Saint-Kitts-et-Nevis : petit pays, grande passion

  • La série Global Game tourne son attention vers Saint-Kitts-et-Nevis

  • Le plus petit état souverain du monde occidental voue une passion effrénée au football

  • Le football est le sport roi dans le pays, devant le cricket

L'Association de football de Saint-Kitts-et-Nevis (SKNFA) voit le jour en 1932. Le football organisé jouit donc d'une longue histoire sur cette île. Après avoir fait partie de l'Association de football des Îles Sous-le-Vent en 1948 puis que l'Union antillaise de football en 1979, Saint-Kitts-et-Nevis devient membre de la CONCACAF et de la FIFA en 1992, neuf ans après l'indépendance de l'île, devenant ainsi le Territoire britannique d'outre-mer le plus récent des Antilles à le faire.

"Pendant de nombreuses années, le football a dû partager l'affiche avec le cricket", explique le secrétaire général de la SKNFA, Stanley Jacobs, à FIFA.com. "Mais plus récemment, depuis les années 1980, le football est devenu le sport roi auquel tout le monde joue et que tout le monde regarde."

Surtout que le football ne cesse de se développer. Le soutien financier de la FIFA et de la CONCACAF permettent ainsi de faire progresser ce sport sur l'île dès le plus petit niveau. Preuve de ce développement, la toute première participation de l'équipe nationale féminine de Saint-Kitts-et-Nevis au Championnat de qualification olympique féminin de la CONCACAF en janvier dernier.

"Nous sommes extrêmement fiers de la croissance fulgurante de notre programme de développement du football féminin qui a été mis en place il y a moins de dix ans", se réjouit Jacobs. "De plus en plus de filles jouent au football et le succès de l'équipe féminine A et des U-20 va attirer encore plus de filles vers le football. Ce sera le patrimoine que ces équipes vont laisser, nous l'espérons."

Ce succès est d'autant plus extraordinaire que l'île toute entière ne compte qu'un peu plus de 52 000 habitants, soit la capacité du stade St James’ Park de Newcastle United. Environ 10 % de la population (5 000 personnes) pratiquent activement et régulièrement le football en compétition.

yon6qy4vzh7u08ecg60g.jpg

"Le football joue un rôle très important dans la vie des habitants de Saint-Kitts-et-Nevis", poursuit Jacobs. "C'est plus qu'un divertissement. C'est une passion."

"Il n'y a pas de championnat professionnel ici. Il n'y a qu'un championnat amateur, mais les joueurs jouent pour la fierté, pour leur communauté, pour la gloire. La tradition du football remonte à plus de 80 ans. Quand une communauté remporte le championnat, cela donne du baume au cœur à l'ensemble de cette communauté. Ils éprouvent de la joie et un esprit de camaraderie."

Forcément, les différentes communautés ont eu le moral dans les chaussettes quand il a fallu stopper net les championnats pendant sept à huit mois en raison de la pandémie de COVID-19, mais les Christophiens ont à nouveau fait preuve de résilience. Grâce au Fonds de solidarité du COVID-19, les championnats senior et junior devraient prendre fin mi-décembre. "Les joueurs souhaitaient retrouver les terrains", affirme Jacobs. "Beaucoup d'entre eux ont perdu leur travail et ont été touchés par la pandémie, donc le football a été leur lumière au bout du tunnel", conclut-il.

m6bt9izngserucmna07x.jpg