Media Release

Federation Internationale de Football Association

FIFA Strasse 20, P.O Box 8044 Zurich, Switzerland, +41 (0) 43 222 7777

Des études de faisabilité prévoient de nombreuses retombées financières positives en cas de Coupe du Monde de la FIFA™ bisannuelle

Selon deux études de faisabilité réalisées par des entités indépendantes (Nielsen et OpenEconomics), organiser les Coupes du Monde masculine et féminine tous les deux ans aurait de nombreuses répercussions économiques positives pour les 211 associations membres.

Les conclusions des deux études ont été présentées lors du Sommet mondial de la FIFA organisé en ligne et qui a réuni 207 des 210 associations membres éligibles. Ce sommet constitue la dernière étape en date du processus de consultation sur l’avenir du football qui vise à revoir les calendriers internationaux des matches pour le football féminin et masculin, dont les versions en vigueur expirent en 2023 et 2024 respectivement.

"Les experts indépendants nous ont fait savoir qu’organiser la Coupe du Monde de la FIFA tous les deux ans permettrait de générer des revenus supplémentaires à hauteur de USD 4,4 milliards pour le premier cycle quadriennal, une somme dont bénéficieraient l’ensemble des 211 associations membres", a indiqué le Président de la FIFA, Gianni Infantino. "Grâce à ces revenus supplémentaires, notre soutien en faveur des associations membres passerait de USD 6 millions par cycle à potentiellement jusqu’à USD 25 millions en moyenne par association membre pour le premier cycle quadriennal, la distribution de ce montant étant régie par les principes de gouvernance de la FIFA."

Sur la base des études de faisabilité, les revenus supplémentaires – jusqu’à USD 25 millions par association membre – seraient utilisés comme suit :

  • USD 3,5 milliards seraient redistribués à toutes les associations membres à travers la création d’un fonds de solidarité, chaque association se voyant octroyer en moyenne jusqu’à USD 16 millions tandis que le reste de ce montant permettrait de couvrir les éventuelles répercussions financières négatives subies les associations membres en raison des changements au calendrier international des matches.

  • USD 9 millions par cycle et par association membre seraient convertis en fonds Forward, soit une augmentation de 50%.

"Notre objectif est de combler le fossé entre les associations membres de la FIFA et de donner au plus grand nombre une véritable chance d’évoluer au plus haut niveau du football mondial", a expliqué le Président de la FIFA.

L’étude menée par Nielsen, axée sur les aspects financiers, indique que si les confédérations décidaient d’opter pour une organisation bisannuelle de leurs compétitions finales masculines, le bénéfice pour le football mondial serait d’environ USD 6,6 milliards lors du premier cycle quadriennal.

L’étude menée par OpenEconomics, axée quant à elle sur les aspects macroéconomiques, indique que l’organisation bisannuelle de la Coupe du Monde masculine génèrerait une hausse du produit intérieur brut (PIB) de près d’USD 180 milliards sur 16 ans et la création de deux millions d’emplois à temps plein.

"L’engagement de la FIFA en faveur de l’avenir du football est total. Nous souhaitons donner sa chance à chaque talent et avons bien l’intention de créer l’environnement adéquat par le biais de nos compétitions", a déclaré le directeur du Développement du football mondial de la FIFA, Arsène Wenger. "Nous souhaitons réorganiser les calendriers internationaux des matches afin de promouvoir et améliorer le football tout en préservant les intérêts des parties prenantes, à l’image des joueurs et des joueuses qui bénéficieraient d’une période de repos obligatoire." Les nouveaux calendriers internationaux incluraient par ailleurs moins de fenêtres internationales, ce qui réduirait du même coup les déplacements pour les joueurs et joueuses. Le nombre de confrontations aller-retour sera déterminé après consultation des associations membres, mais une baisse du nombre de jours de mise à disposition pour les clubs est quoi qu’il en soit à prévoir. Enfin, de nouveaux concepts d’organisation et de coorganisation des compétitions de jeunes annuelles de la FIFA ont été présentés lors du sommet afin de pouvoir véritablement donner sa chance à chaque talent. "Dès le début du processus, nous avons réalisé que le football féminin ne devait pas être examiné sous le même prisme que son homologue masculin, et cela a porté ses fruits", a indiqué Jill Ellis. "Notre proposition visant à optimiser le calendrier international des matches pour le football féminin tient évidemment compte du bien-être des joueuses et de la nécessité de les protéger. Organiser une Coupe du Monde Féminine de la FIFA tous les deux va dans ce sens, tout comme la mise en place de meilleurs parcours de formation et d’une plus grande égalité dans le football féminin, notamment en termes d’opportunités. Le potentiel de croissance est là. Grâce à diverses initiatives tel que le nouveau programme commercial, nous allons créer l’environnement idéal pour pouvoir introduire une compétition internationale interclubs qui contribuera à un avenir radieux pour le football féminin." La FIFA entend poursuivre le processus de consultation avec les confédérations et associations membres début 2022 afin de discuter plus en détail de ces deux études. L’ensemble de la documentation liée aux études de faisabilité, y compris les documents d’appui et diverses vidéos, sera publiée sur les canaux de communication de la FIFA dans les prochains jours.