundi 27 septembre

À savoir

Le Maroc n'a rien à perdre Sur le papier, ce quart de finale apparaît comme le plus déséquilibré de cette édition 2021. Les Brésiliens sont en Lituanie pour ajouter un sixième titre mondial à leur tableau de chasse. "La Seleçao joue toujours pour gagner", avait prévenu Ferrão au micro de FIFA.com. De leur côté, les Marocains ont accueilli cette première qualification historique pour les quarts de finale comme un sacre. La pression pèsera donc exclusivement sur les épaules brésiliennes car, pour Soufiane El Mesrar, auteur d'un triplé au tour précédent, et ses coéquipiers, la suite du tournoi a des allures de bonus. S’ils veulent créer la surprise, les Marocains devront tenir en respect les principales individualités brésiliennes comme Ferrão, Pito ou encore Leonardo. .

La RFU en quête de revanche Les deux équipes comptent neuf joueurs dans leurs rangs ayant disputé la finale de l’édition 2016. Que ce soit côté russe ou argentin, les souvenirs de ce match sont donc encore très présents. Faut-il en déduire que l’Albiceleste partira avec un avantage psychologique ? Si Eder Lima (RFU), auteur d’un triplé en finale il y a cinq ans, n’a pas encore foulé les terrains lituaniens pour cause de blessure, l’Argentin Alan Brandi (qui avait signé un doublé lors de la finale 2016) a déjà fait apprécier son sens du but, avec cinq réalisations depuis le début du tournoi.

gxfnclw8qr2h5txlg4uu.jpg

Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, Lituanie 2021

Le meilleur de la finale Russie-Argentine en vidéo

1 oct. 2016

Le mur kazakh face aux nerfs d’acier iraniens Pour le Kazakhstan, mieux vaudrait s'imposer dans le temps réglementaire. En effet, il y a cinq ans, la Team Melli l'a emporté par deux fois aux tirs au but et une fois en prolongation. En revanche, les Iraniens n’ont pas intérêt à faire preuve des mêmes largesses défensives qu’en huitième de finale, contre l’Ouzbékistan. Depuis le début de Lituanie 2021, les adversaires du Kazakhstan ont eu bien du mal à prendre en défaut le gardien Leo Higuita, qui bénéficie en outre d’une assurance tous risques en la personne de Douglas. Les Faucons possèdent actuellement la meilleure défense du tournoi, avec deux buts encaissés en quatre sorties.

Un bon présage pour l’Espagne ? En 2000 et 2004, l’Espagne a battu le Portugal dans des matches à élimination directe. Résultat : à chaque fois, la Roja a été sacrée championne du monde. Autant dire qu’une victoire en quart de finale serait vécue comme un très bon présage. Mais Ricardinho et ses coéquipiers abordent la rencontre en confiance. En s’imposant face à ce même adversaire en finale de l’UEFA EURO de Futsal 2018, ils ont remporté leur premier succès face à leurs voisins. Ce quart de finale 100% européen sera aussi l’occasion de voir s’affronter d'habituels coéquipiers en club, comme Carlos Ortiz et Ricardinho, qui ont tous deux porté les couleurs de l’ACCS Paris la saison dernière.

Entendu...

"La RFU sera un adversaire très difficile. Les deux équipes ont énormément de talent, comme on a pu le voir en finale de Colombie 2016. Nous avons soulevé le trophée il y a cinq ans et la pression ne sera donc pas la même. Nous pouvons nous permettre de jouer librement, de prendre des risques et de faire le jeu. Quel que soit le résultat, j’espère que nous saurons conserver notre identité." - Matías Lucuix, sélectionneur de l’Argentine "Pour moi, la pression est toujours positive. C’est le signe que vous avez réussi de bonnes choses par le passé, ce qui entraîne des attentes légitimes. Mais je rappelle également que les principaux candidats au titre sont les pays qui ont déjà inscrit leurs noms au palmarès de l’épreuve : l’Argentine, le Brésil et l’Espagne. Pour le moment, nous ne sommes que des prétendants. Nous allons continuer à travailler dur, sans nous mettre la pression. L’objectif est de progresser pas à pas." - Ricardinho, capitaine du Portugal

L'info en plus