Football for Schools arrive dans les Caraïbes


  • Le Guyana est la première nation caribéenne à adopter le programme Football for Schools

  • Football for Schools met le football au cœur du développement social

  • Plusieurs FIFA Legends ont participé à des ateliers éducatifs à Providence

Le Guyana est la première association membre de la FIFA caribéenne à déployer le programme Football for Schools. Pour l'occasion, trois FIFA Legends ont fait le déplacement à Providence.

Au cours de cette première manifestation, la fédération de football du Guyana, le gouvernement et la Fondation FIFA ont signé un protocole d'accord portant sur le rôle du football dans l’éducation des enfants et le développement social.

L’ancien gardien de but de l’équipe de Colombie Faryd Mondragon, vétéran de trois Coupes du Monde de la FIFA™, Rosana dos Santos Augusto, qui a représenté le Brésil lors de quatre éditions de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™, et Tashana Vincent, ancienne internationale jamaïcaine devenue entraîneure adjointe de la sélection U-20, ont assisté à ce premier atelier. Les FIFA Legends en ont profité pour partager avec les enfants les enseignements du football.

"J’ai énormément appris, grâce au football. Le sport m’a enseigné le sérieux et la persévérance", explique Rosana, qui compte 112 sélections en équipe du Brésil féminine et deux médailles d’argent olympique à son actif. 

"Grâce à lui, j’ai découvert que l’on pouvait faire tomber les barrières. À mes débuts, les femmes ne pouvaient pas jouer au football ; malgré tout, j’ai accompli énormément de choses dans ma carrière. Tout ça, je le dois au football."

Le programme Football for Schools encourage la participation des écoliers à travers des séances clés en main, disponibles sur une application mobile. L’objectif est de se servir du jeu pour faire passer des messages éducatifs et encourager les enfants à prendre leurs propres décisions, dans un environnement sécurisé et bienveillant. 
"Le sport est le meilleur outil social au monde", se réjouit pour sa part Mondragon.

"Grâce au football, nous sommes en mesure de faire passer des messages importants dans le domaine de l’éducation et des valeurs, mais aussi de proposer des exemples à suivre. C’est important pour les garçons, les filles et toute la société. C’est un miroir que nous tendons aux enfants : ils peuvent ainsi rêver et s’imaginer à notre place, dans quelques années."

"J’ai beaucoup appris au cours de ma vie, sur le terrain. J’ai découvert d’autres cultures et j’ai joué dans de nombreux contextes différents. Pour devenir un grand joueur, il faut avant tout être une grande personne."

Le programme Football for Schools encourage la participation des écoliers à travers des séances clés en main, disponibles sur une application mobile. L’objectif est de se servir du jeu pour faire passer des messages éducatifs et encourager les enfants à prendre leurs propres décisions, dans un environnement sécurisé et bienveillant.  "Le sport est le meilleur outil social au monde", se réjouit pour sa part Mondragon. 

"Grâce au football, nous sommes en mesure de faire passer des messages importants dans le domaine de l’éducation et des valeurs, mais aussi de proposer des exemples à suivre. C’est important pour les garçons, les filles et toute la société. C’est un miroir que nous tendons aux enfants : ils peuvent ainsi rêver et s’imaginer à notre place, dans quelques années."

"J’ai beaucoup appris au cours de ma vie, sur le terrain. J’ai découvert d’autres cultures et j’ai joué dans de nombreux contextes différents. Pour devenir un grand joueur, il faut avant tout être une grande personne."

L’équipe nationale masculine pointe actuellement au 174ème rang du classement mondial FIFA/Coca-Cola, tandis que son homologue féminine occupe la 90ème place. Pour l’une comme pour l’autre, il existe une marge de progression. Toutefois, l’Union Caribéenne de Football (CFU) sait que le football ne se limite pas aux résultats.

"Le football a changé la vie de beaucoup de gens au Guyana et dans les Caraïbes", estime Camara David, le secrétaire général de la CFU. 

"Je pense que les premiers effets de ce programme se feront sentir dans les deux prochaines années. Le niveau de jeu va sensiblement augmenter au Guyana, mais ce n’est pas tout : nous voulons aussi former de bons citoyens pour le pays et la région."

"L’impact et les bénéfices de ce programme sur la société du Guyana seront considérables."