Dix stars et une lune à décrocher

15 sept. 2021
  • Début des qualifications européennes pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023

  • 51 sélections en lice, seules 12 parmi elles ont déjà participé à l’épreuve reine

  • Zoom sur 10 joueuses qui espèrent bousculer la hiérarchie

Neuf groupes, 396 matches, deux tours de barrage : l’Europe s’apprête à prendre la route pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande où se déroulera la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023.

Pas moins de 51 sélections - un record - sont sur la ligne de départ avec chacune en ligne de mire l’un des 11 sésames mis en jeu. Seules trois équipes du Vieux Continent - Andorre, Saint-Marin et le Liechtenstein – ne participeront pas à ces éliminatoires.

Parmi ces 51 sélections, 39 n’ont jamais goûté aux joies d’une Coupe du Monde Féminine. A l’aube du coup d’envoi de ces éliminatoires, FIFA.com met sous le feu des projecteurs 10 joueuses capables de bousculer la hiérarchie.

Groupe A - Katie McCabe (République d’Irlande) Capable d’occuper absolument tous les postes, à l’exception peut-être du poste de gardienne de but, Katie McCabe fait, à 25 ans, la pluie et le beau temps de la sélection irlandaise. Et cela ne date pas d’hier ! Auteure de 10 buts en 52 sélections, la joueuse d’Arsenal été nommée capitaine de la sélection en 2017, battant en la matière un record de précocité. Elle sera l’atout numéro un des Girls in Green sur la route du Pacifique sud.

Le saviez-vous ? Katie Mccabe a beaucoup œuvré dans son pays pour que soit instaurée une égalité de rémunération entre les internationaux hommes et femmes dans son pays.

Groupe B – Heidi Sevdal (Iles Féroé) Après le départ à la retraite de la légende locale de la discipline Rannvá Andreasen, en 2020, tous les espoirs reposent sur les épaules d’Heidi Sevdal, 32 ans, qui vient de devenir la joueuse la plus capée du pays (57 sélections), effaçant des tablettes… Andreasen ! D’ailleurs il ne lui reste que six buts à marquer pour devenir la meilleure buteuse de l’histoire de la sélection, titre honorifique que détient… Andreasen (27 buts) ! Ces éliminatoires pourraient être l’occasion idéale pour Sevdal de rentrer à son tour dans la légende de son sport.

Le saviez-vous ? Heidi Sevdal a inscrit le premier but de l’histoire de la sélection féringienne dans un match de qualification pour la Coupe du Monde. C’était le 4 avril 2013 contre le Monténégro.

Groupe C - Karólína Lea Vilhjálmsdóttir (Islande) Régulièrement utilisée dans la rotation du Bayern Munich, Karólína Lea Vilhjálmsdóttir est à 20 ans la nouvelle coqueluche du football islandais. Polyvalente, elle est capable de jouer en défense comme au milieu de terrain. Lea Vilhjálmsdóttir n’est pas non plus maladroite devant le but, en témoigne ses trois buts en huit sélections. Elle représente l’avenir prometteur d’une sélection où émergent de jeunes et talentueuses joueuses.

Groupe D - Nataša Andonova (Macédoine du Nord) Meilleure buteuse de l’histoire de la sélection macédonienne (14 buts), Nataša Andonova est LA référence de la discipline dans son pays. Il faut dire qu’elle a évolué dans les meilleurs championnats européens (Turbine Potdsam en Allemagne, Rosengard en Suède, Paris Saint-Germain en France, FC Barcelone en Espagne) et, qu’à 27 ans, elle n’a pas fini de faire parler son expérience ! 

Le saviez-vous ? Une Andonova peut en cacher une autre ! Sijce Andonova, sœur de Nataša, est également internationale macédonienne !

Groupe E – Haley Bugeja (Malte) Auteure de cinq buts en 10 sélections, Haley Bugeja, 17 ans, porte aujourd’hui tous les espoirs d’une équipe maltaise qui n’attendait qu’une star pour briller et viser enfin les étoiles. L’attaquante de Sassuolo (Italie) ne craint pas les attentes qui pèsent sur elle. "J’ai toujours utilisé la pression comme une source de motivation. Mon credo c’est : ‘Pressure makes diamonds’ (‘c’est la pression qui fait les champions)" a-t-elle récemment confié au micro de FIFA.com.

Le saviez-vous ? La joueuse a ponctué d’un doublé, son tout premier match de Serie A, face à Naples, à seulement 16 ans.

