Moreno mène la danse de la Vinotinto

"J'ai créé cette danse moi-même hier !", Yerliane Moreno éclate d'un rire mêlé de joie et d'incrédulité. "Je suis très émue", avoue la Vénézuélienne, s'excusant presque au micro de FIFA.com. Revenons en arrière. Le Venezuela est tenu à la victoire pour passer en quart de finale de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2016. Il répond au pressing du Canada en ouvrant le score grâce à Deyna Castellanos, parfaitement servie par Yerliane. En deuxième mi-temps, alors que la Vinotinto est réduite à dix après l'exclusion de Nikol González, la gardienne canadienne repousse un tir de Deyna dans les pieds de Moreno, qui double la mise et se lance dans une danse de son invention.

"J'ai discuté avec deux coéquipières. Elles ont trouvé la danse amusante, alors on l'a adoptée". Deyna rejoint son amie au sortir de la conférence de presse. Yerliane est-elle la meilleure danseuse de l'équipe ? "Elle est douée, oui, mais nous sommes latino-américaines, nous dansons toutes bien". Yerliane jette un œil à Deyna avant d'assurer : "Elle a une mauvaise influence sur la danse". Elles rient toutes les deux.

"Je n'en revenais pas d'avoir marqué. J'avais tellement envie d'inscrire un but dans ma première Coupe du Monde. Je l'ai dédié à mon père et à ma famille", poursuit l'attaquante. Issue d'un petit village situé dans l'une des provinces les plus pauvres du pays, la jeune meneuse de jeu s'est initiée au football grâce à son père. "C'est lui qui m'a appris à taper dans le ballon. J'ai commencé à jouer sur un petit terrain dès mes six ans".

Un exemple à suivre À 13 ans, elle s'entraînait déjà régulièrement avec la sélection. "J'ai travaillé dur pour devenir footballeuse. Je voudrais aller plus loin et jouer un jour à l'étranger, pour suivre l'exemple de Deyna", poursuit-elle. Pensionnaire d'un club de Floride, Deyna la regarde et tente en vain de garder son sérieux. "C'est bien, j'aime servir d'exemple", plaisante-t-elle sur un ton de "grande sœur" qui déclenche de nouveau leur hilarité. "J'espère continuer à marquer avec l'aide de l'équipe", confie Yerliane. "Moi aussi", renchérit Deyna, devenue la meilleure joueuse de l'histoire du tournoi après son missile contre le Canada, mais enchantée de partager la responsabilité du but avec son amie.

Yerliane est aussi heureuse de savoir que sa famille suit ses exploits de près. "Pendant le Championnat d'Amérique du Sud, tous mes proches et leurs amis se réunissaient devant la télévision pour regarder les matches. Je crains qu'ils n'aient cassé le poste quand j'ai marqué !". "Au Venezuela, c'est de la folie en ce moment", assure Deyna, consciente que les prestations et les victoires de la Vinotinto sont chaudement commentées, sur les réseaux sociaux notamment.

En ira-t-il de même en quart de finale face au Mexique ? Yerliane se montre confiante. "Nous avons déjà affronté cette équipe et nous devons corriger certaines choses. Le match sera un peu compliqué, mais on arrive à tout à force de travail". Les deux amies nous quittent pour aller se reposer… ou créer de nouvelles chorégraphies.