Bermudez, un Hobbit face au géant

15 déc. 2009

En 2007, Christian Bermudez a pris part pour la première fois à un tournoi de la FIFA. La Coupe du Monde U-20 de la FIFA s'est déroulée cette année-là au Canada. Le jeune joueur a alors mené El Tri jusqu'en quart de finale. Le Mexique s'est finalement incliné face à l'Argentine, couronnée championne du monde de la catégorie à l'issue de la compétition.

Deux ans plus tard, le milieu de terrain aujourd'hui âgé de 22 ans est de retour sur la scène mondiale. Après avoir remporté avec l'équipe d'Atlante la Ligue des champions de la CONCACAF en mai dernier, Bermudez dispute actuellement avec ses coéquipiers la plus prestigieuse des compétitions de clubs.

Dès son premier match en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2009, le joueur, petit et doté d'une superbe technique et d'une adresse redoutable dans le dernier geste, a impressionné par ses irrésistibles raids en solitaire et sa bonne vision du jeu. Il s'est également illustré en inscrivant le deuxième but face à Auckland City, permettant au club mexicain d'enfoncer le clou avant de finalement s'imposer 3:0.

Une performance d'équipe"Nous avons livré un très bon match contre Auckland. Notre adversaire ne nous laissait pas beaucoup d'espace, mais nous avons tout de même su nous créer des occasions. Nous sommes très heureux", savoure Bermudez, au micro de FIFA.com.

Le numéro 18 d'Atlante s'est également montré satisfait de sa propre prestation : "Je suis très content d'avoir marqué un but, mais je me réjouis surtout de la performance de l'équipe. Nous avons fait preuve de patience, nous nous en sommes tenus à notre stratégie".

Le natif de Mexico porte le maillot d'Atlante depuis 2002. Après avoir évolué dans les différentes équipes de jeunes du club, il a signé il y a trois ans son premier contrat professionnel. Un an plus tard, Bermudez a remporté avec sa formation le Tournoi d'ouverture du championnat mexicain. C'est en mai 2009 qu'il a vécu le moment fort de sa carrière, lorsque les Potros de Hierro ont remporté la Ligue des champions de la zone Amérique du Nord, centrale et Caraïbes.

Le "Hobbit", comme le surnomment ses coéquipiers en raison de son petit gabarit (1,63 m), s'apprête maintenant à affronter Barcelone, tenant de la Ligue des champions de l'UEFA, en demi-finale de la compétition. Bermudez ne s'attend pas pour autant à de grands changements tactiques par rapport au duel avec les Néo-zélandais. "Nous verrons comment se déroule la rencontre, mais pour l'heure, notre plan de jeu consiste à jouer comme nous l'avons fait lors du premier match. Je ne vois aucune raison de modifier notre manière de procéder. Je pars du principe que nous utiliserons les couloirs pour attaquer face à Barcelone", confie le poids plume (58 kg).

Le Hobbit face aux géants "Le Barça est particulièrement fort en milieu de terrain. Xavi et Iniesta donnent le rythme. C'est là que se trouve pour nous la clé du succès. Nous devons maîtriser ces deux joueurs, ainsi nous aurons une chance de prendre le dessus, mais ce ne sera pas facile", analyse Bermudez.

Le respect de Bermudez pour les champions d'Europe est manifeste. Mais face au poids lourd catalan, Atlante pourrait bien écrire un nouveau chapitre de l'histoire du football. Jamais encore une équipe de la CONCACAF n'a atteint la finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. En 2000, néanmoins, Necaxa, un concurrent d'Atlante en championnat mexicain, est parvenu à s'imposer aux tirs au but contre le Real Madrid à l'issue du match pour la troisième place. C'est jusqu'à présent le seul succès d'une équipe de cette confédération face à un représentant de l'UEFA dans le cadre de la compétition.

"Cette demi-finale, c'est notre grande chance. C'est avec cet état d'esprit que nous devons aborder le duel avec les Espagnols. Ce pourrait être le match le plus important de l'histoire de notre club, car avec une victoire, non seulement nous éliminerions Barcelone, mais en plus nous atteindrions la finale du tournoi. Et si, en continuant dans cette voie, nous parvenions à gagner, nous serions alors la meilleure équipe du monde", s'enflamme Bermudez en guise de conclusion, dévoilant son rêve de frapper un grand coup à Abou Dabi.