Les Philippines mettent le cap sur le Pacifique Sud

17 sept. 2021
  • Les Philippines visent une 1ère qualification pour la Coupe du Monde Féminine

  • Les insulaires étaient passées tout près d’accrocher un billet pour France 2019

  • La gardienne Inna Palacios espère "réaliser son rêve"

La prochaine édition de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ réunira 32 équipes, ce qui constitue une première dans l’histoire. Ce plateau élargi a évidemment donné des idées à de nombreux pays, qui ne font plus mystère de leur ambition de forcer enfin les portes de la phase finale.

Les Philippines font partie de ce groupe. L’équipe nationale ne jouit certes pas d’une grande notoriété, mais ses résultats sont en progression constante depuis quelques années. En 2018, il ne lui a manqué qu’une victoire pour valider son billet pour la France. De retour en Coupe d’Asie Féminine de l’AFC après 15 ans d’absence, les Philippines ont participé au match de barrage pour le cinquième et dernier accessit. Malheureusement pour elles, les insulaires ont échoué tout près du but, battues par la République de Corée.

Trois ans plus tard, les joueuses de l’équipe nationale semblent bien décidées à prendre leur revanche sur le destin. L’optimisme est de mise dans le camp philippin, d’autant que le groupe bénéficie du renfort de plusieurs internationales basées aux États-Unis.

Ce 17 septembre, les Philippines affronteront le Népal, avant de donner la réplique à Hongkong six jours plus tard. Si les premières ne font pas figure de favorites, les secondes en revanche peuvent faire valoir de solides traditions. De plus, une seule de ces trois équipes disputera la Coupe d’Asie Féminine en janvier, ce qui ne laisse que peu de marge de manœuvre.

Réaliser son rêve

Interrogée par FIFA.com, la gardienne Inna Palacios reconnaît que la pandémie de Covid-19 a "compliqué" la préparation de ces rendez-vous, mais la trajectoire résolument ascendante sur laquelle se trouve l’équipe nationale lui donne des raisons d'y croire. "Au fil des matches, nous avons continué à apprendre et à progresser", rappelle-t-elle. "S’il y a bien une chose que nous avons retenue après avoir affronté les meilleures équipes du continent en Coupe d’Asie, c’est qu’il ne faut jamais baisser les bras," explique-t-elle. "Les Philippines peuvent se qualifier pour la Coupe du Monde, à condition que tout le monde au sein du groupe se mette au travail, s’investisse dans ce projet et tire dans le même sens." Internationale depuis dix ans, Palacios, qui porte le brassard de capitaine en sélection, n’ignore pas qu'une qualification aurait d’importantes répercussions. "C’est difficile de s'en faire une idée tant que nous ne l’avons pas vécu. J’aurais sans doute l’impression de retomber en enfance, comme si un rêve se réalisait. Cette qualification est notre rêve, notre but."

Philippines goalkeeper Inna Palacios (Credit: PFF and Mia Montayre)

Un outsider sans complexes

En accédant à la phase finale de la Coupe d’Asie Féminine, qui réunira 12 équipes en Inde, les Philippines feraient un pas de plus vers Australie/Nouvelle-Zélande 2023. À ce stade, tous les espoirs seraient permis. En effet, les cinq premiers du classement, sans compter l’Australie, seront directement qualifiés pour la phase finale. En outre, deux autres équipes accèderont au nouveau tournoi de barrage intercontinental. Mais que représenterait une qualification pour le football féminin aux Philippines ? "Notre discipline en sortirait grandie", estime la jeune femme de 27 ans. "Nos concitoyens verraient que les athlètes qui les représentent ne manquent pas de courage. J’espère que, dans la foulée, la popularité du football féminin et le nombre de licenciées augmenteraient." "Une qualification pour la Coupe du Monde 2023 aurait certainement un effet bénéfique sur la politique de notre pays, qui entend soutenir le football féminin à tous les niveaux, " ajoute-elle avant de conclure : "Un tel exploit permettrait en outre à notre équipe nationale d’être reconnue sur tout le continent et non plus seulement au niveau régional. Et puis, tout le monde aime bien voir les petites équipes gagner !"