La phase de groupes à la loupe

  • La phase de groupes de Russie 2021™ a livré son verdict

  • Plus que huit équipes en lice

  • Surprise : le Portugal a déjà fait ses valises

Des buts spectaculaires, des gestes techniques magnifiques et beaucoup de bonne humeur : la phase de groupes de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Russie 2021™ a tenu toutes ses promesses. 

Il faut dire que le pays hôte n’a pas lésiné sur les moyens pour faire vivre un tournoi exceptionnel aux spectateurs. Les speakers ont eu beaucoup de travail, l’entrée des équipes s’accompagnait de véritables feux d’artifice, des pom-pom girls ont égayé les pauses, tandis que des musiciens étaient présents pour mettre de l’ambiance lors des hymnes nationaux et entre les matches. 

Vingt-quatre des 32 matches programmés au stade Loujniki de Moscou ont déjà eu lieu et, à ce stade, huit équipes ont fait leurs adieux à la compétition... dont le tenant du titre. 

FIFA.com dresse pour vous le bilan du premier tour de Russie 2021.

À retenir 

Le Portugal rentre à la maison L’une des rencontres les plus spectaculaires de la phase de groupes a opposé le Portugal à l’Uruguay, à l'occasion de la troisième journée du Groupe D. L’enjeu était connu dès le coup d'envoi : le gagnant était assuré de poursuivre l’aventure, tandis que le perdant serait éliminé. Malgré la pression, les deux équipes nous ont offert un duel de très haute volée, se rendant coup pour coup tout au long de la partie. Au bout du compte, les Sud-Américains s’imposent 7-6, devenant au passage la première équipe de l’histoire du tournoi à renvoyer le tenant du titre chez lui au terme de la phase de groupes.

Le Mozambique marque les esprits Le seul débutant de cette édition russe n’était pas venu en Europe pour faire de la figuration. Battus d’entrée par l’Espagne (8-4), les Africains ont enregistré leur premier succès en Coupe du Monde de Beach Soccer dès leur deuxième sortie. Figo s’est offert un quadruplé contre les Émirats Arabes Unis (4-2), ravivant ainsi les espoirs de qualification de son équipe. Malheureusement pour eux, les Mozambicains ont ensuite échoué de peu face à Tahiti (8-7). Ils peuvent toutefois rentrer chez eux la tête haute, tant leurs performances ont suscité le respect.

Le premier but de Russie 2021 L’attaquant tahitien Tamatoa Tetauira a signé le premier but du tournoi, en marquant à la 22ème minute du match d’ouverture. Déviée, sa frappe à ras de terre à bout portant a pris le gardien émirien Humaid Jamal à contre-pied.

Dejan Stankovic, roi des buteurs Un doublé contre le Brésil et le Bélarus, un quadruplé contre le Salvador : le Suisse Dejan Stankovic occupe actuellement la première place du classement du Soulier d’or adidas. L’international de 36 ans, qui fête son anniversaire aujourd’hui, est aussi le deuxième meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du Monde de Beach Soccer, avec 45 réalisations à son actif. Il reste toutefois à bonne distance de la légende portugaise Madjer et de ses 88 unités.

Pas de place pour les nuls ! Au beach soccer, il faut un gagnant et un perdant. Le match entre le Bélarus et le Salvador s’est conclu sur un score de parité (5-5). Les deux équipes ont donc dû se départager lors d’une séance de tirs au but. Le public en a profité pour se familiariser avec la nouvelle règle, qui stipule que chaque équipe doit désormais désigner cinq tireurs (contre trois auparavant). Les Européens se sont montrés les plus habiles dans cet exercice (10-9), ce qui leur a permis de prendre un point.

Une pluie de buts Le match entre Tahiti et l’Espagne a été ponctué de 20 réalisations (12-8). Il faut remonter à l’édition 2009 et à un choc entre le Portugal et l’Uruguay (14-7) pour trouver trace d’une rencontre plus prolifique. Teva Zaveroni, entraîneur-joueur de Tahiti, a démontré à cette occasion qu’il n’avait rien perdu de son talent. Doyen de Russie 2021, le Tahitien a signé un doublé contre la Roja.

Une victoire émouvante Lors de la victoire face aux champions du monde portugais (5-3), tous les joueurs sénégalais portaient un brassard noir en hommage à la mère de Raoul Mendy, décédée la veille. Malgré son immense tristesse, le numéro 9 sénégalais a livré une performance de très haut niveau, au complexe olympique Loujniki. Incontournable, il s’est littéralement démultiplié sur le terrain. Ses efforts offensifs ont été récompensés par un doublé, qui lui a valu d’apporter une contribution décisive à la qualification du Sénégal pour les quarts de finale.

Entendu...

"Il ne faut pas se mentir : il n’y a pas de petites équipes à ce niveau. Nous en sommes bien conscients.  L’identité de l’adversaire importe peu. Nous ne pouvons pas décevoir nos supporters ; ils ont été incroyables depuis le premier match.  C’est grâce à eux si nous sommes toujours là.  Et j’ai bien l’impression qu'ils n’ont pas encore tout vu !" Dmitrii Shishin, Russie

À venir