Roberto Carlos et Geremi favorables à un nouveau calendrier respectueux de la santé des joueurs

  • Ils prônent une réduction des déplacements pour des performances optimales

  • Les échanges au cœur du processus de consultation sur l’avenir du football

  • La FIFA recueille les suggestions de tous les acteurs au sujet du nouveau calendrier des matches, qui prendra effet en 2024

Dans le cadre d’un vaste processus de consultation au sujet de l’avenir du football, Roberto Carlos et Geremi se sont prononcés en faveur d’un nouveau calendrier international des matches qui protège les joueurs, limite leurs déplacements et leur permette d’optimiser leur niveau de performance en club comme en équipe nationale.

En qualité de grands protagonistes du football, plusieurs joueurs aguerris ont livré leur ressenti par le biais d’un Groupe consultatif technique. C’est ainsi que le champion du monde brésilien Roberto Carlos et l’ancien international camerounais Geremi ont convenu que la réduction du nombre de déplacements et l’augmentation du temps de récupération pour les joueurs sont des éléments essentiels à la création d’un football plus sain.

"Je me souviens que quand j’étais joueur, nous avions match le dimanche, puis nous partions en déplacement dans la foulée le dimanche soir, puis nous rejouions le mercredi, nous revenions le vendredi pour jouer de nouveau le samedi ou le dimanche", raconte Roberto Carlos, vainqueur de la Coupe du Monde de la FIFA 2002™. "Le niveau de performance des joueurs chute automatiquement car le temps de récupération est insuffisant. Pour ce qui est des déplacements, je partais de Madrid, par exemple, pour me rendre à São Paulo, à Buenos Aires ou à Caracas, au Venezuela. Nous n’avions pas du tout de plage de récupération."

DOHA, QATAR - SEPTEMBER 09: Roberto Carlos during the FIFA Technical Advisory Group on the future of men’s football sessions on September 9, 2021 in Doha, Qatar. (Photo by Harold Cunningham - FIFA)

"Cette idée réduit le nombre de déplacements car elle permettrait de concentrer les phases de qualification sur un mois. Elle permettrait de s’entraîner, de bien jouer et de se reposer, avant de revenir en club. Il y a trop d’enchaînements de matches et la fatigue s’accumule. C’est très compliqué. Je crois que le football va grandement progresser une fois que ce problème sera réglé."

Sélectionné à 118 reprises avec le Cameroun, Geremi ajoute que la nécessité de s’acclimater constamment à de nouveaux environnements tout au long de l’année empêche les joueurs d’évoluer à leur meilleur niveau.

"La plupart des internationaux africains évoluent dans des clubs européens", rappelle Geremi. "Du coup, quand ils participent aux compétitions internationales, ils doivent quitter l’Europe pour se rendre en Afrique. Je peux vous assurer que c’est très fatigant. En hiver, quand on arrive d’Europe, on se retrouve avec 40 degrés en Afrique. Il y a une grosse amplitude et naturellement, ça se répercute sur les performances car on n’est pas à 100 %."

ZURICH, SWITZERLAND - JULY 13: FIFA Legend Ntijap Geremi following The Football of Tomorrow - Technical Advisory Panel (TAP) at HoF on July 13, 2021 in Zurich, Switzerland. (Photo by Harold Cunningham/FIFA)

"La carrière sportive s’en trouve elle aussi affectée car cela réduit le nombre d’années durant lesquelles on peut évoluer en équipe nationale", poursuit-il. "Pour un jouer africain, asiatique, sud-américain ou américain, ce n’est pas facile de jouer en Europe en club et de défendre les couleurs de son pays en parallèle. Donc c’est important de trouver une solution afin d’éviter de mettre les joueurs et leur santé en danger."

Début septembre, des invitations ont été envoyées aux différentes parties prenantes, parmi lesquelles toutes les confédérations, suite à quoi des échanges sont organisés au cours des semaines à venir.

La FIFA a également convié ses associations membres à un premier sommet en ligne, le 30 septembre 2021. Il s’agit là d’une des différentes opportunités qui seront offertes d’établir au cours des mois à venir un débat ouvert et constructif, au niveau mondial et régional.