Ricardinho et Pany, le bonheur d'une vie

  • Ricardinho clôt sa carrière internationale de la plus belle des manières

  • À 36 ans, il est sacré champion du monde et meilleur joueur de Lituanie 2021

  • Pany a également été l'un des acteurs majeurs du triomphe portugais

Ricardinho craignait de ne jamais remporter la seule compétition qui lui avait échappé : la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA™. "Je fais partie de l'équipe nationale depuis 18 ans", confie le Magicien, ému, à FIFA.com peu après avoir mené le Portugal au sacre à Lituanie 2021. "J'ai disputé de nombreux matches, de nombreux tournois, quatre Coupes du Monde. J'ai toujours été en bonne condition physique. Mais il y a six mois, j'étais sur un lit d'hôpital. J'ai subi l'opération la plus difficile de ma carrière. Après, je pouvais à peine taper dans un ballon. J'ai dû travailler très dur pour retrouver ma place en sélection et être en mesure d'aider l'équipe." Il y a six mois, ce moment paraissait impossible. Le Portugais pensait prendre ma retraite. Mais il savait que c'était sa dernière chance de soulever le trophée dont il avait rêvé toute sa vie. "Je savais que je regretterais toujours de ne pas avoir gagné la Coupe du Monde", admet celui qui a remporté trois Ligues des champions, 15 championnats et l'UEFA EURO de Futsal. "Mais cette victoire, c'est autre chose. C'est le plus beau jour de ma carrière et de ma vie. J'attends ce trophée depuis toujours." Ce n'est pas le seul trophée qui a été décerné à Ricardinho à Kaunas. Quelques minutes après le coup de sifflet final, il s'est vu remettre le Ballon d'Or adidas par le Président de la FIFA Gianni Infantino, tandis que son coéquipier Pany arespectivement reçu le Ballon d'Argent. "C'est la plus belle des surprises", juge l'ailier. "Décrocher le Ballon d'Or, c'est la cerise sur le gâteau. Mais c'était un effort collectif. Chacun a joué un rôle."

Parmi eux, un homme a joué le sien à la perfection : Pany, l'ailier de 32 ans auteur des deux buts de la finale, et lauréat des Ballon et Soulier d'Argent adidas. "J'ai marqué des buts et remporté des récompenses individuelles grâce à mes coéquipiers", commente modestement Pany au micro de FIFA.com. "C'est le résultat d'un travail d'équipe. Je ne me soucie pas des distinctions personnelles. Je préfère penser au collectif", assure-t-il. "Le Portugal est champion du monde, c'est tout ce qui compte", poursuit-il, revanchard. "Les gens ne croyaient pas en nous. Ils pensaient que nous avions gagné l'EURO sur un coup de chance. Ce n'était pas le cas et nous méritions de remporter la Coupe du Monde, parce que nous étions la meilleure équipe." S'il a lui-même brillé individuellement, il assure que c'est l'entraide, la solidarité et la complémentarité qui ont fait la différence. "Nous nous sommes imposés parce que nous avons fait passer le collectif avant les individualités", martèle-t-il. 'Nous avons beaucoup souffert. Nous avons parfois dû nous battre pour arracher la victoire. Mais notre équipe a une énorme confiance en elle et un énorme courage. Nous avons été récompensés. C'est un beau jour pour le Portugal", conclut-il.