Application PitchRater : de meilleurs terrains de football grâce aux retours directs des joueurs

En 2016, un projet d’innovation a vu le jour en Écosse, consistant à demander aux joueurs leur ressenti concernant les surfaces de jeu qu’ils utilisent chaque semaine. La Fédération Écossaise de Football et la Professional Footballer’s Association (PFA), en collaboration avec le département, recherche et développement de Sports Labs, se sont appuyés sur les technologies mobiles pour recueillir les retours des joueurs et les prendre en compte lors de la préparation des terrains, et pour nommer et récompenser les meilleures surfaces de jeu. L’un des problèmes centraux auxquels doit faire face l’industrie du gazon synthétique, et de plus en plus celles du gazon naturel et hybride, est celui de la perception qu’ont les joueurs de la surface de jeu au niveau professionnel. En Écosse, 13 des 42 clubs professionnels (30%) disposent de stades avec des terrains en gazon synthétique. Si ce taux est plus élevé dans certains pays, il est toutefois évident que les joueurs professionnels des quatre premières divisions ont souvent affaire à ce type de gazons. Les diffuseurs et les médias sont généralement peu élogieux à l’égard des gazons synthétiques dans le sport de haut niveau, et ignorent souvent les avancées réalisées depuis les années 1980. De nos jours cependant, en plus des terrains des stades, de nombreux clubs disposent de gazons synthétiques dans leur centre d’entraînement, et les jeunes joueurs ont un temps de jeu important sur ces surfaces. Il y a donc un fossé entre ce que les joueurs ressentent lors de leurs entraînements et leurs matches, et au cours de leur développement, et la perception qu’en ont les médias. Si vous demandez à n’importe quel joueur quelle est sa surface de jeu idéale, il vous répondra un terrain naturel en parfait état. Pourtant, en réalité, en dehors des meilleurs clubs européens, les joueurs évoluent rarement sur ce type de surfaces, car il est difficile pour leur club de garder un terrain naturel en bon état tout au long de la saison. Les terrains synthétiques constituent une solution alternative intéressante, et un nombre croissant d’études montre que les joueurs préfèrent un terrain synthétique en bon état qu’un terrain naturel en mauvais état. Afin d’appuyer ces observations sur des preuves fiables, Sports Labs, institut de test accrédité par la FIFA, la Fédération Écossaise de Football et la PFA Scotland ont mené conjointement en 2016 une étude à grande échelle sur le ressenti des joueurs des 42 équipes que comptent les quatre premières divisions du pays. Afin d’atteindre le plus grand nombre possible de joueurs, une application mobile, appelée « PitchRater » a été développée. Elle permet à chaque joueur de fournir un retour structuré sur la qualité, la régularité, la performance, la stabilité des surfaces et sur les blessures qu’ils ont subies dessus après chaque match (afin d’éviter des biais de la part des joueurs à domicile). Ce retour, sous forme d’une note de 1 à 5, prend en compte la date et le résultat du match, afin d’établir des corrélations avec le moment de l’année et pour éviter tout biais relatif au résultat du match. Au total, les joueurs ont répondu à 43 116 questions avec 3 593 réponses différentes, ce qui représente plus de 86 réponses pour chacune des surfaces utilisées dans la saison, et permet donc de considérer les données collectées comme significatives et représentatives. L’intérêt principal de cette collecte de données a été de pouvoir quantifier le ressenti pour chaque caractéristique des surfaces de jeu, mais aussi d’attribuer un score global à chacun des 42 terrains. Les résultats permettent d’identifier des stades dont le terrain est régulièrement jugé dur, mou, instable, irrégulier ou fatiguant. Les terrains les moins bien notés le sont généralement dans plusieurs paramètres, ce qui laisse supposer une corrélation entre les différentes caractéristiques. Il en va de même pour les terrains les mieux notés. Les meilleurs et les pires terrains de chaque division concernée par l’étude ont été communiqués à la Fédération Écossaise de Football et à la PFA.

Évaluer les technologies du sport : 42 stades testés et notés de 1-très mauvais à 5-très bon.

