Fölmli et la Nati prêtes pour le défi

7 avr. 2021
  • Svenja Fölmli a fait ses débuts en sélection à 17 ans

  • Elle fait partie des grands espoirs mondiaux à son poste

  • Contre la République tchèque, la Suisse misera sur son attaquante

Des dribbles en mouvement irrésistibles, une technique sans faille et des appels incessants. Voilà comment certains médias suisses décrivent les qualités de Svenja Fölmli, qu'ils comparent parfois à Kylian Mbappé. "Je crois que j’ai mentionné ça une fois, dans un entretien. Depuis, je lis ça partout", s’amuse l’intéressée au micro de FIFA.com. "En tout cas, je le considère comme un modèle à suivre et une source d'inspiration. Nos styles de jeu sont similaires. Bien entendu, nous ne sommes pas au même niveau. Mais c’est toujours intéressant d’avoir quelqu’un à qui on peut s’identifier."

Si le Français a déjà eu l'occasion de conquérir les sommets de la planète football, la Suissesse n’en est, quant à elle, qu’au tout début de son aventure. Fölmli a fait ses débuts en équipe de Suisse à l’âge de 17 ans. Buteuse dès sa deuxième sélection, elle fait partie des grands espoirs mondiaux à son poste à tel point que l'UEFA l'a incluse dans sa liste de dix joueuses à suivre en 2021.

"D’un côté, c’est un honneur, mais d’un autre, le fait de figurer sur cette liste génère forcément une pression supplémentaire", admet-elle. "J'essaie d’en faire une source de motivation. Tant mieux si les gens pensent que j’ai du potentiel. C’est quelque chose qui m’incite à donner le meilleur de moi-même. Néanmoins, je ne peux pas me permettre de me reposer sur mes lauriers. Ma présence sur cette liste est le fruit de mes efforts quotidiens à l’entraînement."

Un rythme de championne

Malgré les commentaires positifs et sa convocation pour les deux matches cruciaux à venir contre la République tchèque, Fölmli n’est que modérément satisfaite de ses récentes performances : "En championnat, ça pourrait aller mieux. Jusqu’à maintenant, on ne peut pas dire que ce soit ma meilleure saison. Mais ces passages à vide ont aussi leur importance. Ils permettent de se remettre en question", assure celle qui a récemment officialisé son transfert du FC Lucerne au SC Fribourg, en Bundesliga, pour la saison 2021/22.

Malgré ces difficultés, la buteuse n’est pas du genre à baisser les bras, et met un point d'honneur à achever ses études, parallèlement à sa progression sur le terrain. Le rythme justement, il en est question à chaque fois qu'elle rejoint la sélection. "C'est beaucoup plus élevé à l’entraînement. C’est l’occasion de progresser à toute vitesse", explique-t-elle. "C’est impressionnant de voir la vitesse à laquelle les actions se déroulent, par rapport à ce qu’on peut connaître en championnat. Il me faut toujours un jour ou deux pour m’adapter à ce décalage."

JE NE CROIS PAS QU'ON PUISSE S’ENNUYER EN JOUANT AU FOOTBALL. BIEN ENTENDU, DANS UNE VIE DE FOOTBALLEUSE, IL Y A DES HAUTS ET DES BAS. SI JE DEVAIS DONNER UN CONSEIL, CE SERAIT DE NE SURTOUT PAS NÉGLIGER SES ÉTUDES OU SA FORMATION PROFESSIONNELLE. AINSI, VOUS AUREZ TOUJOURS UNE SOLUTION DE SECOURS SI LES CHOSES NE SE PASSENT PAS COMME PRÉVU.

Svenja Fölmli

L'EURO à défaut d'une Coupe du Monde

L’heure est venue pour la Nati de jouer sa qualification pour le prochain UEFA Euro Féminin à quitte ou double, dans une confrontation face à la République tchèque. "Les Tchèques sont des adversaires redoutables, ça ne va pas être simple. Elles sont très fortes, elles l’ont prouvé tout au long des qualifications. Malgré tout, nous avons de bonnes chances de l’emporter. Nous avons deux atouts pour nous imposer : nos qualités individuelles et notre collectif", lance-t-elle avant de conclure : "Après avoir manqué la Coupe du Monde en France, ce serait un immense honneur de participer à l’Euro, surtout pour moi. Tout le monde rêve de disputer une grande compétition internationale avec son pays."