Guam à la conquête de nouveaux horizons

18 oct. 2021
  • Les qualifications asiatiques pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023™ se poursuivent

  • Guam fait partie des sept sélections en lice

  • Le petit État micronésien est connu pour les particularités de sa culture indigène

Cette semaine, les qualifications pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023™ font leur grand retour. Au premier coup d'œil, on remarque que les sept équipes participantes reflètent toute la diversité du plus grand continent au monde.

Car c’est bien la diversité qui sera à l’honneur à Bichkek, capitale de la République kirghize. La Birmanie, les Émirats Arabes Unis, Guam et le Liban s’y affronteront pour tenter de décrocher l’une des deux places qualificatives pour la Coupe d’Asie Féminine de l'AFC, qui se déroulera en janvier. Dans l’autre groupe, le Bahreïn et le Laos devront se frotter à Chinese Taipei pour accéder aux phases finales.

Guam compte probablement parmi les sélections les moins connues de ce plateau. Le pays fait partie des territoires non incorporés et organisés des États-Unis et sa Fédération de football est l’une des associations membres de la FIFA les plus reculées.

Situé dans le Pacifique, entre les Philippines et Hawaï, Guam est le seul État de Micronésie à être représenté sur la scène internationale du ballon rond. Le pays peut ainsi exposer fièrement sa culture très particulière. Les Chamorros, le nom du peuple indigène, sont réputés pour leur ténacité et leur force morale. Ross Awa, le sélectionneur, espère bien s'appuyer sur ces qualités pour atteindre de nouveaux sommets cette semaine.

Guam forward Brianne Leon Guerrero

Les joueuses de l’équipe nationale sont surnommées les Masakada, un terme que l’on peut traduire par “les courageuses”. “Les Masakada sont poussées par leur passion pour le football. Au fil des années, cette sélection a bâti une véritable culture. Elle laissera un héritage solide aux futures joueuses qui représenteront le pays à l'avenir”, affirme Awa au micro de FIFA.com.

“Même si le chemin est semé d’embûches, nos footballeuses sauront s’adapter et travailler ensemble pour élever leur niveau, trouver des solutions et aller de l’avant. Ce sont toutes des femmes courageuses, prêtes à représenter le peuple Chamorro de l’île de Guam,” ajoute-il.

Avant chaque match et chaque entraînement, toutes les équipes nationales de Guam récitent “l'Inifresi”. Il s’agit du serment, en langue chamorro, de défendre la culture, les croyances et les traditions de l’État insulaire. La victoire de Guam contre l’Inde lors des qualifications pour la Coupe du Monde 2018 symbolise parfaitement cette mentalité. Compte tenu de l’écart de population entre les deux pays, ce résultat avait été considéré comme l’une des plus grosses surprises du tournoi préliminaire.

Aujourd’hui, Awa entend bien franchir un nouveau palier. Pour ce faire, il compte sur plusieurs joueuses expérimentées évoluant sur le continent. “J’ai de grands espoirs pour cette équipe et je suis sûr que nous saurons les concrétiser”, confie l'intéressé. “Nous avons un bel effectif. Les joueuses sont à l’écoute et désireuses de pratiquer un football offensif tout au long de ce tournoi. Bien entendu, nous savons que la lutte sera rude.” poursuit-il.

Et d'ajouter : “Guam dispose d’un potentiel intéressant en ce qui concerne le football féminin. Nous progressons à grands pas et nous faisons tout pour nous améliorer de jour en jour. Cet état d’esprit est insufflé à nos joueuses depuis le plus jeune âge. Nous voulons les placer dans un environnement positif, qui leur permettra également de se développer sur le plan personnel.”

Guam national women's team coach Ross Awa

Les Guamiennes ont participé à quatre éditions de la Coupe d’Asie Féminine depuis 1997, mais n'ont jamais dépassé les qualifications. Une accession à la phase finale aurait donc des allures d'exploit.

Awa en est convaincu, tous les ingrédients sont réunis pour faire progresser le football féminin à Guam.

“Nos joueuses rêvent de devenir des athlètes professionnelles”, confie-t-il. “Nous avons des individualités capables de jouer à un plus haut niveau, mais qui n’ont pas encore eu l'occasion de le démontrer sur la scène internationale. La Coupe d’Asie Féminine va leur permettre de prouver qu’elles ont du talent nécessaire pour aller plus loin.”

Qualifications pour la Coupe d'Asie Féminine de l'AFC

(18 – 24 octobre) Groupe A : Chinese Taipei, Bahreïn, Laos, Turkménistan (qui a déclaré forfait) Groupe D : Birmanie, Émirats Arabes Unis, Guam, Liban

Les vainqueurs de chacun des huit groupes se qualifient pour la phase finale (20 janvier – 6 février 2022) Qualifiés d’office : Australie, RP Chine, Japon, Inde (pays hôte) Les cinq premières nations de l’édition 2022 de la Coupe d’Asie en Inde seront qualifiées pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Australie/Nouvelle-Zélande 2023 TM (à l'exception de l’Australie, qualifiée d’office). Les deux équipes suivantes auront la possibilité de se qualifier lors d’un nouveau tournoi intercontinental.