Shaw redonne le rythme aux Reggae Girlz

  • À 24 ans, l'attaquante de Manchester City est la meilleure buteuse historique de la Jamaïque

  • Elle a aidé la Jamaïque à devenir la première nation des Caraïbes à se qualifier pour la Coupe du Monde Féminine

  • Elle évoque l'avenir prometteur des Reggae Girlz

En 2019, la Jamaïque a prouvé que la Coupe du Monde ne se résumait pas aux résultats. Les Reggae Girlz ont beau avoir perdu leurs trois matches de groupes et encaissé 12 buts pour un seul inscrit, leur présence en France a transformé le football féminin du premier pays de la région Caraïbes à se qualifier pour la phase finale. Khadija Shaw est, à 24 ans, la meilleure buteuse historique de la Jamaïque et apprécie cette première qualification à sa juste valeur. "La plupart d'entre nous étions à l'université", l'attaquante de Manchester City à FIFA.com. "Nous n'avions aucune idée de ce qui nous attendait. Nous rêvions juste de nous qualifier pour la Coupe du Monde et nous pensions aux nombreuses vies qui en seraient changées chez nous." D'après Shaw, toutes les personnes impliquées dans l'aventure ont compris l'importance de construire un collectif solidaire et soudé. L'équipe avait eu peu d'occasions de se rassembler par le passé et ne se retrouvait que lors des tournois et des qualifications. L'organisation d'un stage récemment à Miami est un signe encourageant pour l'avenir.

"Après la Coupe du Monde, nous avons soumis à la fédération les conclusions que nous avions tirées de notre expérience", poursuit Shaw. "La situation s'améliore et je sais que cela prend du temps. Nous sommes patientes, mais nous voulons simplement voir les choses avancer. C'est une question de communication et de confiance." "Nous sommes toutes jeunes. L'expérience, les rassemblements et la création d'une alchimie dans le groupe nous aideront à poursuivre notre progression", estime la buteuse des Reggae Girlz, qui étaient l'équipe la plus jeune de la Coupe du Monde en 2019. Jody Brown, qui avait tout juste 17 ans à France 2019, a d'ailleurs été l'une des pièces maîtresses de la récente victoire de la Floride dans le championnat universitaire national. La Jamaïque entamera les qualifications mondialistes en février et avril 2022 lors du tour préliminaire contre les Bermudes, la Grenade, les Îles Caïmans et la République dominicaine. Les six vainqueurs de groupes rejoindront le Canada et les États-Unis dans le Championnat Féminin de la CONCACAF en juillet 2022. Les deux premiers de chaque poule accèderont à la Coupe du Monde, tandis que les troisièmes disputeront les barrages intercontinentaux.

Se confronter au meilleur niveau

Les performances de Shaw sous le maillot national lui ont valu un transfert à Bordeaux en 2019. Après y avoir fait preuve de la même efficacité offensive qu'avec l'Université du Tennessee, où elle a été repositionnée du milieu de terrain à la ligne d'attaque, elle a rejoint Manchester City en juin 2021. "J'étais dans un plus petit club, alors je dois m'adapter à un nouveau style d'entraînement et de jeu, à l'équipe, aux joueuses", précise-t-elle. "Je dois être patiente, faire confiance à mon instinct et à mes qualités, et me concentrer sur ce que je sais faire. C'est un groupe fantastique. Les joueuses me poussent sans cesse à me dépasser, ce qui me donne l'impression d'être mise à l'épreuve pendant les entraînements."

Évoluer dans l'un des meilleurs championnats du monde est un grand pas en avant pour Shaw, devenue une source d'inspiration et d'espoir pour les jeunes joueuses jamaïcaines et caribéennes. "J'ai été à leur place. Je sais ce que c'est d'avoir pour modèle quelqu'un comme Raheem Sterling, par exemple", confie Shaw.

"C'est quelque chose qui compte beaucoup pour moi et qui me sert aussi de motivation. Quand je me sens incapable de puiser dans mes ressources pour redoubler d'efforts, je pense aux joueuses restées dans mon pays. Cela m'aide parfois à me lever le matin pour aller m'entraîner. Ma présence à Manchester City parle d'elle-même. Je suis très heureuse ici et je vais continuer à progresser", conclut-elle.