Wei Shihao, inspiré par Ronaldo, libéré par Cannavaro

30 août 2021
  • La carrière de Wei Shihao a décollé à Guangzhou sous les ordres de Fabio Cannavaro.

  • L’attaquant manqué les qualifications en juin pour cause de blessure.

  • Il espère se rattraper à l'occasion de la reprise des qualifications en Asie.

Au moment d’affronter l’Australie le 2 septembre pour le troisième tour des qualifications asiatiques pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™, l’attaquant chinois Wei Shihao a une revanche à prendre. Il y a trois mois, il avait été appelé par Li Tie alors que la RP Chine tentait de figurer parmi les meilleurs deuxièmes. Wei, qui restait sur deux saisons réussies en Super League chinoise, semblait promis à une place de titulaire en pointe. Malheureusement, une blessure à la cuisse pendant l’échauffement l'en a privé. "J’étais vraiment très déçu", confie le joueur de 26 ans au micro de FIFA.com. "Je donne toujours le maximum à l’entraînement et pendant le match. C’est peut-être la raison pour laquelle je suis sujet aux blessures. Il y a deux ans, j’avais manqué les qualifications pour la Coupe d’Asie pour les mêmes raisons. Depuis, j’ai pris du recul afin d’éviter au maximum ces blessures inutiles." "Je suis plutôt mince. Le sélectionneur Li Tie m’a donc conseillé de faire de la musculation pour m’épaissir un peu. Je sais désormais qu'un footballeur professionnel doit prendre soin de son corps pour évoluer à son meilleur niveau."

unzcql1ucltbafmw3fbd.jpg

Un prestigieux modèle et un illustre entraîneur Passé par le centre de formation de Shandong Luneng FC, Wei rejoint Boavista en 2013. Cette saison portugaise est pour lui l’occasion de marcher sur les traces de son idole, Cristiano Ronaldo. "Mon père adore le football. Pendant l’EURO 2004, nous sommes tous les deux tombés sous le charme de Ronaldo. J’ai commencé à regarder ses matches et toutes les vidéos de lui." Par la suite, Wei se fait ainsi remarquer lors du Championnat U-19 de l'AFC 2014, grâce notamment à un doublé contre le Japon (2-1) en phase de groupes, dont un somptueux coup franc. De retour au pays en 2017, Wei s’engage à Shanghai SIPG, avant de signer à Beijing Guoan un an plus tard. Impressionné par son sens du but, Fabio Cannavaro entreprend de le faire venir à Guangzhou en 2019. Au contact de l’ancien champion du monde italien, le jeune buteur franchit un palier supplémentaire. Dès sa première saison sous ses nouvelles couleurs, il signe 11 réalisations et contribue à la conquête d’un huitième titre de champion de RP Chine. Une nouvelle blessure le tient encore éloigné des terrains la saison suivante, ce qui ne l’empêche pas de faire mouche à huit reprises en dix apparitions. Progression et ambition Absent au mois de juin, il passe près d’un mois à récupérer de cet énième coup du sort. De retour à la compétition en juillet, il ne tarde pas à retrouver ses sensations et totalise cinq nouvelles réalisations avec Guangzhou. "Je marque davantage dans mon nouveau club car Cannavaro me fait confiance. Il n’hésite pas à me donner ma chance", explique Wei pour justifier sur sa progression. "J’ai des coéquipiers de haut niveau, qui m’aident énormément sur le terrain. Ces derniers temps, les défenseurs adverses se concentrent sur Paulinho, ce qui me laisse plus d’espace. Le capitaine Zheng Zhi est aussi un joueur très précieux par la qualité de ses passes." Rapide et technique, Wei ne craint pas d’aller au duel, ni de tenter des frappes. Son optimisme pourrait se révéler très utile au moment d’affronter l’Australie puis le Japon, cinq jours plus tard. "Mentalement, je suis assez fort, mais il m’est arrivé de manquer de retenue par le passé. Je vais travailler sur cet aspect pour éviter de prendre des cartons inutiles." "Notre groupe est intéressant. L’Australie et le Japon sont forts, mais nous avons nos chances à condition d'évoluer à notre meilleur niveau. Si nous travaillons dur, les occasions viendront naturellement. Tous les footballeurs rêvent de participer un jour à la Coupe du Monde. Nous allons donc tout faire pour être du voyage au Qatar", conclut-il.