171856_pitch-rater-fifa_rs

L’analyse des données ne consiste pas seulement à recueillir les scores et les notes des joueurs et des sites, mais servira aussi à établir des corrélations, des tendances et des modèles qui serviront sur le long terme. Une analyse approfondie des données sera menée à la fin de la saison une fois toutes les données collectées. À ce jour, l’intérêt principal de l’étude est d’identifier les terrains les mieux notés par les joueurs, avec une note maximale de 4,5 tous terrains confondus et 3,8 pour les terrains synthétiques. Trois terrains synthétiques se classent parmi les 15 meilleurs toutes divisions confondues, et les terrains les moins bien notés comprennent des terrains naturels et artificiels. Pour la première fois, des données quantitatives ont pu être recueillies grâce aux retours authentiques des joueurs, et pourront servir au personnel d’entretien afin d’améliorer la qualité des surfaces. Il s’agit d’un élément clé de l’étude, qui permettra d’élire le meilleur personnel d’entretien des terrains de chaque division, et servira également de base à l’élaboration de séminaires de formation pour les propriétaires et le personnel d’entretien, afin de les sensibiliser aux différentes difficultés rencontrées par les joueurs dans les stades. Cette étude, première en la matière, devrait être reconduite pour la saison 2018/29 et peut-être même étendue à d’autres championnats en Europe, voire à d’autres sports.

“Trop souvent, le ressenti des joueurs est négligé dans le football. Dans le cas présent, les terrains et surfaces subissent des altérations sans que nos membres ne fassent l’objet de réflexions ou de consultations. On oublie trop souvent que le terrain est le lieu de travail de nos membres, et c’est pourquoi nous nous réjouissons de participer à cette étude pionnière, de concert avec Sports Labs et la Fédération Écossaise de Football. Les joueurs connaissent intimement les spécificités d’un terrain, le ressenti qu’ils ont sous le pied et le type de football qu’ils peuvent développer, c’est pourquoi il est tout à fait logique de leur demander leur avis. Nos retours montrent également que les joueurs se soucient du spectacle proposé aux supporters du stade et de la mauvaise presse que donnent les terrains de piètre qualité au football écossais. Les résultats de notre étude doivent faire l’objet d’une attention particulière de la part des décideurs, et doivent servir à améliorer les surfaces de football en Écosse.”

Fraser Wishart, directeur général de la PFA Scotland

“Nous sommes ravis de pouvoir approfondir notre partenariat de recherche avec la PFA Scotland et Sports Labs, que nous avions initié à l’occasion de la première étude de perception du joueur en 2013/14. En Écosse, la qualité des terrains de niveau professionnel est un véritable problème, que ce soit du point de vue de la sécurité des joueurs ou de l’attractivité des matches télévisés. Pour les joueurs des championnats écossais, les 42 terrains concernés par l’étude sont à la fois un lieu de travail et une scène sur laquelle ils évoluent toutes les semaines. Pourtant, avant cette étude, les joueurs professionnels n’avaient fait l’objet d’aucune concertation directe sur le sujet, malgré le fait qu’ils soient les plus directement concernés par l’interaction avec le terrain et le ballon. Le niveau d’engagement, le nombre de réponse et la participation globale à cette étude tout au long de sa durée sont des preuves tangibles de l’importance accordée par les joueurs à ces domaines. Ces réactions ont permis de collecter un grand nombre de données et d’établir des résultats, qui sont aussi instructifs que représentatifs. À cet égard, il n’est pas surprenant que de nombreux acteurs du football aient manifesté leur intérêt pour le travail que nous avons mené, et l’Écosse peut être fière d’avoir été pionnière dans ce domaine. Nous sommes, tout comme Sports Labs, extrêmement reconnaissants à l’égard de la PFA Scotland, sans qui il aurait été impossible de contacter un si grand nombre de joueurs pour avoir leurs réponses, qui garantissent la validité de notre étude..”

Cameron Watt, responsable des infrastructures à la Fédération Écossaise de Football 

“Il est gratifiant et stimulant de voir que, pour sa première saison, l’application PitchRater© a été un véritable succès. Nous sommes certains qu’elle permettra d’approfondir notre compréhension de ce qui fait un bon terrain pour les joueurs, et de poursuivre les progrès en matière de surfaces de jeu. La PFA Scotland et la Fédération Écossaise de Football nous ont apporté un soutien inestimable en permettant de mener à bien cette étude, et les données collectées serviront de base à l’amélioration de la qualité des terrains dans tout le pays, avec comme valeur cardinale la sécurité. Nous tenons à remercier les joueurs qui ont collaboré avec enthousiasme au succès de notre projet. Faire de la perception des joueurs le point central de l’analyse des terrains était une excellente décision. Il est essentiel de rappeler qu’il n’y a pas de bon match sans une bonne surface de jeu.”

Eric O'Donnell, directeur général de Sports Labs