Une FA Cup aux saveurs africaines

Quand Crystal Palace a battu Watford 2:1 en demi-finale de la FA Cup fin avril, quatre joueurs africains étaient en action pour les Eagles. S'ils ont la chance d'exprimer leur talent dans la finale de la FA Cup, ce 21 mai, contre Manchester United à Wembley, leur présence perpétuera une longue tradition pour l'Afrique dans l'ultime revue de la plus vieille compétition du monde.

Les premiers joueurs africains à avoir disputer une finale de FA Cup viennent d'Afrique du Sud. Bill Perry s'illustre dans le match connu sous le nom de "Matthews Final" en 1953, lorsque Stanley Matthews, alors âgé de 38 ans, remporte la seule FA Cup de sa carrière. Natif de Johannesburg, Perry inscrit le but de la victoire 4:3 pour Blackpool contre Bolton. En 1966, Albert "Hurry Hurry" Johanneson devient le premier joueur noir à disputer la finale de la FA Cup. Sous les couleurs de Leeds, Johanneson s'incline 2:1 face à Liverpool, mais fait œuvre de pionnier pour les joueurs africains des générations à venir.

Depuis, la liste des Africains vainqueurs de la FA Cup est un véritable Gotha du Continent Mère. Les frères Yaya et Kolo Touré, le vainqueur du Ballon d'OrGeorge Weah, Didier Drogba, les Nigérians Daniel Amokachi, Nwankwo Kanu et John Obi Mikel, ainsi que le Ghanéen Michael Essienont tous eu le privilège de monter jusqu'à la Royal Box de Wembley.

Triomphe et tragédie Le gardien international zimbabwéen Bruce Grobbelaara disputé avec Liverpool plus de 600 matches, et a été champion d'Angleterre à six reprises, soulevé trois FA Cups et une Coupe d'Europe des Clubs Champions. "Je ne souviens très bien d'avoir regardé la finale de la FA Cup 1973", confiait Grobbelaar un jour àFIFA.com. "J'avais 15 ans à l'époque. Jim Montgomery avait fait deux arrêts coup sur coup contre Leeds et Sunderland avait créé l'une des grandes surprises de l'histoire de la FA Cup en gagnant 1:0."

Dans la finale de l'édition 1986 contre Everton, Grobbelaar effectue un arrêt dont on parle encore aujourd'hui. "C'est probablement mon moment le plus mémorable en finale d'une FA Cup. Graeme Sharp reprend de la tête. J'étais avancé. J'ai parcouru la moitié de la surface pour revenir vers mon but et j'ai réussi à claquer le ballon au-dessus de la barre. Sharp pensait qu'il avait marqué. Nous avons fini par gagner 3:1."

Les souvenirs de Grobbelaar en FA Cup seront toujours mêlés à de la tristesse, car il a participé à la demi-finale de 1989 qui a conduit au désastre du stade d'Hillsborough, où 96 fans de Liverpool ont perdu la vie. "Ça a été dur de continuer après ça. Kenny Dalglish, qui était notre entraîneur à l'époque, nous a demandé d'aller rendre visite aux familles des personnes décédées. Nous les avons aidées en parlant avec elles, et vice-versa. Après avoir battu Nottingham Forrest, nous nous sommes qualifiés pour la finale, où nous avons joué contre Everton. Étant donné que la ville était en deuil, c'était la meilleure finale possible. Nous avons gagné 3:2."

Monsieur FA Cup L'avant-centre ivoirien Didier Drogba, couronné à quatre reprises dans l'épreuve, a lui réussi la prouesse de trouver le chemin des filets dans chacune de ses quatre finales gagnées. Deux fois, il a même inscrit le seul but de la partie. En 2010, Drogba marque l'unique but du match contre Portsmouth, offrant ainsi un succès 1:0 à Chelsea, dans une finale où pas moins de neuf Africains foulent la pelouse de Wembley. L'un d'entre eux est Nwankwo Kanu, lui aussi habitué des finales de FA Cup.

Deux ans plus tôt, l'attaquant nigérian était devenu un héros à Portsmouth en aidant son club à gagner la deuxième FA Cup de son histoire, 69 ans après le sacre inaugural de Pompey dans l'épreuve. Kanu marque le but de la victoire contre Cardiff et décroche sa troisième FA Cup, après les deux glanées avec Arsenal. "La FA Cup a toujours été quelque chose de très important pour moi", raconte l'ancien buteur. "Au début de la compétition, nous n'aurions pas parié un centime sur une place en finale. Mais après avoir gagné en quart de finale et en demi-finale, je savais que notre destin était d'aller au bout. Nous l'avons fait. Ça reste quelque chose de très spécial pour Portsmouth et l'équipe de cette époque", détaille-t-il."La FA Cup est une vieille tradition, c'est pour ça que les Anglais l'aiment tant."

Pour les milieux de terrain de Crystal Palace Yannick Bolasie (RD Congo), Bakary Sako (Mali), le défenseur sénégalais Pape Souaré, ainsi que l'attaquant international togolais Emmanuel Adebayor, la finale de ce 21 mai contre les Red Devils sera l'occasion d'écrire un autre chapitre dans la glorieuse histoire des joueurs africains en finale de FA Cup.