Ott, la Puce suisse

  • La Suisse s’invite en demi-finales de Russie 2021

  • Elle signe la plus large victoire de cette édition

  • Énorme performance de Noël Ott

Depuis le début de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2021™ les interviews d’après-match avec les Suisses ne sont pas toujours simples... surtout pour les joueurs en sueur, contraints de répondre aux questions des journalistes dès le coup de sifflet final. Dans ces circonstances un peu particulières, il n’est pas rare qu’une accolade inattendue ou le simple regard d’un coéquipier suffise à provoquer l’hilarité générale.

Cette bonne humeur et cette légèreté dont les Suisses font preuve depuis le début du tournoi se retrouve également sur le sable. Ce jeudi, ils ont corrigé l’Uruguay 10-1. Non contents de valider leur ticket pour le dernier carré, ils ont aussi signé la plus large victoire de cette édition russe.

"Je ne sais pas ce qui s’est passé", avoue Noël Ott au micro de FIFA.com. "Ces derniers temps, nous avons souvent été menés au score. C’était agréable de faire la course en tête pour une fois. Mais je peux vous avouer que je ne m’attendais pas du tout à vivre un tel scénario."

Le Messi du beach

Ott, qui partage le brassard de capitaine avec le buteur Dejan Stankovic, fait partie des tauliers de cette sélection helvète. Si vous avez la curiosité de taper son nom sur un moteur de recherche en ligne, vous aurez peut-être la surprise de voir apparaître un autre patronyme bien connu... celui de Lionel Messi. Pourquoi ? C’est simple : le Suisse est considéré comme le Messi du beach soccer.

"On nous compare souvent car, comme lui, j’ai l’habitude de tourner autour de mes adversaires comme un feu follet. J’ai aussi fait partie de l’équipe de beach soccer du FC Barcelone, en 2014 et 2015. C’est sans doute de là que vient le rapprochement. Nous sommes tous les deux plutôt petits, nous marquons beaucoup de buts et nous sommes très à l’aise techniquement. Et, comme lui, je porte le numéro 10 en équipe nationale. Mais la comparaison s’arrête là ; pour moi, nous ne sommes pas au même niveau. Messi est l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur footballeur de tous les temps. Le simple fait d’être comparé à lui est déjà un grand honneur."

Sur ces entrefaites, son coéquipier Philipp Borer s’invite dans la conversation. "Encore cette histoire avec Messi ? C’est notre Lionel à nous, mais parlons plutôt de beach soccer, vous voulez bien ?"

MOSCOW, RUSSIA - AUGUST 26: Noel Ott of Switzerland battles for possession with Nicolas Bella of Uruguay during the FIFA Beach Soccer World Cup 2021 Quarter-final match between Switzerland and Uruguay at Luzhniki Beach Soccer Stadium on August 26, 2021 in Moscow, Russia. (Photo by Octavio Passos - FIFA/FIFA via Getty Images)

Un joueur indescriptible

Suivons donc ce bon conseil et tournons-nous vers les demi-finales, qui sera l’occasion d'un duel très attendu contre le pays hôte. Ott, bras dessus, bras dessous avec Borer, ne fait pas mystère de son enthousiasme : "Ce serait un grand moment. Nous en avons déjà vécu un lors de notre victoire contre le Brésil, mais affronter le pays hôte, c’est toujours quelque chose de particulier. L’ambiance serait sûrement extraordinaire. Nous n’avons rien à perdre, alors que les Russes seraient sous pression. Ça peut jouer en notre faveur".

Il y a encore un an, l’ambiance était loin d’être au beau fixe, du côté d'Ott. En effet, à l’été 2020, une grave blessure au genou l’a tenu éloigné des terrains pendant de longs mois. Ce n’est qu’au printemps dernier que l’international de 27 ans a fait son retour sur les plages. "Il y a un an, personne ne nous aurait imaginés à ce niveau. Mais j’ai retrouvé mes sensations pendant la préparation pour ce tournoi et, petit à petit, j’ai senti que mes performances allaient en s’améliorant. J’en suis le premier ravi."

Son entraîneur Angelo Schirinzi, avec lequel il travaille depuis près de dix ans, n’a jamais douté de lui. "Il est fantastique, que ce soit en tant que joueur ou en tant qu’homme. Il n’y a pas de mots pour le décrire." Dejan Stankovic est évidemment du même avis. "Il a une facilité balle au pied qui lui permet de mettre en difficulté n’importe quel adversaire. En même temps, il garde toujours un œil sur ses partenaires et il fait les bons choix. Quand il le faut, il n’hésite pas à y aller seul, mais il peut aussi servir un coéquipier."

MOSCOW, RUSSIA - AUGUST 26: Players of Switzerland celebrate their side's victory after the FIFA Beach Soccer World Cup 2021 Quarter-final match between Switzerland and Uruguay at Luzhniki Beach Soccer Stadium on August 26, 2021 in Moscow, Russia. (Photo by Octavio Passos - FIFA/FIFA via Getty Images)

Souvenirs de Dubaï 2009

En accédant aux demi-finales, la Suisse enregistre son meilleur résultat depuis l’édition 2009. Entretemps, elle a échoué à trois reprises en quarts de finale (2011, 2015 et 2019) et une fois en phase de groupes. Ott a fait ses premiers pas en Coupe du Monde de Beach Soccer en 2015, au Portugal. À l’époque, il s’était adjugé le Soulier de bronze adidas.

Au niveau du palmarès, l’intéressé accuse encore un certain retard sur la Pulga (la Puce), qui compte trois Coupes du Monde des Clubs de la FIFA™ et une Coupe du Monde U-20 de la FIFA™ à son actif. "Pas de problème ! Un titre dimanche prochain suffirait largement à mon bonheur", lance-t-il en filant vers le vestiaire, en compagnie de Borer.

MOSCOW, RUSSIA - AUGUST 26: Philipp Borer of Switzerland celebrates with team mates after scoring their side's second goal during the FIFA Beach Soccer World Cup 2021 Quarter-final match between Switzerland and Uruguay at Luzhniki Beach Soccer Stadium on August 26, 2021 in Moscow, Russia. (Photo by Octavio Passos - FIFA/FIFA via Getty Images)