La FIFA certifie les systèmes d’assistance vidéo à l’arbitrage selon une nouvelle norme de qualité

29 oct. 2021

Dans le cadre du Programme Qualité de la FIFA, des fournisseurs issus des États-Unis et de différents pays d’Europe étaient réunis à Stockholm (Suède) du 16 au 18 août derniers afin de participer à une batterie de tests dans le but de faire certifier leur système d’assistance vidéo à l’arbitrage. Après sa mise en œuvre réussie lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ et la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™, l’assistance vidéo à l’arbitrage a rapidement pris de l’ampleur. Aujourd’hui, plus de 100 compétitions ont utilisé ou utilisent cette technologie afin d’aider les arbitres à prendre la bonne décision dans des situations susceptibles de changer le cours d’un match. Avec la certification de systèmes d’assistance vidéo à l’arbitrage selon une nouvelle norme du Programme Qualité de la FIFA, l’instance dirigeante franchit une nouvelle étape qui permet aux organisateurs de compétitions de mieux évaluer la qualité technique des différents systèmes.

Évaluation technique des systèmes

L’assistance vidéo à l’arbitrage dans le football est toujours soumise à un dispositif complexe, incluant de nombreux ordinateurs, serveurs, écrans et câbles. Parallèlement à la multiplication de dispositifs plus légers et à la réalisation d’une première série d’essais avec des systèmes simplifiés, les tests de certification effectués dans le cadre de la norme FIFA Quality visent à évaluer les interactions du dispositif global ainsi que les performances des systèmes dans trois domaines clés : latence, synchronisme et qualité vidéo.

VAR2

Latence

Un des principaux risques des systèmes est la réception tardive des images par l’arbitre assistant vidéo, ce qui peut l’empêcher d’intervenir à temps. Cet aspect fait donc l’objet de diverses mesures afin de s’assurer que les fournisseurs peuvent produire un signal de retransmission instantanément ou avec un retard minimal, ainsi que de proposer un écran de contrôle avec un décalage de trois secondes pour les arbitres vidéo. Tous ces tests sont réalisés en utilisant la source de lumière d’un stroboscope afin de mesurer exactement le décalage temporel entre l’événement et sa diffusion à l’écran.

Synchronisme

Les fournisseurs des systèmes doivent être en mesure de proposer des signaux de caméras synchronisés à l’arbitre assistant vidéo. Ceci est particulièrement important lorsqu’il faut visionner plusieurs angles de caméras, par exemple pour une situation de hors-jeu, sachant que l’image du moment où le ballon est joué et celle de la position du joueur potentiellement hors-jeu proviennent fréquemment de deux signaux de caméras différents. Tout manque de synchronisme peut ainsi entraîner des décisions erronées.

Également effectué avec un stroboscope, ce test permet de vérifier si les flashes apparaissent sur les mêmes images pour tous les signaux des caméras fournis par le système d’assistance vidéo à l’arbitrage.

Qualité vidéo

Le dernier test a pour but de contrôler que la qualité des images fournies à l’arbitre assistant vidéo demeure élevée lorsqu’elles sont intégrées au système puis reproduites. Cela permet de s’assurer que les arbitres vidéo ont tous les atouts en main pour prendre la bonne décision et ne travaillent pas avec des images de mauvaise qualité (compressées). Les matches de football étant produits dans des formats vidéo différents de par le monde, les systèmes d’assistance vidéo à l’arbitrage doivent pouvoir traiter plusieurs types de signaux tout en proposant des images de grande qualité aux arbitres assistants vidéo. Intégrant deux formats différents (entrelacés et progressifs) aux systèmes, ce test mesure la qualité des vidéos proposées en bout de chaîne. Grâce à la norme VMAF (Video Multimethod Assessment Fusion), qui désigne un algorithme développé par Netflix afin d’évaluer la qualité perceptuelle des images, la qualité des vidéos peut être contrôlée et notée sous forme de pourcentage de la vidéo d’origine.

Certification FIFA à partir de juillet 2022 et période de transition

Après la certification des systèmes d’assistance vidéo à l’arbitrage selon la nouvelle norme de qualité, le recours à un système certifié par la FIFA sera rendu obligatoire à compter de juillet 2022. La FIFA validera alors la conformité avec cette exigence dans le cadre du Programme d’aide et d’approbation relatif à la mise en œuvre de l’assistance vidéo à l’arbitrage pour les compétitions qui n’utilisent pas encore la vidéo. Les organisateurs de compétitions où le recours à l’assistance vidéo a déjà été approuvé (ou le sera d’ici à juillet 2022) bénéficieront d’une période de transition qui leur permettra de continuer à utiliser leurs systèmes pendant un certain temps, selon les modalités des accords avec leurs fournisseurs. En parallèle, ces derniers devront faire approuver leurs systèmes lors des prochaines batteries de tests organisées par la FIFA. Afin de permettre à d’autres fournisseurs de faire certifier leur système, la FIFA organisera une nouvelle batterie de tests au début de l’année 2022. Les fournisseurs intéressés peuvent d’ores et déjà se manifester ou demander de plus amples informations au sujet du Programme Qualité de la FIFA par courriel à l’adresse quality@fifa.org.