L'hebdo des bons mots

19 juin 2021

Drôles, incisives, instructives, émouvantes... Comme à son habitude, FIFA.com termine la semaine en vous proposant les meilleures déclarations entendues aux quatre coins de la planète foot.

"Le moment est venu, l'un des plus difficiles de ma vie. Personne n'est préparé à quitter le Real Madrid, mais le moment est venu. Merci au Real Madrid qui sera toujours dans mon cœur. C'est la fin d'une période merveilleuse et unique dans ma vie, rien ne ressemblera à ce que j'ai vécu ici. C'est aussi le début d'une nouvelle étape avec le désir de montrer le meilleur de moi-même pour de nombreuses années et de pouvoir ajouter des titres à mon palmarès. Merci beaucoup à tous, il ne s'agit pas d'un adieu mais d'un au revoir, car tôt ou tard je reviendrai ici" - Sergio Ramos, lors de l'annonce de son départ du Real Madrid

"Il y a des grands noms sur le papier, mais ce n'est que le papier. Ils peuvent être tranquillement favoris. Nous devons imposer notre jeu et nous pouvons le faire, nous y sommes prêts. Dans les duels aussi, il faudra être prêt. Ça dépendra de nous, défenseurs, je pense que ça peut faire une grande différence. Il faut aussi être sale, pas toujours gentil, gentil, gentil, et ne pas toujours essayer de t'en sortir avec du beau football. Contre des joueurs comme ça, il faut aussi envoyer un message... et tôt" - Antonio Rüdiger, défenseur de l'Allemagne, avant le match face à la France

"La morsure de Rüdiger ? Non, on en n’a pas discuté. Sur le terrain, Paul, c’était un régal, un délice. Mais de là à le mordre…" - Raphaël Varane_, défenseur de la France après la victoire des Bleus face à l'Allemagne (1-0)

"Beaucoup de sélections, dont la France, championne du monde, et le Portugal, champion d'Europe, sont plus fortes que nous pour l'instant. C'est également le cas des équipes qui ont évolué dans l'élite ces cinq dernières années. Elles peuvent aligner beaucoup plus de joueurs expérimentés que nous. Nous avons entamé ce projet il y a seulement trois ans et nous venons à peine d'atteindre ce niveau. Mais comme je l'ai déjà dit, l'imprévisibilité fait partie intégrante du football" - Roberto Mancini, sélectionneur de l'Italie (FIFA.com)

"Je pensais venir ici et jouer avec une cigarette dans la bouche et, à la place, c'est difficile" - Gonzalo Higuain, attaquant de l'Inter Miami, à propos de la MLS (Bobo TV)

"Heureusement, il ne sait pas encore ce qu’est un but contre son camp. Il pense que c’est toujours bien de mettre le ballon au fond des filets. On m’a dit qu’il avait applaudi. Je devrai lui expliquer tout ça" - Mats Hummels, défenseur de l'Allemagne à propos de son fils de trois ans, suite à France-Allemagne 1-0 (Bild)

"C’est le genre de gars qui peut transformer un match nul en victoire, une défaite en match nul et parfois une défaite en victoire. Il a ce talent. Avoir un joueur comme lui est tout simplement incroyable. Non seulement ce qu’il peut faire, mais à quel point il est intelligent avec le ballon. Il utilise son cerveau quand il joue et j’aime ça chez lui." - Thierry Henry, ancien attaquant de la France, à propos de Kylian Mbappé (Goal)

"N’Golo a aussi un petit côté sombre que j’aime bien, et que je vois toujours lorsque je le regarde à la télévision. Il ne perd jamais son sang-froid, mais, si vous regardez bien, vous verrez qu’il se fiche de faire faute ou de prendre un jaune. Il ne s’excusera pas et il ne sera pas gentil avec son adversaire, il s’éloignera simplement. J’aime ça, cela envoie le message à l’adversaire que N’Golo ne sera pas trop gentil sur le terrain. Pour vraiment être un top joueur, tu as besoin de ça. Si tu es gentil sur le terrain, tu te fais manger tout cru. Je souris quand je vois son côté plus sombre" - Cesc Fabregas, milieu de terrain de Monaco, à propos de N'Golo Kanté (The Telegraph)

"Bonjour tout le monde, un grand merci pour vos doux et superbes soutiens et messages venus du monde entier. Cela représente beaucoup pour moi et ma famille. Je vais bien, au vu des circonstances. Je dois encore passer des examens à l'hôpital mais je me sens bien. Maintenant, je vais encourager les gars du Danemark pour les prochains matches"

"J’ai énormément de chance d’avoir joué avec lui. À dix ans, il réalisait des gestes dont beaucoup de professionnels auraient été incapables. Je m’en souviens comme si c’était hier. Son talent naturel le plaçait très au-dessus des autres. Il compte parmi les plus grands joueurs de tous les temps. Je suis fier de pouvoir dire que j’ai joué avec lui et que nous sommes amis. Je l’ai connu à dix ans et je l’ai vu devenir le meilleur joueur du monde" - André Jardine, sélectionneur de l'équipe du Brésil olympique (FIFA.com)

"Je n'ai jamais eu la chance de rencontrer personnellement Kanté. Mais j'ai lu l'histoire de sa vie et je regarde ses prestations. Kanté est un très, très grand joueur qui, de plus, a cet aspect de vie, ce côté humain, qui fait que je l'admire vraiment" - Marco Rossi, sélectionneur de la Hongrie (L'équipe)