Appétit et ambition pour Sylla et les Lions

Après avoir perdu en finale de la Coupe d'Afrique de Beach Soccer 2015 face à Madagascar, les Lions de la Teranga ont entamé Nigeria 2017 en voulant faire d'une pierre deux coups : remonter sur le podium et se qualifier pour la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Bahamas 2017. Ils ont réussi à battre le Nigeria (8:4) en finale de l'épreuve continentale et le Sénégal est ainsi devenu le pays le plus titré dans cette compétition, avec quatre couronnes.

Le Sénégal représentera donc l'Afrique aux Bahamas aux côtés du Nigeria, et le sélectionneur Omar Sylla, surnommé "Ngalla", ne cache pas ses ambitions : "Nous connaissons une période de renouvellement de notre effectif. Nous sommes habitués à participer à la Coupe du Monde mais nous nous faisons à chaque fois éliminer dès le premier tour. Notre équipe est forte au niveau continental et nous sommes quadruples champions d'Afrique. Mais au niveau international, nous avons encore du chemin à faire. Nous allons nous préparer au mieux pour briller à Bahamas 2017".

Le tirage au sort a placé le Sénégal dans le groupe du pays organisateur, les Bahamas, de la Suisse et de l'Équateur, qui a créé la surprise en Copa América. Voici ce que pense Sylla de ce tirage : "Tous les Sénégalais ont suivi cet événement. Le Sénégal est habitué à affronter les pays organisateurs en phase finale de Coupe du Monde. Nous avons été opposés au Portugal en 2015 et à l'Italie en 2011. Nous connaissons donc ce genre de situations. Il n'est pas facile de rencontrer le pays hôte car il bénéficie du soutien de ses supporters, ce qui décuple la motivation".

Objectif quart de finale Ngalla, qui vient de prendre sa retraite de joueur pour commencer une carrière d'entraîneur, considère que la sélection Suisse est la plus forte du groupe : "C'est un adversaire coriace, que nous devrons respecter sur le terrain. Ils font partie des meilleures équipes du monde en Beach Soccer. Ils ont un entraîneur expérimenté et un attaquant très dangereux. J'ai eu l'occasion de les observer au Nigeria, où ils ont affronté les Super Eagles, et je considère qu'ils font partie des favoris avec le Brésil et le Portugal".

Mais avant ça, il faudra bien débuter face à l'Équateur, une équipe que Sylla ne connait pas : " Cette rencontre est la grande inconnue. Je ne dispose pas de beaucoup d'informations sur eux, mais ils se sont qualifiés et cela prouve qu'ils ont une belle équipe".

"Nous voulons d'abord atteindre les quarts de finale", assure le sélectionneur des Lions de la Teranga. "En six participations à la Coupe du Monde de Beach Soccer, nous n'avons atteint qu'une seule fois le second tour. Notre premier objectif est donc de nous qualifier, puis nous verrons ce qu'il adviendra".

Quoi qu'il arrive, le technicien se réjouit de sa future destination : "La FIFA a fait le bon choix en donnant aux Bahamas l'occasion d'accueillir un événement mondial comme la Coupe du Monde de Beach Soccer. Les petits pays ont besoin de ces compétitions pour développer leurs infrastructures. Il faut que le message du football parvienne à tout le monde. Une Coupe du Monde de Beach Soccer en France ou au Portugal ne profite pas autant que dans des pays comme les Bahamas. Nous aussi en Afrique espérons organiser la Coupe du Monde de Beach Soccer car nous adorons le football. Au Sénégal, tout le monde est fan de Beach Soccer."