Zimouche brise les barrières avec style

9 mars 2021
  • Lisa Zimouche, footballeuse devenue star du freestyle

  • Plus de deux millions d'abonnés sur Instagram

  • La Franco-Algérienne a ouvert des portes pour les générations suivantes

"Je ne sais pas si je suis un modèle aujourd'hui mais je fais tout pour montrer aux gens qu'être une fille qui joue au foot c'est normal. Si mon parcours peut inspirer les jeunes filles, c'est que j'ai atteint mon objectif", explique Lisa Zimouche à FIFA.com. Aujourd'hui, la Franco-Algérienne de 21 ans est une star mondiale du freestyle, qui compte notamment deux millions d'abonnés sur son compte Instagram.

Dans ses vidéos, cette artiste du ballon rond exprime toute son inventivité tout en réalisant des choses impensables pour le commun des footeux. Le fruit d'un travail acharné et d'une volonté qui a brisé sur son passage toutes les barrières et autres préjugés.

Pour elle, tout a commencé au pied de son immeuble, où elle commence à taper la balle inspirée par les exploits de l'équipe de France de Zinédine Zidane, Franck Ribéry ou encore Samir Nasri, ses premiers modèles. "Quand j'ai débuté, mes exemples étaient essentiellement des joueurs masculins. Je connaissais quelques joueuses, comme Louisa Necib à qui on m'a parfois comparée, mais c'était assez marginal. Aujourd'hui le foot féminin est plus visible et il y a plein d'exemples qu'on peut prendre, et c'est mon objectif d'aider les femmes à prendre confiance en elles, que ça soit à travers le freestyle ou le sport féminin en général."

Coup de foudre

Au départ, Zimouche n'était "pas forcément plus douée que la moyenne, mais comme je jouais dans une équipe où il n'y avait quasiment que des garçons, il fallait que je travaille deux fois plus pour prouver ma légitimité. Même quand je jouais en bas de chez moi, il fallait que je m'impose et que je montre que je savais jouer, tout simplement."

Et même une fois sa place gagnée, quelques préjugés sexistes restaient à dissiper balle au pied. "L'équipe d'en face disait souvent qu'ils allaient nous battre parce qu'il y avait une fille dans notre équipe. Mais c'était une source de motivation pour moi. Je voulais leur montrer qu'ils avaient tort", se souvient-elle.

Un jour, son goût prononcé pour les gestes techniques a rencontré le freestyle, et ce fut le coup de foudre. "Je me souviens exactement de ce moment. J'avais 10 ans et je m'étais inscrite à un tournoi de foot de rue et il y avait des freestylers venus faire un show et un workshop. Ç'a été la révélation pour moi, je me suis mise à m'entraîner tous les jours. Je regardais des vidéos sur internet et j'essayais de reproduire les gestes", raconte cette travailleuse acharnée.

Championne du monde

"C'est une discipline où il y a tellement à apprendre que je m'entrainais encore et encore quand je voulais passer un geste. Le "tour du monde" par exemple, je ne mesurais même pas 1m40 mais je me souviens avoir passé des heures et des heures en bas de chez moi jusqu'à ce que j'y arrive. Les premières années, je passais jusqu'à cinq heures par jour à m'entraîner."

Elle continue parallèlement à jouer au foot et intègre même le Paris Saint-Germain entre 14 et 16 ans, une expérience qui lui a inculqué une discipline et une rigueur précieuses pour perfectionner son art, dans lequel elle obtiendra à 15 ans un titre de championne du monde de panna soccer, une spécialité qui consiste à placer un petit pont à son adversaire. Ses vidéos commencent à circuler massivement sur la toile et sa carrière décolle pour de bon.

Aujourd'hui, Zimouche a voyagé dans le monde entier et accumulé des millions de vues avec ses vidéos toujours plus créatives. "Je m'inspire de tout ce que je vois. Ça peut venir de la musique, d'autres sports comme le basket, un sport que j'aime beaucoup. Je peux aussi être inspirée par un lieu quand je voyage. Mes vidéos peuvent être écrites à l'avance comme elle peuvent s'improviser sur le moment. C'est vraiment du freestyle !"

La passion comme moteur

Elle et d'autres pionnières comme Melody Donchet ont ouvert la voie aux générations suivantes de jeunes filles qui rêvent d'exprimer leur créativité avec un ballon en dépassant les frontières du football traditionnel, dans une discipline où la seule limite est celle de l'imagination.

Pour conclure, quels conseils donnerait cette artiste de la balle à celles qui rêvent de l'imiter ? "D'être passionné, parce que la passion emmène naturellement le travail, et ce dans tous les domaines. Il faut aussi travailler sur la confiance en soi pour ne pas se laisser influencer par ce qui se dit autour et écouter son instinct. J'ai entendu petite que ce que je faisais n'était pas bien et n'allait me mener nulle part, mais moi je savais très bien au fond de moi que ça n'était pas vrai".

Quelques rencontres marquantes...

Paul Pogba et Presnel Kimpembe

Ce sont deux joueurs très accessibles et simples. On se comprend facilement peut-être parce qu'on vient du même milieu. J'ai senti un respect mutuel parce qu'ils regardent les vidéos. J'ai été impressionnée par Paul Pogba que j'ai rencontré en 2015 sur le tournage d'une pub et qui a sorti des vrais gestes de freestyle que même des freestylers pro n'arrivent pas à faire !

Usain Bolt

C'est une rencontre qui m'a beaucoup marquée. C'est à la fois une légende et quelqu'un de très simple avec de bonnes énergies. Il adore le foot et il est attiré par le ballon. La connection a été très facile à faire.

Neymar

Il était blessé quand je l'ai rencontré donc je ne l'ai pas vu à l'oeuvre, mais quand on le voit jouer on sent qu'il a ce rapport au ballon très proche de la culture freestyle, comme tous ces joueurs qui viennent du futsal, qui utilisent la semelle.

Zinédine Zidane

J'ai été invitée à un tournoi pour son association, le Z5 à Marseille, et j'ai joué contre sa famille (rires). Il y avait ses fils, ses neveux et lui même. C'était impressionnant parce qu'on sentait une vraie complicité chez eux et qu'ils avaient l'habitude de jouer ensemble. Ils se trouvaient les yeux fermés. Zizou fait des choses complètement folles sans donner l'impression de forcer. C'est un véritable artiste avec le ballon et ses qualités s'expriment pleinement dans le cinq contre cinq.