Groupe E - Aytaj Sharifova (Azerbaïdjan) Capitaine et gardienne de but, Aytaj Sharifova, 24 ans, fait des miracles sur la scène internationale depuis longtemps. Elle avait notamment été l’héroïne d’un match finalement remporté 1-0 par le Canada, lors de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Azerbaïdjan 2012. Avec l’attaquante Aysun Aliyeva et la défenseure Zhala Mahsimova, elle est l’une des rares à être parvenue à se frayer un chemin jusqu’aux A. Mais vu son influence sur le terrain, on comprend mieux pourquoi !

Le saviez-vous ? Gardienne de but d’Okzhetpes, monument du championnat kazakh, Aytaj Sharifova est récemment devenue la première Azerbaïdjanaise à participer à la Ligue des champions féminine de l’UEFA. Son club a échoué aux portes de la phase de groupes, éliminé par Arsenal.

Groupe F – Janice Cayman (Belgique) Elle n’est plus à présenter : Janice Cayman est une actrice majeure du football féminin en Belgique. Avec 114 sélections, la pensionnaire de l'Olympique Lyonnais est la joueuse la plus capée de l’histoire des Red Flames et avec 40 buts au compteur, et elle pourrait bientôt en devenir la meilleure buteuse ! D’autant que les qualifications pour la Coupe du Monde semblent l’inspirée : Elle a été la meilleure artificière des éliminatoires européens pour la Coupe du Monde Féminine 2019 avec 10 buts (et quatre passes décisives).

Le saviez-vous ? Positionnée le plus souvent en défense à l'Olympique lyonnais, Janice Cayman est ailière en sélection.

Groupe G – Ivana Rudelic (Croatie) Née en Allemagne, Ivana Rudelic a porté les couleurs de la Mannschaft étant jeune. Elle a même remporté l’UEFA Euro féminin U-17 et U-19  en 2008 et 2011 respectivement. Elle a également été troisième de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008… Bref, elle était promise à un grand avenir sous le maillot allemand, mais elle a fait le choix du cœur en 2015 et a décidé de jouer pour la Croatie, la patrie de ses parents. Depuis, Rudelic est devenue la co- meilleure buteuse de la sélection (13 buts) à égalité avec Iva Landeka, mais âgée aujourd’hui de 29 ans l’attaquant du Bayern Munich a un autre but : qualifier son pays pour sa première Coupe du Monde Féminine !

Le saviez-vous ? Rudelic est issue de la même génération qu’Alexandra Popp et Dzsenifer Marozsán, véritables légendes du football féminin allemand. Elles composaient le trident offensif allemand de 2008 à 2012 dans les équipes de jeunes.

Groupe H – Ana Borges (Portugal) Après la récente annonce du départ à la retraite de Claudia Neto (135 sélections),  surnommée CN7 pour son influence sur le terrain, Ana Borges semble de taille à reprendre le flambeau, malgré son mètre 60 ! Agée de 31 ans, la polyvalente numéro 9 de la Seleçcao Das Quinas a 130 sélections dans les jambes et compte bien offrir à son pays une  première qualification pour la Coupe du Monde Féminine. Passée par l’Atlético de Madrid et Chelsea, et pensionnaire aujourd’hui au Sporting Lisbonne, elle a en tout cas l’expérience des grands rendez-vous.

Le saviez-vous ? En 2015, Ana Borges est devenue la première portugaise à remporter un titre de championne d’Angleterre.

April 9, 2021, Lisbon, Portugal: Ana Borges from Portugal seen in action during UEFA Women s Euro 2022 Play-Off qualifying match between Portugal and Russia at Estadio do Restelo, in Lisbon. Lisbon Portugal - ZUMAs197 20210409_zaa_s197_218 Copyright: xBrunoxdexCarvalhox

Groupe I – Lara Prašnikar (Slovénie) Agée de 23 ans, l’attaquante slovène affiche au compteur 23 buts en 37 sélections, un ratio qui fait d’elle la nouvelle star du football slovène.  Et en trois matches disputés par sa sélection en 2021, l’attaquante de l’Eintracht Frankfurt a inscrit cinq buts, autant dire qu’elle est en forme ! Les défenseures du Groupe I devront se méfier d’elle et plus largement de la Slovénie en constants progrès depuis quelques années.

Le saviez-vous ? Lara Prašnikar a de qui tenir. Elle est la fille de l’ancien joueur et ex sélectionneur de l’équipe masculine slovène (entre 2000 et 2002) Bojan Prašnikar.